J'ai trois minutes pour vous écrire, j'en profite.

Le jour où je découvrais la présence d'un bébé surprise tombait dans ma bwatamèl une offre d'emploi irrésistible.
J'ai envoyé mon dossier de candidature le jour du trentième anniversaire de mon époux.
Parallèlement, je priais une neuvaine à Saint Joseph pour lui demander de nous décrocher le meilleur pour ma famille : le CDI, un nouvel appartement, un accueil aussi bon que possible pour Numéro Trois.
Saint Joseph a de l'humour et beaucoup d'amour pour sa très Sainte Épouse : la directrice de l'Allionce m'a téléphoné pour m'annoncer que j'étais prise le jour de l'Annonciation (décalé après Pâques cette année, pour éviter que ça tombe dans la semaine sainte !).

Je vais signer mon contrat le jour de notre quatrième anniversaire de mariage.

Pendant que je prépare mon retour définitif (youhouhouuu!) à l'Allionce, nous cherchons un appartement frénétiquement, et mon époux se prépare à faire le papa-poule. Je vais travailler, et lui fait une pause parentale bien méritée (enfin... je suis pas sûre qu'il mérite ça quand même) pour aussi longtemps que possible. Les enfants vont donc se retrouver avec Papa à la maison, et dès que possible de nouvelles chambres pour enfin faire la sieste.

Eh oui, chez nous les siestes s'appellent les "temps d'enfermement des enfants dans la chambre". On ferme la porte, et si nous avons beaucoup de chance, il y en a un qui dort déjà et l'autre se contente de s'endormir à côté. Mais c'est extrêêêmement rare. En général, on en couche un, puis l'autre, qui réveille le premier, et nous avons ensuite droit à des heures de bruit, chutes, cris, rires... tout sauf du DODO. Et donc tout sauf du repos nerveux pour nous, pauvres parents. La soirée qui suit est, vous vous en doutez, très difficile. L'objectif pour le prochain appartement est donc de séparer le grand des petits.

Au moment où je vous écris, l'aîné est endormi dans le pouf, et son petit frère qui a fait une bonne sieste tout seul dans sa chambre, gazouille dans le parc et envoie des bisous à son frère.
Ils sont trop mignons quand ils s'y mettent ! Et heureusement parce que sinon, il y aurait de quoi se taper la tête sur les murs hein.

Comme je vous le disais, nous sommes actuellement "en travaux" ! Tout change, mais pour du meilleur.