Aujourd'hui, après des jours et des jours de préparation intensive, je prends ma voiture, mon permis de conduire, mes clics, mes claques... et je commence mon déménagement.

Or comme vous avez dû le comprendre, je n'aime pas quand c'est trop simple. Ou disons à tout le moins que j'ai du mal à faire les choses simplement, il y a toujours un grain de sable pour cacher la plage qui se coince dans la machine, c'est pourquoi...

  • Je pars à Bordeaux.
  • Mais d'abord, je vais passer 11 jours à la Cotellerie.
  • Ensuite je descends par Nantes dire bonjour à une bonne copine qui m'a promis une crêperie. (Yayon power !)
  • Et j'arrive dans la ville des cannelés où je me repose (enfin je fais semblant) et je lâche mes valises pour en refaire d'autres...
  • Avant de prendre le train pour Beauraing en Belgique (ouaiiiis ! Un nouveau pays que je connais pas !) faire comme à la Cotellerie : animatrice avec des nenfants. Je dois avoir un charisme particulier pour endosser ce rôle si souvent, c'est à peine si je fais exprès.
  • Et ensuite, trataboum, je redescends pour de bon. À Bordeaux, suivez un peu.

Et je pourrai continuer à chercher du travail, mais efficacement, cette fois. Je n'espère plus exercer mon métier pour l'année 2012-2013, mais je peux vous assurer que quand je vais me remettre à postuler dans les écoles de FLE, on va m'y voir souvent.
Voilà. Je me rends compte que je m'étais installée dans ma précarité mine de rien. J'avais pris mes habitudes et ça me fait un petit pincement de laisser mon chez moi derrière. Mais comme toujours, c'est un départ vers de nouvelles aventures et forcément beaucoup de joies.


Et même que normalement, ça devrait être un p'tit peu plus facile qu'en Chine. Mais surtout, ne le répétez pas.