Les Niouzes de Nitt'

12 novembre 2018

Vis ma vie de mère de famille.

14h50 et des poussières.
J'ai rammené Athos à l'école, mis Portos à la sieste, rangé les reliefs du repas et retrouvé mon téléphone portable. J'ai récupéré Aramis inconsolable dans son berceau. Je viens d'appeler la médecine du travail qui me dit que c'est pas à moi de le faire.

C'est une journée chargée, avec des taaas de choses à faire cet après-midi. Comme chaque jour.

Je suis assise sur le canapé, avec un bébé qui me suce assidûment le pouce et me bloque un bras, et mon chat qui vient me squatter sans scrupule ma jupe en laine. Ils sont confortables tes genoux maîtresse.

...

Me v'là bien.

Posté par Nitt à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09 octobre 2018

Chapi Chapo, bidibo

Dans le cadre d'une étude linguistique sur le dialecte d'un enfant de 18 mois, nous nous proposons ici de faire un relevé des différents signifiants utilisés par ce dernier pour communiquer avec sa famille. Nous verrons que le segmental étant très réduit, le recours au suprasegmental (l'intonation) et au contexte se révèlent indispensables à la-dite famille pour trouver le signifié de chaque occurence.


aaam ! : poubelle (la poubelle fait "aaammmh" quand elle avale les déchets)
assi ! : Je suis assis.
atten ! : attends.
ayouya ! : Alléluia !
ayouya ! : Jésus
ayouya : église
ayouya : prière
amenn : Amen !
ayo ! : allô !
ayo : téléphone
atzizi ? / mtzizi ! : le zizi / je vois mon zizi / ça c'est mon zizi (Ce qui donne "Atziziii ! Mtziziii ! Coucou !")
bayon : ballon
bibon ! : biberon
bibon bibon bibon bibon ! : J'ai faim ! / J'ai soif !
bombé : tombé
bouyi-bouya : ça gigote / je bouge dans tous les sens (de "bougi-bougea")
èbommbé ! / mbommbé ! : C'est tombé. / C'est par terre. / Je l'ai jeté par terre.
bouton : bouton sur les vêtements
bouton : pression
caca : couche
caca ? : il faut changer ma couche
caillou ! : un caillou
coco ! : noix de coco / lait de coco
cocoooo !!! : Puisque c'est à la noix de coco, je souhaite en manger aussi !
coucou : je vois (utilisé à chaque fois qu'il voit quelque chose qui lui était caché)
coucou ! : je suis caché
couyi-couya : ça coule / ça fait couler (de "couli-coula")
C'est tout ! : C'est tout.
dodo ! : poussette
dodo ? : il est allongé
dodo !!! : dormir
ododo ! : Au dodo !
dinndong : les cloches
éteint : allumé
éteint : lumière
éteint : lampe / lampadaire / ampoule
éteint : interrupteur
gâteau ! : Y a-t-il des gâteaux ? / Je voudrais un gâteau ! / Il y a des gâteaux !
gayou gayou ! : graouh (du jeu de graouh-graouh, où les parents poursuivent les enfants pour les croquer)
mamaaaan ! : Ah, ma Maman, que je te chéris donc !
mèèènon ! : Mais non ! (début d'un jeu linguistique entre son grand frère et sa mère)
mayon ! : un marron
mimi ! : Lylyss le chat / chat
mimi momo : J'ai vu le chat, il est passé par là !
momi : prénom de son grand frère
nana ! : banane
nana !! : ananas
nana : fruit
nana nanaaa ! : J'aime beaucoup ce fruit ! / Je voudrais ce fruit !
non. : non
non !!! : oui
oké ! : okay
mpipiyi : pieds (de "pieds-pieds")
papa : Papa
papa ? : où est Papa ?
papa papa papa papa papa !!! : Papa, viens s'il te plaît.
padon ! : Pardon, je voudrais passer. (s'emploie aussi pour pousser le transat vide de son petit frère)
papon papon papon : pin pon font les pompiers / le SAMU
patou ! : partout
pampaton : pantalon
piiip : clic / bip
piiipiiipiiipiii !!!! : Appuyez sur le bouton de mon siège-auto pour me faire sortir !!
pipi-popo ! : les toilettes
ponnka ! : compote
ponnka ! : dessert lacté
ponnka ! : gâteau pour le dessert
ponnki ponnka !! / ponnki ponnka ponnka ponnka ponnki ! : Oh, quel bon dessert ! J'en voudrais moi aussi !
tatinn : tartine
tété ! : prénom de son petit frère (âgé de bientôt trois mois, il fait de nombreuses tétées)
té té TÉ TÉ té té té : je vais me cacher et tu vas m'attraper !
tétinn : tétine
Tout doux ! : C'est tout doux.
vwaya ! : voilà ! / J'ai fini.
vouuum ! : Vroum font les véhicules motorisés. / J'ai entendu passer une voiture.
vouuum ! : Je pousse la poussette / l'étagère à roulette / la petite voiture / ... et elle fait vroum !

