Les Niouzes de Nitt'

20 juillet 2017

10 ans !?!

Wouhouhou les gens ! Mon blog a dix ans (depuis le mois de janvier en fait)... il s'en sera passé des choses !

Pour fêter cela, je vous propose un résumé de ces dix ans de vie.

2007 : je suis en stage de fin d'études en association franco-chinoise et je m'éclate. Je vis à Paris et j'en profite. Je découvre avec passion les huiles essentielles, encore un marché de niche à l'époque. Je travaille comme une folle sur mon mémoire avec mes deux collègues et nous finissons avec une très jolie note.
Je suis diplômée.

2008 : Je cherche du travail et je n'en trouve pas. Je n'ai pas trop les moyens de bouger car je n'ai droit à aucune aide, et je déprime un peu. Puis se produit un évènement inattendu : je passe mon dernier trimestre de l'année à Long Island et New York, comme jeune fille au pair. J'ai réalisé mon rêve de New York et je fête mes 25 ans aux États-Unis. Je reviens différente, plus sûre de moi.

2009 : Je retourne au Japon, en juin, pour chercher du travail, et ne pas en trouver. Mais je revois Tôkyô qui a commencé une belle mutation. Et qui pourtant reste toujours la même. Je décroche presque sans le faire exprès mon premier emploi de prof de FLE à Shangqiu, en Chine. Je découvre un pays aux antipodes de celui où je voulais partir, et aussi du mien... Cela changera et définira une partie de ma vie (je continue par exemple à rêver la nuit que je retourne à Shangqiu... et ces songes ne sont jamais agréables. Bizarre.).

2010 : Je vis à Shangqiu, cohabite avec Marion, joue la Maman-Poule (cot cot) de 8 étudiants adorables et découvre la Chine. Pékin, avec le nouvel an chinois (passer 24h à l'intérieur d'un feu d'artifice ! dingue !!!) et la nourriture locale. Bonne, mais carencée. Je reviens passer près de quatre mois de vacances en Bretagne (ma mère a déménagé en mon absence) où je récupère frénétiquement du poids. Je repars en Chine où je me retrouve... toute seule. Ouuuh.
En décembre un commentaire sur mes mésaventures informatiques change ma vie.

2011 : Je passe mes vacances d'hiver en Thaïlande. Avec et grâce à Brett et Shannon, les merveilleux. Je rencontre Mark, de Krabi Autrement, qui me fait découvrir le vrai Krabi, celui qui existe derrière le tourisme bête et méchant de masse. Ce sont parmi les meilleures vacances de ma vie. Je finis mon année scolaire en Chine, déclare un virus non-identifié qui me fiche en l'air pendant une année entière (sieste obligatoire jusqu'en mars de l'année suivante) et rentre définitivement en France.

2012 : Je décroche mon permis de conduire. Dernière année comme animatrice (et même coordinatrice) à la Cotellerie, pour la session Marie-Espérance. Je m'installe à Bordeaux, gagne ma vie comme auxiliaire de vie scolaire et découvre le collège, le primaire et même la maternelle d'une petite école privée de banlieue. Je fais mon trou et beaucoup de rencontres.

2013 : Je me fiance. J'adopte Fleur de Lys, chatounette de quatre mois perdue devant ma fenêtre à 2h30, un matin de printemps. Je découvre l'Espagne avec les Jeunes de la Famille Marianiste et la Belgique à Beauraing comme animatrice pour l'Emmanuel. Je décroche mon premier contrat à l'Allionce Fronçaise locale, ce qui est un beau début (l'Allionce est géniale : personnel formidable, matos de pointe, ambiance sympa, je vis mon métier de façon différente et c'est agréable).

2014 : Je me marie et me mets à la couture. Bordeaux est maintenant mon chez moi et je suis très heureuse ici. Je rencontre le talentueux Gilles Thoraval lors d'un covoiturage et il m'offre son album Rêveurs de Lendemains, après que je lui aie acheté l'album Balades En "Chantées". Je voulais faire connaître sa musique aux enfants que j'aurais plus tard.

