Cher lecteur, je ne t'oublie pas, je suis... je suis... occupée, un brin la tête dans le pâté préoccupée en ce moment. Je continue les cours particuliers qui se passent très bien merci pour eux, mes élèves font des progrès youpie, et c'est d'eux que je vais parler aujourd'hui.

Je commence par les ch'tiots. Raph et Las. Je fais désormais une heure avec chacun d'entre eux, ce qui permet à Raphaël de faire de gros progrès, et à son petit frère de prendre son temps pour comprendre la leçon et appliquer tranquillement. Je finis plus tard le soir, mais je sens que je sers à quelque chose.
Surtout quand on me fait voir les trois dernières dictées avec une remarque de la maîtresse qui dit "c'est beaucoup mieux" sur la plus récente.
J'utilise avec eux le livre 100 dictées pour la neuvième par E. Tribouillois, avec lequel ma grand-mère a amélioré l'orthographe de presque toute la famille. C'est son manuel scolaire du court Hattemer. Testé et approuvé par trois générations, il s'attaque à la quatrième !
Je suis pré-recrutée pour m'occuper du frère aîné, celui qui est en Angleterre, pendant les vacances de Noël. Le gros défi : il est dyslexique et je ne sais pas comment aborder le français avec les enfants comme lui...

Puis il y a les collégiens.
Félix qui apprend l'anglais à l'école avec un livre auquel tous les deux nous ne comprenons pas grand chose (ah ! les joies des langues étrangères dans le système éducatif français ! Tout un poème !) et avec The Cat in the Hat, grand classique de la littérature enfantine américaine que j'ai choisi pour lui.

Tigress_and_Furious_Five

Ci-dessus, les professeurs de FLE et les formateurs de profs de FLE (mes très estimés professeurs d'université, par exemple),
devant un manuel de langue étrangère pour collégiens ou lycéens français.

(Merci ce site pour l'image)

Ce livre est extra pour plusieurs raisons.
Tout d'abord il est fait pour les enfants ; il a donc un vocabulaire simple, une grammaire facile d'accès, et il est attrayant. Dès lors que l'adolescent mis en contact avec ce document authentique comprend que c'est un classique, c'est à dire qu'il va y gagner en culture, et que c'est bon pour lui, il oublie que c'est "pour les petits" et ça roule tout seul.
Ensuite, ce livre est écrit quasi exclusivement avec des mots d'une seule syllabe, et a un côté poétique dans sa rythmique. Ce sont donc des mots faciles à lire, et pour apprendre l'accent, quand on fait répéter les courtes phrases au fur et à mesure, c'est pas mal du tout.
Autre avantage dû à la particularité des livres pour enfants : le vocabulaire est répété, repris au fil des pages. Il est assimilé facilement puisque revu encore et encore. Comme lorsqu'on lit dans sa langue maternelle.
Le plus que je n'avais pas prévu : nous avançons doucement, et cette semaine, Félix m'a demandé l'oeil pétillant s'il pouvait aller regarder les images des dernières pages pour savoir comment l'histoire finit. Ce qui veut dire qu'il y a du suspens : le chat, cet imbécile, multiplie les bêtises dans la maison, le poisson s'énerve de plus en plus, les enfants laissent faire comme de gros crétins... que se passera-t-il quand leur maman rentrera à la maison ???
Je le vois donc s'intéresser au support, et traduire de plus en plus facilement ce qu'il lit.

The-Cat-in-the-Hat-Dr-Seuss

J'ai ajouté à cela un truc que je dois à ma meilleure amie et qui m'a aidée à apprendre le japonais et le chinois : les "flashcards". Je lui ai donné un petit carnet composé de toutes petites feuilles attachées ensemble par un anneau unique, et le gadget lui a tellement plu qu'il l'a tout de suite adopté pour mettre le vocabulaire appris ensemble. Il le remplit soigneusement et compte avec plaisir les pages déjà utilisées. Je ne peux vérifier qu'il l'emporte partout avec lui pour jouer avec, comme je l'ai demandé, mais ça a l'air de marcher.

Last but not least... Jeanne sa grande soeur, à qui je sers de répétiteur et de prof de français. Elle aussi a droit au livre de dictées pour la neuvième, et ce n'est pas un luxe, même si ça va beaucoup plus vite et que j'agrémente nos cours, comme pour Laszlo, de leçons choisies spécialement pour elle (les accents, la nature des mots, leur fonction dans la phrase... vieux souvenirs de mon école primaire !). Là où je m'arrache les cheveux m'amuse c'est quand elle me dit qu'elle a un contrôle de math et a besoin de réviser les cours avec mon aide.
Cette semaine, je l'ai aidée à rédiger un article pour son stage en entreprise de troisième, et hier soir j'ai reçu un petit message de sa maman me disant d'aller voir un site internet. Voici le lien, si vous voulez la rencontrer, allez donc lire ceci !