Posté par Nitt à 18:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2018

Adieux

Comme je l'ai écrit ci-dessous, dans les derniers jours d'août nous avons dit adieu à notre petit appartement de St Michel. Enfin, petit, il était deux fois plus grand que celui où ma mère et moi avons vécu à Paris et où... j'avais lancé ce blog. Ouuuh, ça remonte.

Avec nous ont dû déménager nos animaux. Nous avions à embarquer Fleur de Lys, notre auguste chatte, Ponyo le poisson rouge, et Silmaril le poisson rouge blanc.
Non, pas rose, blanc.

Fleur de Lys a presque l'habitude et a senti qu'il allait se passer quelque chose. Elle s'est laissé enfermer très sagement le jour où les déménageurs sont arrivés chez nous, et a suivi docilement jusque dans la nouvelle maison où elle vit comme une reine sur la mezzanine interdite aux enfants. Il y a même une petite cave où fureter, c'est du bonheur. Transition rapide et plutôt en douceur, résultats positifs.

Pour les poissons rouges, ce fut autre chose. Dieu seul sait s'ils avaient compris en nous voyant faire des cartons qu'il allait leur arriver un truc (je ne leur prête pas autant d'intelligence. Ce sont tout de même des poissons rouges.) mais ils se sont retrouvés dans un mini-aquarium pendant trois ou quatre jours, les pauvres, sans filtre, sans sable, à attendre que leur aquarium soit remis en eau correctement.
Et là, ce fut le drame.

Dernier jour de leur enfermement dans un aquarium trop petit, nos poissons qui étaient accessibles aux petits ont connu une mésaventure. Athos (mais si, Monfiston numéro 1 quoi !) a décidé de nourrir seul nos petits compagnons aquatiques, et dans la panique de voir arriver sa mère alors qu'il agissait sans permission, a renversé tout le pot de nourriture dans l'aquarium. Nous n'avons pas agit assez vite et le soir, notre petit Silmaril avait trop mangé, et se laissait porter par le courant, le ventre en l'air.
Notre tentative de sauvetage, avec remise express dans l'aquarium sain - c'est-à-dire non saturé de nourriture et avec un bon équilibre bactérien - a malheureusement échoué. Silmaril a tenté toute la soirée de se retourner, a montré une féroce envie de vivre, mais était déjà trop malade.
On dira que pour un poisson rouge, une mort par indigestion c'est plutôt une belle mort : ces animaux bouffent tout.
Mais nous étions bien tristes le lendemain matin.

Ponyo depuis est franchement stressé et fait des va-et-vient comme à ses débuts, ou bien s'excite tout seul et part dans tous les sens. C'est... étrange. Il est bizarre ce poisson. Il aura bientôt un nouveau souffre-douleur copain pour retrouver la joie de vivre à deux.

Adieu donc Saint Michel (mais on reviendra au marché) et Silmaril, notre poisson préféré.