2015 : Je deviens maman. Je pratique l'allaitement exclusif à longue portée et découvre toutes les contrariétés bonnes idées qu'on te donne sans attendre qu'on te les demande joies de la maternité. Mon bébé est magnifique et je considère comme un honneur d'être sa mère. Je lui chante encore et encore la berceuse de G. Thoraval.

2016 : Je travaille comme une folle et invente toute une série de cours de phonétique pour l'Allionce. Là où je suis fière c'est que j'arrive à mettre du G. Thoraval et du Avez-Vous Déjà Vu (et aussi du Samantha Oups) dedans... et que ça marche ! C'est un petit chef-d'oeuvre en ce qui concerne ma vie professionnelle. Je deviens marraine.

2017 : Maman bis. Honneur bis. Je réaménage l'appartement pour faire tenir Monbébé avec Monfiston et Noslivres (dur). Je fais du tri par le vide, et ça fait du bien dans la tête. Je passe le meilleur 14 juilletde ma vie : sur la Garonne, avec mes Zommes (Un mari, deux fils), devant les feux d'artifices tirés depuis une barge sur le fleuve, en buvant du vin du château La Levrette. Et nous voilà.

Avec tout ça dans le désordre : des Moutonss, des rencontres grâce à ce blog qui ont donné de solides amitiés, (Froumi, Sékamado, Coolus, Yayon, je pense fort à vous), des petites bêtes, de la musique, et j'en passe.

Je ne fais pas ceci pour être lue par tout un tas de gens, juste pour donner des niouzes à ceux qui m'aiment et ne me voient pas assez, mais ce blog a créé d'incroyables opportunités, et de beaux, parfois magnifiques même, échanges.
MERCI.

Posté par Nitt à 17:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 juin 2017

Cousettes # Sac à bisous !

Un jour il faudra que je prenne le temps d'en faire d'aussi chouettes pour mes fils. Celui de Monfiston a été cousu en quatrième vitesse avant la naissance de Monbébé, à partir d'un sac Winnie l'Ourson offert par ma meilleure amie il y a des zannées et des zannées. Il l'aime bien et l'utilise à tort et à travers, mais c'est moins réussi que celui-ci :

IMG_6091

IMG_6092

On m'a demandé il y a quelques mois à quoi servait un sac à bisous.
C'est très simple : les jeunes enfants n'ont aucune notion du temps. Pour eux, comme pour Dieu, il y a le présent et c'est tout. Par conséquent se repérer dans le temps leur est très difficile. Alors imaginez lorsqu'ils font un petit séjour seuls chez des amis ou des grands parents, la difficulté de savoir combien de jours ils y passent, combien de jours il reste avant de retrouver Papa et Maman ! Le sac à bisous est votre solution ! Un bisou par jour passé loin des parents est glissé dans le sac avant le départ, et chaque soir on s'en pose un sur la joue puis on le range dans une poche spéciale. On peut alors compter les jours restants, matérialisés par les bisous, et se savoir toujours aimé de Papa et Maman, ce qui rassure au moment du coucher. Les enfants en raffolent, et Monfiston joue avec pendant la sieste, souvent en recouvrant sa peluche préférée de cœurs multicolores, ce qui le fait beaucoup rire. C'est aussi un biais réconfortant en cas de coup dur émotionnel : grondé par Papa, hop, je vais chercher les bisous et je me console.

Voilà voilà. Ce sac servira pour adoucir une séparation pendant le passage à la maternité de la maman...

Posté par Nitt à 17:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mai 2017

Fils de Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 17, 1b-11a)

    En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe. J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.

    Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »

IMG_0002

27 mai 2017, baptême de notre second fils.
C'était beau comme un mariage.

Lorsque nous regardons nos enfants nous sourire,
lorsque nous nous reconnaissons en eux,
nous éprouvons une telle joie !
Quelle doit être la joie du Père de prendre dans ses bras un tout petit,
et d'y reconnaître son Fils bien-aimé !

