Arg !
Glups !
Gnap !
GLOUPS !

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!

Eh bien si.
Je poste depuis l'ordinateur de la maison, à ne pas confondre avec l'ordinateur portable français. Le mien a l'Internet français, celui-ci ne peut pas se connecter au proxy, pour une raison obscure, mais je le soupçonne de le faire juste pour que j'aie les nerfs en pelote encore un peu plus, mon ordinateur est plein de ma musique et de mes programmes préférés, celui-ci pompe sur mon disque dur externe où j'ai tout juste eu le temps de mettre mes albums de Noël et quelques uns de mes artistes préférés, mon ordi à moi a un clavier sympa et pratique où j'écris super vite, celui-là doit être configuré pour causer la France et je me plante parce que les touches s'appellent pas pareil, mon ordi était plutôt pas trop mal question gestion des programmes et tout, celui-là plante dès qu'on le laisse tout seul, mais, mais mais mais... mon ordinateur s'est vidé de son électricité pendant mon cours, a refusé tout net de reconnaître qu'il était branché (nom d'un petit bonhomme de pain d'épice de flûte de zut de crotte de bique moisie pleine de mouches) même quand j'ai essayé toutes les prises et constaté que ces dernières marchaient bien, et s'est éteint furieusement à la maison il y a quelques heures.
J'ignore si le problème vient d'un faux contact dans le fil ou de la mort de la batterie, toujours est-il que je n'ai plus d'ordinateur.
Plus de cours sur ordi.
Plus de film en classe.
Plus de Sacristains.
Plus de Deezer (donc pas de musique de Nawell dans le blog).
Plus de Face de bouc...
Pas de SlideShow pour vous épater avec mes décos de Nawell en musique.

Je suis désœuvrée.
Malheureuse.
Coupée du monde pour de bon.

Ouin.

Alors que pourtant tout à l'heure j'ai sauté et crié partout comme une petite fille en trouvant de l'eau dans les robinets - chaque nouvelle arrivée d'eau, en haut, en bas, dans la cuisine, dans la salle de bain, était ponctuée de cris suraigus - et que j'ai ressauté partout en voyant la toute timide Charlotte que je croyais disparue, qui s'est pointée après le cours en demandant s'il était fini (ben oui, on a avancé et multiplié les heures pour que je puisse prendre des congés à Jinan pour le nouvel an...) et qui revient d'un stage à Shenzhen dans le sud - "il fait chaud" (han la chance ! et tu t'en plains ???).

Je n'ai absolument aucune idée de comment je vais faire réparer ça, parce que mon ordi voyez-vous il cause la France et qu'ici on cause la Chine. Alors même le meilleur des informaticiens aura bien du mal à s'en sortir.
L'angoisse.
Voilà, priez pour moi, Sainte Rita me semble indiquée, et puis le saint patron des informaticiens aussi, j'ai oublié qui c'était...