Les Niouzes de Nitt'

03 décembre 2016

Mes remèdes

Hier matin, lendemain de mon anniversaire. J'étais allée travailler tard, mon super-mari nous avait préparé un super diner, et nous nous étions tous couchés trop tard. J'arrive dans la salle à manger, avise la cuisine... nourris mon fils, essaie de petit-déjeuner. C'est difficile de manger le matin avec un ludion qui trotte partout et qui veut goûter à tout ce qu'on essaie d'avaler soi-même. C'est difficile de garder en tête UNE chose à faire quand il faudrait tout faire en même temps et que le fouilli qui règne en maître à la maison ne laisse à l'esprit aucun répit.

Là, le Zen manque. Vous savez, ces espaces dénudés à la japonaise où votre esprit peut vagabonder ou se concentrer sur un point précis.

Il y a le bruit.
Il y a le manque de repos.
Il y a la faim.
Il y a le manque d'ordre.
Il n'y a pas de brèche dans cet incroyable capharnaüm où tout est à recommencer en permanence.
Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, le "burn-out maternel" n'attend pas d'avoir sept enfants et une maison de 25 pièces. Un seul petit suffit.

Mother from StephanieC on Vimeo.

 Alors, grâce à la présence de ma moitié que j'aime, j'ai pris doucement les choses en main. Et j'ai quelques remèdes contre la fatigue nerveuse qui en ce moment n'est jamais très loin.

Se tourner vers le Seigneur et Lui dire simplement : "au secours !"
Supercalifragilisticexpialidocious ! Et imaginer les Moutonss qui dancent dessus, comme Mary Poppins. Très efficace.
Un bon bain chaud, au calme.
Oublier tous les "il faut" et être créative :

IMG_5296

IMG_5299

Un thé délicat et parfumé.
Faire comme dans la chanson Little Acorns des White Stripes : couper les problèmes en tout petits morceaux et s'en occuper bout par bout.
Et des bouchons d'oreille pour pouvoir s'occuper de ses affaires en laissant de côté les "meugnonmeugnonmeugnonmeugnon" lancinants et souvent à plein volume de ces derniers jours.

Et vous, quels sont vos remèdes contre la crise de nerfs maternelle ou paternelle ?

Posté par Nitt à 16:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


17 novembre 2016

Petits plaisirs de la vie en novembre

Mon quartier, c'est Marrakech. Ou Tunis. Un joli mélange en tous cas, où dans l'une des principales rues, dans laquelle se trouvent la majorité des petits commerces, on nous vend des assayates à 4€, des climontines et des corgettes (authentique !) et aussi... des pâtisseries orientales. LA boutique se nomme La Rose de Tunis et je fais attention de ne pas y aller souvent, sinon je ferais des trous dans le budget, et des courbes supplémentaires sur moi.

Mais de temps en temps... un petit plaisir par un après-midi de novembre froid et gris :

théorientale

un thé aux agrumes et des pâtîsseries miniatures aux amandes et aux paillettes. Mmmmmmmh !

Posté par Nitt à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 novembre 2016

Il est ter-mi-né ! (Oh yeah.)

Le plus simple, c'est que je vous raconte :

Pas maaal, hein ? Il est en route pour Nantes !
Amuse-toi bien avec petit filleul !

Posté par Nitt à 17:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 novembre 2016

Et pourtant c'était une bonne journée

Une journée qui démarrait avec une sortie en direction de l'Allionce où j'allais discuter de mes disponibilités (cela fait toujours plaisir quand votre employeur vous demande si vous voulez du travail. C'est professionnellement gratifiant.) puis des déambulations dans des boutiques pour aller enfin voir la marque japonaise qui a débarqué à Bordeaux, trouver des merveilles pour la maison au prix modique de deux euros pièce, chercher le jogging de grossesse dont une collègue parlait quelques heures plus tôt (et ne pas le trouver), savourer la fin d'une belle aventure de couture et la fierté de voir mon chef-d'œuvre achevé...

Et un message de ma maman dans mon téléphone. Notre Chapo, notre petite inséparable, survivante de son irascible colocataire  et inoubliable participante à toutes les conversations tenues en sa présence, est morte.
Je l'aimais bien cette petite bête. J'ai eu de la chance de l'avoir.