"C'est toi qui as créé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère." dit le psaume 138.
Dès avant la naissance de cet enfant, j'ai reconnu la Main de Dieu dans tous les évènements importants de sa vie. J'ai été encouragée et réconfortée de part et d'autre sur le choix de la façon dont j'allais le mettre au monde. Le lendemain de sa naissance, nous avons appris son père et moi qu'il allait devoir rendre visite aux médecins toute sa vie. Nous avons passé quatre jours en hôpital, service spécialisé, pour surveiller son évolution (qui fut parfaite). Et la Main du Seigneur nous a guidés et conduits. L'évangile du dimanche passé à l'hôpital était parfait. La visite de l'aumônier fut une profusion de grâces.
Et le baptême a été magnifique. Cet enfant est véritablement béni.

Posté par Nitt à 21:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2017

Cousette # 9 ou 10

Au chaud !

Rappelez-vous, pour Monfiston, j'avais cousu comme une folle une belle couverture qui est toujours dans son lit mais qu'il n'utilise jamais. Cela m'a tellement plu que j'ai recommencé. Et oui.
Le papa a remis son grain de sel dans la création à partir d'une chute de tissu magnifique mais comportant un défaut, et mes talents ma folie a fait le reste. J'ai fini il y a deux semaines environ, après m'être battue avec la garniture intérieure en polaire, qui fézérienkàmembêter. Grâce à une suggestion habile de ma Môman, je m'en suis sortie, et l'usage montre que j'ai réussi mon coup.

Sans plus attendre : tadam !

IMG_5972

IMG_5973

couvertureGre

Ze suis fière (et débordée).

Posté par Nitt à 16:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 mars 2017

22 mars 2017

Il a été dit qu'après deux excellentes nuits de sommeil (merci l'homéopathie) je ne dormirai pas cette nuit. Il est deux heures du matin et j'ai des contractions. Celles-ci, contrairement à celles qui m'ont inquiétée deux jours plus tôt, semblent sérieuses. Elles s'installent.

Le papa qui piaffait d'impatience va être content.

Cinq heures et demie, Monmari est réveillé, et un "clac" en moi fait tout accélérer et donne une nouvelle intensité à ce moment. L'oncle et le grand-père, prévenus, viennent à nous. L'oncle reste garder Monfiston pendant que le grand-père nous emmène (encore ! Il y avait eu une fausse alerte la veille) à la maternité.

Monmari est extraordinaire d'attention et de douceur. La force que je puise dans ses yeux et son humour subtilement distillé aux moments difficiles me permettent d'accompagner l'enfant.

Huit heures et neuf minutes, les sages femmes posent sur mon ventre une autre petite merveille. Un petit gars tout brun, qui se met très rapidement à pleurer et cesse pour nous écouter, son père et moi, lui chanter une berceuse que son frère connaît par cœur et qu'il a entendue avant de naître. C'est un beau moment.

Après un petit-déjeuner et beaucoup de tendresse, nous montons dans notre chambre. Monfiston numéro 1, lui, se réveillera pour trouver son oncle à la maison et ira avec lui chez ses grands-parents pour un petit séjour. Il partira entre autres avec un précieux sac à bisous bricolé quelques jours plus tôt et remplis de bisous de ses parents, à utiliser à volonté pour se rappeler que Papa et Maman l'aiment et le retrouveront vite.

Ce sera une journée toute douce.

PiedsJC

Me voilà donc maman de deux superbes fils.

Posté par Nitt à 14:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 février 2017

Fais comme la dame a dit

Peu après Noël, j'ai fait un truc fou. J'ai pris rendez-vous chez une esthéticienne à côté de chez moi. Et j'y suis allée.
C'était la deuxième fois de ma vie que je me faisais papouiller, et si ce n'était pas aussi agréable que la première fois (je vous passerai les détails du "nettoyage du visage") j'y ai récolté des conseils, encore, sur la bonne façon de soigner ma peau.

Faut croire que je suis toujours à côté de la plaque.

Enfin cette fois on m'a limite ri au nez quand j'ai parlé des conseils de la première esthéticienne, en me disant que "mais non, vous avez une peau réactive. Il faut pas l'assécher et vous avez vraiment besoin de bien l'hydrater ! Enfin !" Et patati, et blablabla.
Mais comme la dame avait l'air de savoir de quoi elle causait, et qu'elle a accepté sans sourciller l'idée que je fasse mes propres cosmétiques, en me disant de m'inspirer d'une crème de la gamme phare de son petit établissement pour en faire une adaptée à mon cas, j'ai essayé.

