Non, lecteur chéri, je ne t'oublie pas ! C'est le temps que j'oublie !
Le temps qui fuit ! Le temps qui m'échappe et que je n'arrive plus à prendre pour bloguer !

Je vais bien, je suis juste épuisée (weekend à Paris, petites nuits), je fais toujours le tournoi de ping-pong à l'école et ça devient carrément acrobatique avec les absents, ceux qui ne peuvent pas tel jour mais tel autre, le collège qui utilise les tables un peu mais pas trop, le tournoi de basket qui approche...
Je vais bien, j'ai froid et mes chaussures sont trouées, ce ne sont même pas des sandales, j'ai mis un rideau à ma fenêtre, l'expérience nous dira si c'était une bonne idée.
Je vais bien, je participe activement à la préparation du musée de la classe de CM1 pour la matinée de visite des parents, et je joue au loup avec les maternelles presque tous les matins, récoltant des compliments à propos de mon instinct maternel. "Tu es prête à devenir maman !" Euh... j'ai pas attendu de bosser dans une école pour savoir qu'un jour j'aurai des bébés, si on veut mon point de vue...
Je vais bien et ça fait des mois que je veux parler de nouveau de la météo de l'attention dont certaines attendent des niouzes, et que je n'y arrive pas. Alors, en résumé exclusif : la maîtresse a cessé de l'utiliser, et moi aussi. Je la vois réapparaître parfois au tableau, et il m'est arrivé de la ressortir du casier de Paul pour le faire parler de lui, mais il s'avère que cet outil est vraiment utile en début d'année, pour apprendre à se connaître soi-même et pour donner à la maîtresse/l'AVS/l'éducatrice/teur/bref, mettez-y ce que vous voulez les moyens de recentrer l'attention et surtout de repérer les moments les plus propices au travail et les attitudes significatives de certains états d'esprit. Maintenant c'est la fin de l'année, on fait sans et ça marche très bien.
Mais au début, ce fut très utile.
Je vais bien et je continue à découvrir mon quartier, ma ville, à recevoir des copines, à écouter, prier, bavarder (je suis très forte en bavardage)(ch'uis prof,que voulez-vous) et je fais des commandes un peu fofolles sur Internet.
Je vais bien et internet m'embête. Alors je passe beaucoup de temps à ne rien faire en attendant la connexion. Va falloir que ça change.
Je vais bien, et là, il est fort tard et j'ai fort peu dormi, je vais donc me fort coucher.