Ce n'est qu'une petite douleur au milieu de toutes les horreurs de ce monde, mais elle me touche au cœur.

La vie continue, elle est belle, et chez nous elle se multiplie.

Posté par Nitt à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

À fond

Actuellement, je suis à fond dans plusieurs idées folles.

La première, c'est la recherche d'un moyen d'éduquer Monfiston en y laissant moins d'énergie. "Non, pas ça !" "Ne va pas ici !" "Ne touche pas à ça !" c'est épuisant pour les nerfs et absolument pas épanouissant. Ni pour lui, ni pour moi.
Alors je me mets à la discipline positive. Lentement, mais sûrement.
D'abord, avec quelques connaissances acquises en observant la formidable institutrice dans la classe de qui j'ai été AVS il y a trois ans. Elle appliquait la gestion mentale et la discipline positive avec ses CM1 et c'était époustouflant.
Ensuite, avec Tarisayi de Cugnac et son défi de 21 jours. Mon souci est qu'actuellement les jeux proposés ne peuvent pas marcher : à 19 mois, il ne parle pas, et il ne laisse pas trainer son linge partout, il n'a pas l'âge. Donc les deux vidéos (sur vingt-et-une) vues pour le moment ne serviront que plus tard. Mais j'enregistre les informations et je sortirai les idées de mon (très grand) chapeau à la première occasion !

La deuxième idée folle, c'est la couture.
Je suis en train de finir mon livre en tissus, ou plutôt mon livre d'activités en tissus. Beh oui, à force d'avoir des idées et d'en recevoir de très bonnes (merci Monépoux), c'est devenu toute une aventure !
La dernière couture attend le séchage complet des pages et je grille d'impatience de le voir achevé. Je suis pas la seule d'ailleurs, et je suis très fière de voir mon fils jouer comme un petit fou avec les pages déjà sèches. Il faudra vraiment que j'en fasse un autre pour nous, parce que celui-ci va lui manquer. ^^
Et j'ai la ferme intention de faire une vidéo pour vous montrer le résultat.

Et enfin, troisième idée folle : je me fais des cartes mentales. Avec de bons conseils de moi à moi. Et comme j'aime partager et que j'ai pensé que certaines pourraient être utiles à d'autres (plutôt que de se farcir les diaporamas d'MSN ou la lecture en boucle d'articles sur des sites qui aiment ne donner que de petits bouts d'infos pour vous pousser à passer de page en page en oubliant de regarder l'heure comme je l'ai fait), voici en exclu deux cartes.
Une pour bien dormir, et une pour penser à prendre ceux qu'on aime dans ses bras.
De l'amour, je vous dis ! De l'amour, nom d'un chien !

J'espère que vous arriverez à lire : (Arf, en fait il faut cliquer sur les images et ça s'affiche en taille réelle.)

Dormir

CâlinsLes cartes mentales, outils de mémorisation qui se lit dans le sens des aiguilles d'une montre, ont été réalisées grâce au site Framindmap.org. Je l'utilise beaucoup pour mes cours et les étudiants qui acceptent de travailler avec sont généralement séduits. Je le recommande.

Si parmi ceux et surtout celles qui passent par là ces cartes vous ont plu, n'hésitez pas à laisser un ch'tit mot, ça m'encouragera à en partager d'autres sur des sujets qui vous intéresseraient, il pourrait même s'agir de cartes de grammaire ou de vocabulaire pour vos enfants ! Ça me fera plaisir.

Posté par Nitt à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 octobre 2016

Toujours en vie !

Travail en cours :

IMG_5186

Pour un bout de chou qui l'attend depuis des mois. Monfiston qui a maintenant 18 mois a regardé avec beaucoup d'attention chaque page et semble bien apprécier le cochon. Faut dire que c'est pas le moins réussi. Je continue avec grande motivation et vous montrerai le résultat quand ce sera fini et offert !