Voici la recette de ma formidable réussite crème. Que si vous avez des rougeurs, une peau qui tiraille, un peu sèche en hiver, précédez l'application par une vaporisation d'hydrolats de cyste ladanifère ou d'hélicryse, (moi je mélange) et essayez ceci :

Crème Tohru

Ingrédients :

* phase huileuse :

  • 5g de cire émulsifiante

  • 8g d'huile végétale de noisette

  • 2g de macérat de rose

  • 10g d'huile végétale de rose musquée du Chili

  • 5g de beurre de karité

* phase aqueuse :

  • 2g d'argent colloïdal

  • 3g de solution de chlorure de magnésium

  • 15g de gel d'aloé vera

  • 15g de ciste ladanifère

  • 15g d'achillée millefeuilles

 

  • env. 1g de miel

  • 2ml de poudre de perles d'eau douce

*Huiles essentielles :

  • 5gttes de camomille romaine

  • 5gttes de néroli

  • 5gttes de bois de hô

  • 5gttes de patchouli

Modus operandi :

  • faire chauffer au bain-marie les deux phases

  • quand elles sont à la même température, les mélanger vivement (avec un petit fouet)

  • ajouter les HE et battre à nouveau

C'est un régal ! Elle sent bon le néroli en effet, a une texture douce et un peu épaisse très agréable, fond bien sur la peau et se laisse absorber facilement. Réchauffe le visage à l'application ! Apaise, nourrit, adoucit, met de bonne humeur quoi.

Posté par Nitt à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 janvier 2017

De l'éducation...

Aujourd'hui, le courriel d'Une minute avec Marie racontait ceci :

"Un père, une mère qui élèvent leur fils !

La maternité de Marie ne s'est pas seulement limitée au processus biologique de la naissance, mais, comme pour toute autre mère, elle a également apporté une contribution essentielle à la croissance et au développement de son fils (…).

On pourrait penser que Jésus portant en soi la plénitude de la divinité, n’ait pas eu besoin d'éducateurs. Mais le Mystère de l'Incarnation nous révèle que le Fils de Dieu est venu dans le monde dans une condition humaine semblable à la nôtre, hormis le péché (cf. He 4, 15). Comme pour chaque être humain, la croissance de Jésus, de l'enfance à l'âge adulte (cf. Lc 2, 40) a eu besoin de l'action éducative des parents.

L'Évangile de Luc rapporte qu'à Nazareth, Jésus était soumis à Joseph et à Marie (cf. Lc 2, 51). Cette dépendance nous montre Jésus disposé à recevoir, ouvert à l'œuvre éducative de sa mère et de Joseph, qui exerçaient leur devoir également en vertu de la docilité qu'il manifestait de façon constante.

C’est Marie, avec Joseph, qui a introduit Jésus aux rites et aux prescriptions de Moïse, à la prière au Dieu de l'Alliance à travers l'utilisation des Psaumes, et à l'histoire du peuple d'Israël centrée sur l'exode de l'Egypte.

Saint Jean-Paul II, audience du 4 décembre 1996"

Il se trouve qu'en ce moment, je bouillonne de réflexions et de méditations autour de l'éducation. Notamment parce que j'ai découvert ceci :

À l'instar de la super maman de cette vidéo, je trouve épuisant - et à l'encontre de mon caractère - de crier pour me faire obéir, et d'interdir en permanence. Je pourrais citer la célèbre chanson de Jacques Dutronc pour vous donner une idée du quotidien de maman d'un enfant entre 18 mois et 2 ans. Or lorsqu'on est enceinte (et abimée), on fatigue vite, et on se demande s'il n'y a pas un autre moyen de faire. Tout particulièrement pour éviter de se transformer en dragon après la naissance du suivant, parce que c'est très compliqué d'en gérer deux, dont un qui pleure tout le temps, mange et dort à pas d'heure, remplit couche sur couche, et qui vous déphase toute la maisonnée.