Posté par Nitt à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2018

Ah ha ha, elle est bien bonne !

Saint Joseph, mon farceur préféré.

Depuis le mois de mars, nous l'ennuyons beaucoup, Saint Joseph. Nous lui donnons plein de travail.
Saint Joseph siouplé, je voudrais le travail, là.
Saint Joseph soyécympa, j'voudrais la maternité, là.
Saint Joseph voulévousbien, je voudrais le congé parental de monmari, là.
Saint Joseph, vous méritez des fleurs, voilà un bouquet.
Saint Joseph soyégentil, je voudrais un nouvel appartement, comme ça.
Saint Joseph allez-allez, j'ai besoin de déménager avant la naissance.
...
Saint Joseph, écoutémoi, ça urge, l'appartement.
...
Saint Joseph, j'vous en veux pas, mais là on a trop chaud, et le bébé aussi.
...
Saint Joseph, ARGH, vous voilà debout au milieu des puces de notre vieil appartement, j'en ai marre, débarrassez-nous des puces et donnez-nous cet appartement, quoi !

Et le jour de la fête de Sainte Anne et Saint Joachim, il nous a envoyé une maison.

C'est pas franchement ce que j'avais demandé, c'est autrement, c'est du dernière-minute-à-la-mode-de-Saint-Joseph, mais en fait c'est très bien.

C'est à moins de 10 minutes à pieds de l'Allionce Fronçaise, wouhouhou, c'est grand, c'est beau, c'est neuf, c'est beau, c'est au beau milieu du quartier le plus riche en écoles maternelles et primaires de la ville, c'est beau, c'est à côté du propriétaire, c'est grand, et c'est un peu cher, et puis c'est beau.

Nous avons emménagé fin août, et Monfiston n'a eu qu'une seule rentrée des classes. Je craignais qu'il ne fasse sa première rentrée dans une école et ne doive changer peu de temps après. Ben non. Ouf.
Et nous sommes dans les cartons, dans l'électro-ménager neuf (lave-vaisselle ! Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !), dans le marathon de marquage de vêtements pour l'école... et complètement épuisés, mais heureux.

Nous vivons donc maintenant dans la maison Saint Joachim. \o/

Posté par Nitt à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 août 2018

Un mois !

Mon tout-petit a aujourd'hui un mois.
Il a déjà bien grandi.
Il a été arrosé de bisous et de câlins de son papa, sa maman et ses grands-frères, surtout le second qui lui fait des bisous avec de petits "mmmh mmmmh"" tout pleins de tendresse.
Il avale goulûment le bon lait de sa maman, et en renvoie généralement une bonne partie sur le tapis (Vivement l'ostéopathe lundi !).

Il est en train de dormir sur le pouf, comme ses frères avant lui, au chaud dans sa couverture de naissance.

C'est du bonheur en barres.

(Et les barres, ça fait des coup de barre, tout le monde le sait...)

Posté par Nitt à 21:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 juillet 2018

Comment j'ai mis au monde le troisième

Vous l'avez lu ci-dessous, (enfin j'espère), ce 17 juillet est né notre Tromignon numéro trois. Ce fut le meilleur accouchement des trois et je me dis que je n'ai pas le droit de garder ça pour moi. Non je ne vais pas tout vous raconter en détail, mais depuis la naissance de Tromignon numéro deux je souhaite partager des trucs à usage des mamans en devenir.

Passkeu l'accouchement, c'est l'équivalent en terme d'effort d'un 800 mètres haie, mais auquel on aurait été préparée en se retrouvant de plus en plus handicapée. Par exemple, à mesure que bout de chou prend de la place, on peut de moins en moins bouger, dormir, et donc pour préparer une épreuve sportive, c'est tout le contraire de l'idéal. Eh bien je vais vous raconter comment chaque rencontre avec un nouvel enfant a été meilleure que la précédente.