Sinon, après des mois de travail acharné à l'Allionce Fronçaise, avec des tas de trucs passionnants, de la phonétique, de la diplomatie, du fle avec des grands débutants et d'autres beaucoup moins débutants, je suis en carence depuis fin août, et j'en profite. Repos, chouchoutage de Monmari et de Monfiston, projets de couture à donf, comme vous le voyez, bonne bouffe, et depuis plus d'un mois des courses deux fois par semaine et beaucoup de créativité pour vivre sans frigo !
Notre réfrigérateur n'a pas supporté le dégivrage de fin d'été alors qu'il n'avait que 3 ans et demi, et nous sommes empêtrés dans les soucis avec le fabricant qui ne veut pas le remplacer alors qu'un contrat l'y oblige. C'est compliqué. Et je n'ai qu'une glacière pour stocker toute la bouffe pour trois, c'est pas simple. Mais on s'y fait. M'enfin, la bouffe en boîtes de conserve et pas de congélation ni de possibilité de conservation des restes, arf, ça demande beaucoup d'arythmétique culinaire !

Sur ce, j'ai une recette de bonbons contre la grippe à faire d'urgence, je reviens... quand je peux. Navrée de bloguer si peu. C'est rempli la vie de maman.

Posté par Nitt à 16:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 avril 2016

Un beau cadeau...

Hier je n'ai pu poster, malgré l'envie de partager un bel anniversaire.

201404Mariage

Deux ans !

Nous avions décidé avec ma moitié de nous rendre - ô exploit - au cinéma. Puis au restaurant. Afin de marquer le coup, et de nous retrouver un peu entre nous.
Notre belle-sitter (oui, la belle-soeur-baby-sitter, suivez un peu) nous ayant fait défaut, nous avons annulé le cinéma et sommes partis en famille au restaurant. Où notre fils, surexcité, a fait du charme à la moitié des personnes présentes et... ses premiers pas !
Il ne s'en est pas rendu compte, il a simplement marché vers son père en oubliant de vérifier si je le tenais encore. Il ne s'est rendu compte de rien non plus quand, quelques quarts d'heures plus tard, son père l'a lâché près de moi et l'a laissé faire deux pas tout seul comme un grand. C'est un joli cadeau qu'il nous a fait.

À part cela, il commence à dévisser les bouchons, à ouvrir et fermer les fermetures éclair, il s'est mis au quatre-pattes le jour de son premier anniversaire, il poursuit le chat avec un air ravi et des cris suraigus, joue à taper avec n'importe quoi sur les boules de son jeu à boules (une petite maison percée de quatre trous sur le toit, à travers lesquels on peut faire passer des boules en bois, en les frappant à l'aide d'un petit maillet), allume et éteint la lumière, se trouve tout flatté quand on lui propose de faire "comme Papa et Maman" et d'aller aux toilettes (encore rien, mais on y croit), découvre que replonger assis dans son bain au lieu d'en sortir tout à fait c'est très amusant, joue avec les aimants laissés à sa disposition sur le frigo (et va les cacher exprès sous la porte), fait le tour du salon en poussant sa chaise haute avec des airs de vainqueur, joue à cache-cache avec sa mère autour de son lit et n'en peut plus de rire à chaque partie, ... il rend la vie de ses parents très rythmée, très fatigante, et très belle.

Posté par Nitt à 23:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 avril 2016

Ton lait, il est pas laid

Cela fait des mois que je souhaite parler de ceci.

Et cela fait des mois que je n'ai pas le temps. Et que mes réflexions me mènent très loin. Et que je rumine des choses.
Il y a des phrases qu'on ne devrait jamais dire aux jeunes mamans. Il y a des phrases qu'on ne devrait jamais dire aux mamans qui font le choix d'allaiter plus ou moins longtemps. J'ai eu droit à une belle collection, parce que j'ai choisi, soutenue par mon époux (il est formidable mon époux) d'allaiter exclusivement pendant neuf mois. Au départ je voulais le faire pendant un an.