Je m'interroge beaucoup.
Je médite sur ce qu'a pu ou dû être le quotidien de la Sainte Famille. Vous imaginez la Sainte Vierge vociférer sur l'enfant Jésus parce qu'Il a cassé un plat ou s'affoler parce qu'Il a dans la main un outil de son papa et qu'elle a peur qu'Il se coupe ? Vous l'imaginez Le mettre au coin parce qu'Il ne finit pas son assiette, ou Le consigner à la maison sans voir les copains de retour de Jérusalem, après la fugue ? Vous imaginez Saint Joseph donner une fessée à Jésus ?
Moi pas.
J'y arrive pas.
Et je me dis que si l'Enfant Jésus a été le plus doux et le plus merveilleux des enfants du monde, Il a dû apprendre les mêmes choses que tous les autres enfants. Tomber, essayer, se tromper, avoir des lubies d'enfant qui recommence 150 fois les mêmes activités, découvrir la frustration (et quand on voit comment les apôtres ne comprenaient rien, pendant sa vie publique, on se dit qu'Il a dû beauuucoup la connaître, la frustration !) et donc la colère... Comment sa mère - et son père - ont-ils réagi ? Je suis persuadée que la Discipline Positive donne de très bonnes clés de compréhension de l'ambiance chez la Sainte Famille, dans ce recoin de banlieue qu'était Nazareth.

Déjà, grâce à la vidéo que je vous encourage à regarder l'esprit ouvert, j'ai appris une chose très importante : le cerveau d'un tout petit enfant ne sait pas gérer la négation. Par conséquent, depuis une grosse semaine, je réinvente ma façon de parler à mon fils. Je passe de "ne touche pas ! Ce n'est pas pour toi ! Non non non il ne faut pas ! Ne t'approche pas du four ! Ne mets pas les pieds sur le chat ! Il n'aime pas ça !" etc. à "Tu regardes seulement. Ca, c'est seulement pour Papa et Maman. Fais attention à toi s'il te plaît. Reste loin du four, il est chaud c'est dangereux. Sois gentil avec Lylyss, tu peux la toucher avec les mains seulement, et sur le dos. Tu vois, elle est contente comme ça."
Et je constate un double-changement : mon fils m'obéit, et en plus, je passe de l'attitude très française et ronchonnarde qui consiste à tout considérer négativement (ne pas, ne pas, ne pas), à celle, très enthousiasmante, de ne regarder et communiquer que sur le positif. Je constate que le verre est rempli à moitié d'eau, à moitié d'air ! Cela rejoint de plus une recommandation de Bernadette Lemoine, auteur de Maman, ne me quitte pas ! qui avait constaté l'importance d'un discours positif avec les enfants.
C'est une sacrée gymnastique mentale, mais ça en vaut vraiment la peine.

Ensuite, je lis avec avidité le livre de Jane Nelsen sur la Discipline Positive et je réinvente mon futur de maman. Je découvre une autre façon d'agir avec les enfants. Je reviens beaucoup sur l'éducation que j'ai reçue et je me dis que si j'avais bénéficié d'une telle méthode, je serais sans doute beaucoup moins craintive et introvertie aujourd'hui. (Pour autant, je reconnais toutes les valeurs qui motivaient les adultes qui m'entouraient et ce qu'ils ont réussi à me transmettre, hein, je ne crache pas dans ma soupe !) Et quand je pense qu'avec une façon d'éduquer en douceur, avec compréhension, respect, détachement, bienveillance et fermeté, l'âge compliqué de l'adolescence pourrait très bien se passer chez nous, je me dis : "bingo ! En avant toute !"
Et en plus mon merveilleux mari est prêt à découvrir et à en discuter. J'en ai de la chance.

Le bonus : les trucs appris dans le livre de J. Nelsen sont applicables avec les proches en général. Parce qu'en faisant preuve de bienveillance toute la journée avec ses enfants on prend l'habitude de mieux communiquer, de respecter l'autre et soi-même autant qu'on le mérite, mais sans violence. Parce que les difficultés deviennent des moyens d'apprendre. Parce qu'en acceptant de ne pas être parfait, on accepte que les autres ne le soient pas non plus.
Quel bol d'oxygène !

