Le train à destination de Pékin partira voie... euh... quelque chose, départ en retard (comme toujours) à partir de 23h, heure chinoise, le 8 février !

Le retour est prévu pour le 23, soit deux jours avant la rentrée, et votre petite blogueuse sera d'ici-là logée par Linda, l'amie qui l'emmène avec elle voir sa famille.
Au programme, grande muraille de Chine, Cité interdite, festivités du nouvel an chinois, découverte des paroisses étrangères, bonnes bouffes et courses dans les chaînes de supermarché d'importation (Vive Carrouf !), partages, photos, et plus encore !

Pour les niouzes j'en suis à terminer un article du 10 décembre (le plus long que j'aie eu à écrire, avec 4 vidéos, un truc de malade), à préposter des minutes chinoises et à faire le bilan :
hum...
- ongle éclaté contre un mur presque repoussé, je m'accroche de moins en moins partout et n'ai plus besoin de sparadrap par-dessus, youpie ;
- genoux éclatés en tombant bêtement par terre guéris, même si je refais des bleus régulièrement et sans savoir comment ;
- pratique assidue de la bicyclette en train de porter des fruits, je vais de plus en plus vite pour moins d'efforts et je me repère bien en ville ;
- urticaire définitivement partie, c'est sûr, médicaments pas loin en cas de rechute (pitié par ça), santé actuellement bonne ;
- nettoyage de la maison quasi complet, reste ce stupide dégat des eaux qui ne sera réglé qu'au retour - mais les autorités compétentes sont prévenues et attendent le signal pour agir, hourra - c'est beau, c'est blanc, c'est agréable ;
- bonnes bouffes à prévoir en cuisinant et congelant avant de partir, y a des dîners qui vont se faire tous seuls c'est moi qui vous l'dis ;
- messe du jour eue, festins divin et chinois passés en bonne compagnie aujourd'hui, alléluia ;
- eau de Lourdes donnée aux sœurs de la paroisse qui en sont devenues hystériques, c'était très drôle à voir ;
- billets de train pris pour moi dimanche dernier par Linda, elle est adorable, je pars donc demain et serai hébergée, même pas d'hôtel à payer ;
- gâteau au chocolat raté mais mangeable malgré tout, faut juste pas trop en avaler d'un coup ;
- sac à dos de taille raisonnable mais grand quand même fraîchement acheté dans une super petite boutique où on va finir par bien me connaître, y a plus qu'à y mettre le nécessaire ;
- lessive faite afin de remplir le sac sus-nommé...

Ça va beaucoup mieux !
J'ai été cordialement invitée demain à revenir à la paroisse à 15h pour dîner (sic) avec tout le petit monde avant de prendre le train. Comme ça en plus, je laisse la bicyclette en lieu sûr et ne chercherai pas un taxi toute seule comme une désespérée au retour. (Parce qu'ici, les taxis, il ne faut surtout pas les prendre à la gare, et il faut se méfier en général de ceux du soir. Ils essaient de resquiller et n'ont pas encore compris que les étrangers qui vivent à Shangqiu connaissent les prix. C'est un parcours du combattant pour en trouver un qui ne demande pas entre 30 et 50 kwaïs au lieu des 12 qui s'affichent sur le compteur quand ils veulent bien l'utiliser...)
Le seul grain de sable dans la machine, c'est que mon colis avec mon Magnificat de février est encore à la poste, ou devant le bureau de Chen, qui est parti en vacances... Je vais devoir m'organiser pour avoir les textes du jour.

Ah et une dernière chose, un édit ICI...