BiberonFlorilège :
- Pensez bien à masser les seins après chaque tétée pour faire sortir le lait qui reste et éviter que ça s'abime.
- Mais il a faim ton bébé ! Il faut diversifier son alimentation !
- Si ça se trouve, il est allergique à ton lait ! Tu sais, je connais quelqu'un qui...
- Si ça se trouve tu n'en fabriques pas assez. Je connais quelqu'un qui...
- Tu dois être épuisée.
- Faut bien nettoyer le sein avant et après chaque tétée.
- Les crevasses, c'est normal on en a toutes, ça fait mal, c'est comme ça.
- Comment tu vas faire quand il aura des dents ?
- Elle a des seins [comme ci] elle a dû mettre des "bouts de seins" pour allaiter sa fille.
- Mais si tu le tiens comme ça il ne peut pas avaler ! Moi je faisais comme ça.
- Tout ce que tu avales se retrouve dans le lait.
- Ne lui caressez pas le dos quand vous l'allaitez sinon il va associer ce geste à la tétée.
- Tu dois boire trois litres par jour quand tu allaites !
- Le lait de vache, ça va très bien aux nourrissons. Y a pas besoin d'acheter du lait en poudre.
- Il a sept mois ? Ben oui c'est largement temps de passer à la nourriture solide, le mien il a quatre mois et il veut attraper nos cuillers. Le pédiatre nous a dit qu'on pouvait.

J'en oublie, et j'en oublie plein.
La première citation me vient tout droit d'une (tenez-vous bien) sage-femme de la maternité avec label Hôpital ami des bébés où j'ai accouché. C'était une jeune. Je n'en reviens toujours pas.

D'abord, je tiens à dire que l'allaitement, c'est un choix. Un choix, c'est quelque chose qu'on décide librement, c'est-à-dire après s'être renseigné(e), avoir mûri sa réflexion, et sans pression extérieure. Cela veut dire que la femme formidable qui choisit de ne pas nourrir son enfant au sein, elle a raison autant que moi. Celle qui fait un allaitement court en toute connaissance de cause, parce qu'elle et sa famille y trouvent leur équilibre, elle a raison aussi.
Moi, j'ai décidé, parce que j'ai lu les résultats d'une étude passionnante sur le sujet, que mon enfant serait nourri un an au sein. Dont une période aussi longue que possible de façon exclusive. C'est ce qu'il y a de meilleur pour lui, pour moi, et mon mari est d'accord et m'a encouragée dans cette voie. Savoir que son enfant et sa femme seraient protégés de plusieurs maladies allant de l'obésité au cancer, et que Bébé aurait un meilleur développement psychomoteur que d'autres non-nourris au sein ou moins longtemps, ça lui plaisait, et moi ça m'enthousiasmait. Nous avons trouvé notre équilibre, notre fils a une croissance harmonieuse et son entourage le trouve vif, intelligent et plutôt avancé pour son âge. Ce qui me rend très fière et me conforte dans ma décision. Cet hiver, des mamans m'ont interrogée au travail, pour savoir si mon fils n'était pas trop malade. Il se portait comme un charme, grâce à mes anticorps. Et le lien qu'il y a entre Monbébé et moi est très sain (sans jeu de mot !), merci.

Que disent les spécialistes ?
Le Dr Marc Pilliot, président de la CoFAM :

  • "Le lait maternel est un produit biologique, vivant, évolutif qui véhicule des nutriments adaptés, mais aussi qui possède de nombreuses propriétés biologiques (cellules diverses, enzymes, facteurs de croissance, hormones, etc…). La croissance en poids et en taille de l’enfant au sein est spécifique et identique quelles que soient les variations génétiques et l’origine ethnique.
  • L’allaitement diminue l’incidence et la gravité de nombreuses maladies infectieuses, virales et bactériennes, y compris dans les pays industrialisés. La protection est d’autant meilleure que l’allaitement est exclusif et prolongé.
  • L’allaitement maternel a aussi un effet protecteur sur le risque d’obésité chez l’enfant et l’adolescent, sur le risque de malocclusion dentaire, sur la pression artérielle et la cholestérolémie de l’adulte. Pour la prévention de l’allergie, les études sont contradictoires. Pour le développement cognitif, des études avec correction des biais éventuels montrent un bénéfice d’environ 3 points de quotient intellectuel : cela reste bien sûr très modeste sur le plan individuel, mais c’est très intéressant à l’échelle d’une population.
  • Pour la mère, les bénéfices de l’allaitement sont notables : diminution des infections post-partum, perte de poids plus rapide, protection contre les cancers du sein et de l’ovaire, prévention de l’ostéoporose.
  • Enfin l’ocytocine, régulièrement larguée dans le cerveau maternel lors de l’allaitement, joue un rôle dans la modulation des comportements de la mère avec diminution de l’anxiété, du stress et de la réactivité aux émotions négatives. Cela renforcerait ainsi un climat émotionnel favorable à la mise en place de la relation mère-enfant."