Tout cela pour vous dire que ça mijote, ça médite, ça me passionne et je voulais partager cela. Se dire que de grandes nouveautés en terme d'éducation peuvent nous rapprocher de la Sainte Famille, je trouve ça génial.
Je tâcherai de vous donner des nouvelles de mes apprentissages sur le sujet.

Posté par Nitt à 23:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2017

Bonne année !

Voeux17

C'est très bien entourée que je vous souhaite une excellente année deux-mille-dix-sept.
Réalisez vos projets, aimez vos proches, rencontrez des gens, souriez,
transformez chaque difficulté en occasion d'apprendre sur vous et sur le monde, bref,
soyez heureux !

Posté par Nitt à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 décembre 2016

Le père Nowel est une ordure (mais le petit Jésus est super sympa)

Le dernier vendredi avant les vacances de Noël, nous avons été invités en famille au pot de Noël avec visite du père Noël dans le lycée où travaille Monépoux.
Idée sympathique, originale, plaisante et conviviale du Comité d'Entreprise à destination des profs qui ont la vie dure. Si si. Nous nous y sommes donc rendus curieux et fatigués avec un bout de chou qui devait recevoir un cadeau.

Nous avons tout d'abord vu, émerveillés et ravis (jeunes parents quoi) notre progéniture faire un sourire béat en constatant qu'il n'était pas le seul enfant, puis, après quelques minutes de découverte pendu aux mains de Maman, s'égailler joyeusement et en confiance au milieu des autres. "Il est bien, ce petit !" se dit-on alors, avec une larmichette de fierté au coin de l'œil.
Après l'attente bruyante considérant qu'une trentaine d'enfants de tous âges couraient partout dans une petite salle de théâtre, nous avons vu débarquer ooooh tiens donc, un monsieur en rouge et blanc, barbe incluse, qui s'est assis sur une chaise bien en évidence et a commencé à appeler crier les noms des enfants surexcités.
Monfiston ne connaissant ni le bonhomme, ni les usages, il se fichait un peu de ce qui se passait, jusqu'à ce qu'on l'appelle et que son papa le conduise devant Papa Nowel.
Les enfants autour de nous déballaient des figurines de super-héros, des véhicules télécommandés, des kits de bricolage / chimiste / coloriage et j'en passe à donner le tourni, et même un splendide Monsieur Patate géant (il a fallu expliquer à Monfiston que c'était le jouet de l'autre petit garçon d'un an et demi, pas le sien, *soupir*)... et nous nous sommes retrouvés avec un colis qui ne ressemblait à rien, énorme, et que j'ai trouvé suspect dès le début.

J'avais raison.

Nous avons fini par déballer l'engin pour nous trouver en présence de ceci :

pieuvreinfernale

Une pieuvre chantante qui expulse des balles en plastique par le milieu de sa casquette, avec un infernal bruit de moteur (elle tourne sur elle-même). Au bout de cinq minutes d'inutilisation, la chose s'exclame "Waps !" ce qui correspond à la prononciation de la marque qui ose commercialiser cette horreur, et s'éteint automatiquement. Or comme l'enfant se trouve généralement à proximité, le son produit attire son attention, le détourne de l'activité qu'il avait choisie, ravive son intérêt pour le bidule et c'est reparti pour des rires et des chansonnettes-qui-collent avec une voix suraigüe.
Je l'ai immédiatement pris en grippe. Vous l'aurez deviné.

Quand le Dr Montessori, après des années d'observation du fonctionnement inné des enfants, préconise des objets simples, beaux, aux couleurs douces, dans des matériaux bien choisis, et du calme pour découvrir et apprendre, à l'heure où j'essaie de mettre en application ses principes dans notre maison, Papa Nowel nous balance... ÇA ! Tout le contraire !
Monfiston a beaucoup aimé le nez orange qui fait parler la pieuvre, Monmari a trouvé très vite insupportables les yeux débiles rigolos qui donnent le tourni, et moi, entre le bruit, la taille, les couleurs, l'idée même de faire chanter une pieuvre qui aurait un nez, une casquette et un trou en haut de la tête, quand en plus je constate que mon fils ne joue avec que quand son père attire son attention dessus ("Il est bien ce petit !" bis), je n'ai eu qu'une obsession, m'en débarrasser.

