Mais pas n'importe quel poisson rouge ! Un poisson rouge devant un stroboscope !

Non ?

Démonstration :

pescadoustrobo

Sinon, vous regardez ma tête en ce moment. C'est un peu la même chose, en moins clignotant, et en plus rond.

"Décidément, cette fille est folle, pauvre Crevette qui va naître d'une femme complètement timbrée", vous dites-vous par-devers vous. Si, si, je le sais, je vous ai entendu le penser très fort.
Je ne suis pas - encore - folle. Simplement voyez-vous, la fin de grossesse (Crevette pointe ses antennes dans trois semaines) c'est dur. On se couche harrassée pour ne pas dormir avant des heures, souvent parce qu'aucune position ne convient, puis on se réveille pour des broutilles ou parce qu'on a le ventre terriblement douloureux, et puis on ne se rendort plus. Lassée de rester les yeux ouverts pour rien au fond du lit, on se lève, on fait quelques tâches pas trop complexes et plutôt silencieuses pour ne pas réveiller davantage Môssieur qui travaille et qui a mérité de dormir normalement, lui, et puis cinq heures plus tard, quand il se lève... on se recouche et on reste au fond du lit à écraser pendant un temps variable, indéterminé, et toujours mal placé.
Étant donné que la grossesse a tendance à vous donner des lubies (j'ai trois idées fixes qui me tournent en boucle dans la tête en ce moment) et à vous rendre à la fois maladroite (arg !) et très étourdie (je vous dis pas les dégâts chez moi, je l'étais déjà beaucoup avant), c'est un coup à se retrouver complètement déphasée et à perdre la mémoire à tout bout de champ.
Insupportable.
D'où l'image qui actuellement décrit le mieux mon état mental : une mémoire de poisson rouge placé devant un stroboscope.

Je passe mon temps à écrire des listes de tâches à réaliser, à essayer de dormir ou à ne pas dormir assez parce que je croule sous les rendez-vous, ce qui m'empêche alors de rattraper le sommeil en retard. Sage-femme, anesthésiste, sage-femme, groupe de préparation à ceci ou cela, sans compter les inextricables complications avec Paule Ampoule, toujours la même, grâce à qui je suis officiellement trèspauvre. Si je pouvais atteindre le seuil de pauvreté je serais bien contente, ça me permettrait de payer le loyer. Ben là, vous attendez un enfant Madame, ciao, repassez plus tard, on clot votre dossier et dém...dez-vous. Bien sûr, on prévient la CAF qui va vous couper le RSA, passkeu faut pas pousser mémé, hein. Puis pour vivre, ben vous vous débrouillerez. Et votre enfant avec vous. Fallait pas en faire un, quoi.
Si vous saviez dans quel état ils me mettent chez Paule Ampoule...Au moins, décalquée comme je suis, je me retrouve trop fatiguée pour être en colère ! (Ouaiiiiis.)

Voilà voilà. Allez, à l'heure où vous lirez ces lignes, j'aurai fait la dernière analyse pour vérifier que même si je mange des poils de chat je n'ai toujours pas la toxoplasmose (yes ! THE VERY LAST ONE !) et je profiterai de MA journée de repos de la semaine... pour faire les courses, déposer une réclamation à droite, pleurnicher à gauche, téléphoner par-ci, et coudre un peu si j'y arrive.

Le congé mat', en fait, il n'est pas fait pour se reposer. Il est fait pour avoir le temps de courir partout avant que bébé naisse.
L'arnaque !