Jean-Marc Dupuis, auteur de la lettre Santé Nature Innovation (le 5 février dernier) :

"Une étude internationale sur l’allaitement vient de paraître dans la revue prestigieuse The Lancet. Après avoir recueilli et analysé les données de 164 pays, les chercheurs publient des résultats époustouflants.
Si toutes les mères allaitaient exclusivement au sein jusqu’à 6 mois, puis partiellement jusqu’à 2 ans :

  • Il y aurait 823 000 morts d’enfants en moins chaque année, à l’échelle de la planète (enfants de moins de 5 ans).
  • Il y aurait 20 000 morts par cancer du sein en moins, et également moins de cancers des ovaires
  • Il y aurait moins de pathologies infantiles

Cette étude vient confirmer les estimations déjà avancées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Dans les pays pauvres, le risque de mortalité est 8 fois plus faible (!) chez les enfants de moins de 6 mois allaités au sein.

Mais les pays riches ont aussi à y gagner :

  • Déjà parce que c’est là où les femmes allaitent le moins, surtout au-delà de 6 mois
  • Ensuite parce que donner le sein réduit de 36 % le risque de mort subite du nourrisson
  • Et que donner le sein réduit de 58 % le risque de problèmes d’estomac potentiellement mortels – l’entérocolite nécrosante [1].

Cela représenterait aussi de vastes économies pour la collectivité : aux États-Unis, si 90 % des mères allaitaient, la baisse des maladies infantiles représenterait une économie de 2,3 milliards d’euros par an sur les dépenses de santé.

De plus, allaiter soi-même c’est économiser sur les laits pour bébés qui coûtent très cher. Le marché mondial des laits pour bébés pesait 41 milliards d’euros en 2014."

Si vous demandez au Dr Marie Thirion, auteur d'un livre passionnant et magnifique que j'ai eu la chance de lire, voici les réponses à ce que j'ai entendu autour de moi :
1) Le lait est produit à partir du moment où le bébé tète et où l'information parvient au cerveau de la mère, qui envoie une hormone dans les glandes galactogènes afin qu'elles se mettent au travail. Le sein n'est pas un réservoir qui se remplit entre les tétées et qui risque de ne pas l'être assez, ni de rester encombré après. L'impression de "remplissage" douloureux au début de la mise en place de l'allaitement est due à la présence dans les cellules des nutriments qui passeront dans le lait. C'est un œdème.

2) Un bébé n'a pas plus faim quand il boit le lait de sa mère que quand il avale du lait en poudre ou de la purée. Seulement il digère plus vite, parce qu'il digère mieux.

3) Les cas d'intolérance grave aux protéines animales d'un nourrisson sont extrêmement rares, et les risques qu'un lait maternel soit inadapté à l'enfant quasi-nulles. (Et puis pensez un peu à ce qu'une mère peu renseignée pourrait penser ensuite ! Damned, c'est grave de dire quelque chose comme ça !)

4) La production de lait étant déclenchée par l'enfant, et le lait étant plus riche à mesure que la tétée dure, un enfant est nourri pile comme il faut, quand l'allaitement se passe bien : il faut une maman détendue, heureuse de nourrir, et dégagée des soucis qui, c'est vrai, peuvent "la bloquer". Mais quand tout le monde est relax, l'enfant est bien et assez nourri. "Sois cool et le lait coule" nous disaient les dames de Solidarilait.

5) Ce n'est pas l'allaitement qui fatigue, c'est la maternité. Je préfère dégainer une aréole et nourrir en direct avec du lait tout prêt et gratuit, à température idéale, que rajouter des biberons à une vaisselle déjà surnuméraire, et des pots encombrants dans mes sacs de course. Moi, c'est ça qui me fatigue.