Le dos :

Pour la naissance du premier, je me suis coincé un peu la hanche. L'ostéopathe a fait du très bon travail. Pour le second, je l'ai coincée complètement (une opération normale pendant la grossesse qui plantouille toujours chez moi visiblement) malgré deux visites chez l'ostéopathe. Pour le troisième, j'ai survécu grâce aux talents d'une kiné et à un ou deux massage par semaine. Mme la kiné, je vous dois un bouquet de fleurs. Rendez-vous compte : alors qu'il y a un an et demi je renonçais à un contrat à l'Allionce parce que je ne pouvais plus y aller (20 minutes à pieds, c'était trop), cette année j'ai travaillé vaillamment jusqu'à mon congé maternité !

La peau :

L'ostéopathe m'a appris quelque chose de formidable (et d'un peu barbare, mais efficace) lors de la deuxième grossesse. Flashback. Je suis sur la table de massage avec mon gros bide où un bébé bouge et fait sourire le praticien.
- Et pour les vergetures, vous faites quoi ?
- Ben je mets des hu...
- Non, il faut pas mettre, il faut faire. Je vais vous montrer. Vous attrapez la peau comme ça...
- Oufngh !
- Et vous faites rouler sous vos doigts...
- Gzzznnnnfff !!!!
- Sur toute la surface du ventre, les cuisses, les fesses, les seins... Sinon il va vous abimer. Deux à trois fois par jour.
Depuis j'ai pratiqué le "palper-rouler" en faisant des efforts pour vaincre la douloureuse sensation qu'on essaie de me voler mon portefeuille sous la peau - c'est fort fort désagréable, surtout au début, il faut le dire - sur tout le ventre. Ma peau, c'est le genre fragile, délicat, pas élastique pour deux sous. Mon premier enfant m'a laissé de belles marques malgré tous mes soins bio et tout, le second, aucune. Le troisième, que pouic. Et la troisième grossesse s'est déroulée presque sans ajout d'huile pour éviter de tacher les vêtements (je n'ai pas encore trouvé comment nettoyer ces affreuses taches jaunâtres sur mes tee-shirts ! Grrr !). Merci Monsieur l'ostéo.

Les muscles :

Les vidéos Youtubes avec le Dr de Gasquet dedans qui vous explique comment préserver le périnée, c'est à voir absolument. C'est plutôt cool, malgré le discours de beaucoup de professionnels de santé, d'entendre que ce muscle se soigne avant l'accouchement aussi, et de savoir comment faire. Cela m'a beaucoup aidée après des aléas et des hauts et des bas sans trop savoir ce qui était recommandé voire possible. Là, je sais.
La préparation de l'accouchement et la récupération avec des granules d'arnica, ce fut excellent pour moi.
Le repos allongée, haha, on me l'a conseillé aussi, beaucoup, avec raison, je n'y arrive pas. Si je veux manger au déjeuner et au diner, si je veux avoir du linge propre, si je veux pas me transformer en tyran domestique (et Dieu sait que je déteste ça donner des ordres à tout va), je dois faire avancer les dossiers en question et j'ai pas beaucoup le temps de rester allongée. Mais je devrais.

Le mental :

Voyons si vous le voulez bien ce qui s'est passé dans la tête de notre patiente à l'approche de la troisième naissance...
Premier accouchement = sans péri - check => GROS BOBO OUILLE OUILLE OUILLE *%£$ !!!
Deuxième accouchement = avec - check      => ARG mais j'ai pris la péridurale, et j'ai eu maaaaaaaal quand même !
Troisième accouchement = à venir                => je veux paaaaaaaaaaas avoir mal, je veux paaaaaaaas accoucher !
Le traitement à consisté à en parler à une sage-femme super compétente, qui a recommandé de prendre chaque contraction comme une amie (si si) et de surfer sur la vague, en cherchant à se détendre tout du long et à respirer entre deux. Puis à apprendre à pratiquer le prolongement, dans une démarche d'haptonomie faite avec la même sage-femme, et à préparer un mélange d'huiles essentielles relaxantes, voire euphorisantes, favorisant la détente, la confiance en soi et la sérénité.
S'est ajouté à cela un ventre qui souffrait d'être cogné partout la dernière semaine et qui a aidé à passer le cap du "il faut que cet enfant naisse". Les trois derniers jours, je n'arrêtais pas de le dire à tout le monde. (Pardon tout le monde.)