Et puisque nous l'avions eu gratuitement, et que je ne pouvais pas décemment "faire de l'argent" à partir d'un machin contre-productif pour les jeunes enfants...

Après une petite préparation du matériel et une photo pour vous montrer la chose, j'ai déposé sur la place St Michel, le coeur léger d'accomplir une double-bonne-action (Ouais ! Combo !) un carton avec une petite pancarte "jouet neuf, servez-vous" et la pieuvre dedans, avec toutes ses boules, sa pile neuve, et ses infernales couleurs criardes. Il y avait même le mode d'emploi. Je suis persuadée que le 24 décembre, pendant le marché, des parents du quartier sont tombés dessus et ont trouvé ce cadeau de Noël gratuit vachement bien. À moins qu'un marchand matinal ne l'aie trouvé avant les autres et ajouté à son étal pour 5€. En fait, m'en fiche un peu.
C'est plus dans mon salon.

Le Père Nowel, je le retiens avec ses cadeaux pourris.

L'Enfant Jésus, en revanche, est adorable. Pour son anniversaire, nous avons eu...

  • un nouveau réfrigérateur qui marche (j'en suis toujours toute joyeuse),
  • le remboursement du réfrigérateur au-delà de son prix réel par les entreprises qui refusaient de nous dédommager,
  • une nouvelle chaudière silencieuse et économique,
  • les livres sur l'éducation que je voulais,
  • de beaux jouets en bois pour notre fils,
  • des amis en visite,
  • des visites à la famille,
  • une très belle messe dans notre paroisse,
  • et bien sûr j'en passe.

Cette année, la Sainte Famille nous a gâtés.

Posté par Nitt à 14:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 décembre 2016

Mes remèdes

Hier matin, lendemain de mon anniversaire. J'étais allée travailler tard, mon super-mari nous avait préparé un super diner, et nous nous étions tous couchés trop tard. J'arrive dans la salle à manger, avise la cuisine... nourris mon fils, essaie de petit-déjeuner. C'est difficile de manger le matin avec un ludion qui trotte partout et qui veut goûter à tout ce qu'on essaie d'avaler soi-même. C'est difficile de garder en tête UNE chose à faire quand il faudrait tout faire en même temps et que le fouilli qui règne en maître à la maison ne laisse à l'esprit aucun répit.

Là, le Zen manque. Vous savez, ces espaces dénudés à la japonaise où votre esprit peut vagabonder ou se concentrer sur un point précis.

Il y a le bruit.
Il y a le manque de repos.
Il y a la faim.
Il y a le manque d'ordre.
Il n'y a pas de brèche dans cet incroyable capharnaüm où tout est à recommencer en permanence.
Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, le "burn-out maternel" n'attend pas d'avoir sept enfants et une maison de 25 pièces. Un seul petit suffit.

Mother from StephanieC on Vimeo.

 Alors, grâce à la présence de ma moitié que j'aime, j'ai pris doucement les choses en main. Et j'ai quelques remèdes contre la fatigue nerveuse qui en ce moment n'est jamais très loin.

Se tourner vers le Seigneur et Lui dire simplement : "au secours !"
Supercalifragilisticexpialidocious ! Et imaginer les Moutonss qui dancent dessus, comme Mary Poppins. Très efficace.
Un bon bain chaud, au calme.
Oublier tous les "il faut" et être créative :

IMG_5296

IMG_5299

Un thé délicat et parfumé.
Faire comme dans la chanson Little Acorns des White Stripes : couper les problèmes en tout petits morceaux et s'en occuper bout par bout.
Et des bouchons d'oreille pour pouvoir s'occuper de ses affaires en laissant de côté les "meugnonmeugnonmeugnonmeugnon" lancinants et souvent à plein volume de ces derniers jours.

Et vous, quels sont vos remèdes contre la crise de nerfs maternelle ou paternelle ?

Posté par Nitt à 16:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,