6) Nettoyer trop est contre-productif, le magazine 60 Millions de Consommateurs l'a rappelé récemment. Nettoyer le sein (voire le stériliser comme on l'a conseillé il y a une génération) supprime l'odeur de la mère autour de l'aréole, odeur dont l'enfant a besoin pour le trouver. Autrement dit, pour savoir où se nourrir. C't'un peu bête, non ? Nettoyer après c'est se passer des bienfaits du lait (cicatrisant, hydratant et antiseptique) sur des mamelons parfois mis à rude épreuve.

7) Les crevasses c'est une question de position du bébé, et de volonté de la maman de "lui permettre de respirer". Au lieu d'être collé contre le sein, le bébé se retrouve à tirer dessus, ce qui crée des crevasses. Moi, je n'en ai jamais eu.

8) Les dents du bébé ne gênent pas. Le mien n'en a que deux, et sa langue passe dessus, ce qui me protège contre toute attaque dentaire. Mais c'est vrai, quand ils en ont plusieurs, ils testent un jour ce que ça fait sur maman. Qui doit expliquer fermement que c'est pas un truc à refaire.

9) La forme ne fait rien à l'allaitement. Seuls les préjugés sur la forme des seins ont des effets. Qui sont négatifs.

10) Tenir son bébé c'est une affaire de formation. Les positions que j'ai utilisées m'ont été enseignées en groupe d'information Solidarilait, et par de nombreuses sages-femmes à la maternité. J'ai adopté les plus faciles pour moi et ça m'a permis de nourrir bien et longtemps, sans douleurs inutiles.

11) Tout ce qu'on avale se retrouve dans le lait, c'est vrai. Mais faut pas exagérer non plus et la maman a le droit de manger ou boire comme elle le sent, non ? Après tout c'est de son enfant qu'il s'agit, et elle est la première à vouloir son bien.

12) En quoi être habitué à un geste de tendresse peut-il être mauvais pour un nourrisson ? N'est-ce pas plutôt dommage que la mère soit frustrée pendant l'allaitement ?

13) Boire en excès est aussi mauvais que de ne pas boire assez, parce qu'on se déminéralise. Et on n'a pas besoin de se forcer pour boire. Un médecin me l'a confirmé récemment (en cours de FLE !) chaque organisme est différent et se fixer des quantités basées sur des moyennes est mauvais. Une mère qui accueille un enfant en son sein a soif et boit beaucoup, spontanément. Quand l'enfant est né et qu'elle le nourrit, l'eau bue passe en priorité dans le lait et si elle a besoin de plus... elle a soif et va boire ce qu'il lui faut.

14) L'alimentation des bébés humains au lait de vache, qui est fait pour nourrir des veaux, soit des bêtes de plusieurs centaines de kilos avec un très petit cerveau par rapport à leur masse, est la plus grande expérience biologique sans filet que nous ayons menée dans le monde. Personne ne sait ce que sont / seront les effets réels sur un organisme qui a besoin de beaucoup plus de fer que n'en contient ce lait bovin, d'une batterie de vitamines présentes dans des quantités très différentes, et j'en passe. Le lait le plus proche de celui de la femme, selon les sources, serait celui du dauphin ou d'un autre animal ont j'ai oublié le nom. Ce qui est sûr c'est que chaque mammifère femelle produit un lait adapté à la croissance de sa progéniture. Un chaton nourri avec du lait d'autre-chose, même du lait de femme, meurt. Pas comme dans la chanson de Brassens.

15) Le pédiatre dit ce qu'il veut, c'est aux parents que revient la décision finale. Point final.

***

Ce qu'il ne faut pas à une jeune mère, ce sont les jugements et la pression de part et d'autre. Elle se critique déjà bien assez elle-même, en général.
Ce qu'il faut toujours à une jeune mère, c'est de la compréhension, de l'écoute, de l'aide pour pouvoir nourrir et soigner son enfant comme elle le désire.

 En matière de parentalité comme en matière de religion, ce qui fait le plus de mal, ce sont les jugements que l'on porte sur autrui.