Les contractions du jour J :

Palmarosa dans le bas du dos : utéro-tonique, il aide les contractions à être efficaces, voire les provoque.
Sauge sclarée pure à diffuser et appliquer là où ça fait mal : euphorisante, elle a rendu les contractions supportables longtemps et m'a mise de bonne humeur. Avec mon mélange d'huiles pour rester sereine, ce fut un duo gagnant. Et l'accouchement le plus confortable de tous. Le sourire tout le temps, pas une douleur plus forte que ce que je me sentais capable de supporter...

Les tranchées :

Comme les contractions : palmarosa pour aider l'utérus à reprendre sa place et sauge pour réduire la douleur. J'ai pris du paracétamol deux fois. Par comparaison, les deux premières naissances j'avais carburé au paracétamol et à l'ibuprofène pendant 4 jours minimum.

Et l'indispensable...

Mon mari. Sa présence. Voix, douceur, regard, écoute. Soutien logistique. Et tout ce qu'il m'apporte d'autre qui nous appartient.

Avec tout ça, j'ai eu un accouchement de rêve, dans une maternité de rêve et nous avons passé quatre jours à nous entendre dire par toute l'équipe médicale : "c'est parfait, c'est parfait, bah écoutez tout est parfait, c'est bien chez vous comme on est débordé, on est contents de vous avoir, on sait que tout se passe bien, que ça roule tout seul, et ça sent bon les huiles essentielles". Sans oublier le : "il est magnifique ce bébé !"

Posté par Nitt à 12:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juillet 2018

17/07 ; 4.51 ; 3 ; 50 ; 3,260

Le 17 juillet 2018 à 4 heures 51, le troisième petit de la maison a vu le jour.
50 cm, 3,260 kg de tendresse et de tétées.

Nous voici donc avec Athos, 7 avril 2015, Portos, 22 mars 2017, et Aramis, 17 juillet 2018.

Les grands frères sont ravis et très doux avec le tout petit.

Les parents sont ravis et épuisés (Athos et Portos étant très remuants et ne laissant pas beaucoup de répit aux adultes).

Le petit nouveau se contente d'être trop mignon et de bien manger, bien grandir, bien s'éveiller, et avoir de belles coliques.

IMG_7470
Avant...

IMG_7665
Après !

Posté par Nitt à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 juillet 2018

Cousettes # Le sac à langer de la mort qui tue (au moins)

Chers amis, je suis encore en vie.

Et j'ai fini un gros projet que je tenais à achever avant la naissance du petit troisième, avant le déménagement que nous espérons tout proche, (on attend une réponse pour l'appartement de la dernière chance. Gnnn.), et aussi avant de coudre la couverture de naissance de la Marmotte, si j'arrive à la faire à temps.

J'ai choisi de vous montrer tout ça en vidéo, c'est plus abordable pour vous qu'avec 125 photos et des explications dans tous les sens. Sachez juste qu'à partir du sac présenté ci-dessous et d'un autre avec poche appliquée et tapis à rouler dedans, j'avais des idées assez précises.

Sac de Jules et son contenu - Couture et Cie

Il y a quelques temps déjà, j'avais commencé un sac à langer pour mon amie Pascale, maman d'un adorable petit Jules... Il est fini et envoyé depuis longtemps, mais avec tous ces problèmes d'internet, j'avais oublié de vous le montrer !

http://coutureetcie.canalblog.com

Et puis Monmari ce perfectionniste est passé par là, et comme il va s'en servir aussi, je pouvais difficilement l'envoyer promener sur le thème "oui mais c'est MA couture". Puis en plus, grâce à lui, je me suis surpassée. Je suis très fière du résultat, malgré ses imperfections à peine visibles. J'ai appris beaucoup de choses (merci les vidéos de l'étoile de coton entre autres) et je sais maintenant coudre un biais, une fermeture éclair avec doublure, coudre droit ou presque (j'ai fait de sacrés progrès), faire des poches élastiquées, coudre une sangle ajustable...

Pour les curieuses, le fruit de ma réflexion a donné ceci : Sac à langer. Et le voici en photo :

IMG_7463

IMG_7464

Et en vidéo :

Posté par Nitt à 19:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 avril 2018

Changements de vie

J'ai trois minutes pour vous écrire, j'en profite.

Le jour où je découvrais la présence d'un bébé surprise tombait dans ma bwatamèl une offre d'emploi irrésistible.
J'ai envoyé mon dossier de candidature le jour du trentième anniversaire de mon époux.
Parallèlement, je priais une neuvaine à Saint Joseph pour lui demander de nous décrocher le meilleur pour ma famille : le CDI, un nouvel appartement, un accueil aussi bon que possible pour Numéro Trois.
Saint Joseph a de l'humour et beaucoup d'amour pour sa très Sainte Épouse : la directrice de l'Allionce m'a téléphoné pour m'annoncer que j'étais prise le jour de l'Annonciation (décalé après Pâques cette année, pour éviter que ça tombe dans la semaine sainte !).

Je vais signer mon contrat le jour de notre quatrième anniversaire de mariage.

Pendant que je prépare mon retour définitif (youhouhouuu!) à l'Allionce, nous cherchons un appartement frénétiquement, et mon époux se prépare à faire le papa-poule. Je vais travailler, et lui fait une pause parentale bien méritée (enfin... je suis pas sûre qu'il mérite ça quand même) pour aussi longtemps que possible. Les enfants vont donc se retrouver avec Papa à la maison, et dès que possible de nouvelles chambres pour enfin faire la sieste.

Eh oui, chez nous les siestes s'appellent les "temps d'enfermement des enfants dans la chambre". On ferme la porte, et si nous avons beaucoup de chance, il y en a un qui dort déjà et l'autre se contente de s'endormir à côté. Mais c'est extrêêêmement rare. En général, on en couche un, puis l'autre, qui réveille le premier, et nous avons ensuite droit à des heures de bruit, chutes, cris, rires... tout sauf du DODO. Et donc tout sauf du repos nerveux pour nous, pauvres parents. La soirée qui suit est, vous vous en doutez, très difficile. L'objectif pour le prochain appartement est donc de séparer le grand des petits.

Au moment où je vous écris, l'aîné est endormi dans le pouf, et son petit frère qui a fait une bonne sieste tout seul dans sa chambre, gazouille dans le parc et envoie des bisous à son frère.
Ils sont trop mignons quand ils s'y mettent ! Et heureusement parce que sinon, il y aurait de quoi se taper la tête sur les murs hein.

Comme je vous le disais, nous sommes actuellement "en travaux" ! Tout change, mais pour du meilleur.

Posté par Nitt à 18:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 mars 2018

Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Jean

Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine.
Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère :
« Femme, voici ton fils. »
Puis il dit au disciple :
« Voici ta mère. »
Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Comme elle est grande la tendresse de Jésus pour nous ! Il est en train de donner sa Vie, sa Chair, son Sang, Il a laissé sa divinité à son Père, ses habits aux soldats qui l'ont crucifié, Il s'est fait plus pauvre que le plus pauvre, et voici qu'il Lui reste encore quelque chose. Il Lui reste l'un des biens les plus précieux que l'on puisse avoir, et quel bien ! Sa Mère.
Jésus si bon, pendu au bois de la croix, humilié, souffrant, pense encore à nous, et à sa mère, qu'Il nous donne.

Son dernier présent aux hommes qu'il aime tant, c'est celui de sa Maman.

Posté par Nitt à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,