Posté par Nitt à 00:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 avril 2016

Il y a deux ans...

12-04-14 Mariage civil-66

Posté par Nitt à 17:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2016

Cousettes #7

Hihihi, cousettes, sept, la sonorité de ce titre me fait poiler.

Et sinon, la dernière cousette en date, finie récemment et envoyée la semaine dernière (ouais, j'arrive à raconter des trucs récents maintenant !) est... un sac !

"Encore un ?" me dites-vous, passablement déçus et au bord de la consternation.

Ben oui, encore un. C'est facile à faire (hum, enfin...), c'est amusant et la demoiselle à qui il était destiné avait flashé sur le sac à mâchouilles de mon bout-de-chou à moi. Sa mère m'a appris qu'elle était fan de sacs en tous genres, autrement c'est une vraie fille, et je suis repartie d'une visite en me disant que rôh là là il faudrait lui en faire un.
Je repartais aussi avec un énorme sac de tissus pour faire un livre de tissus. À l'intérieur se trouvait un morceau de polaire dont on m'a dit : "si tu peux en faire quelque chose pour [ma fille], elle en raffole, ce serait chouette qu'elle ait quelque chose pour elle avec ça."

Quelques semaines plus tard, la-dite maman me demande de lui faire un sac à bisous.

Kessécé un sac à bisous ?
Un sac à bisous, c'est une petite poche spéciale dans laquelle on met autant de bisous qu'il y aura de nuits passées loin de Papa et Maman quand on va dormir chez quelqu'un. C'est un objet rassurant qui permet à l'enfant de se savoir aimé et d'avoir un bisou de Maman chaque soir avant d'aller dormir, de compter les jours et de se situer dans le temps (ce qui est trèèès difficile avant l'âge de raison) et c'est une méga-bonne idée. Quand Monbébé sera assez grand, je lui en ferai un aussi.
En plus, c'est rigolo à faire.

Après négociations avec La Maman et avec moi (oui, mon moi, mon ego, vous savez, celui qui prend toute la place sur le canapé) j'ai décidé de ne pas faire de "bisou", soit de lèvres comme dans l'idée de départ mais plutôt des cœurs. Allez savoir pourquoi, je le sentais mieux comme ça.
Puis j'ai du mal avec les motifs de "lèvres" toutes seules comme ça, ça me fait penser à ces coussins kitschs qu'on trouve chez le marchand de journaux de la galerie commerciale de la zone commerciale à côté de chez Tata Machin, vous savez ?

Et donc, j'ai pondu - cot cot - ceci :

IMG_4721

IMG_4722

IMG_4723

Je me suis loupée sur la couture du cœur en applique : je n'ai pas pensé d'abord que mes deux tissus hyper-fluides allaient me faire des crabouillages-tout-moches dans la machine à coudre. Hé, c'est que je débute, moi, madame. Alors j'ai tout décousu, voui voui voui, puis j'ai recommencé en rajoutant un coton qui se tient pas trop mal (une chute de ma robe de cet été) derrière, et ç'a été beaucoup mieux. Mais j'ai encore des progrès à faire. Il a fallu que je fignole à la main, et je prends tous les trucs et explications qu'on veut bien me donner pour faire vraiment propre et joli à l'avenir.
Le tissu bleu est un morceau de pyjama, que je trouvais tout-à-fait assorti à la polaire avec des fusées et des étoiles. Les deux ensemble font un sac doux à la fois au regard et au toucher. Le ruban est identique à celui utilisé pour le sac à mâchouilles de Monbébé, c'est le dernier bout qui restait, et là où je suis fière de moi, c'est pour l'ajout du bouton rigolo qui fait un super curseur ! Les cœurs à l'intérieur sont en feutrine : un de mes magasins préférés fournit tout ce qu'il faut pour faire de la création maison, et je leur dois aussi le sac de boutons d'où vient celui qui a servi ici.

Les retours ont été rapides : Coupine est ravie et sa fille ne lâche plus le sac qui lui permet d'apprendre les couleurs en même temps que les nombres.

Chu fière de môa.

Posté par Nitt à 16:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,