Mon emploi du temps a évolué avant les vacances...

Il y a quinze jours, j'ai appris que Paul serait absent du lundi au vendredi, pour une semaine d'insertion dans un collège où on a peut-être une place pour lui en classe d'accueil. Je n'avais donc plus besoin de venir le matin pour m'occuper de lui, et on m'a donné un programme pour les jours sans lui. Une semaine de repos, en somme, où je commençais à onze heures et demie tous les matins et où ma charge principale, avec les incontournables surveillances et aides aux devoirs, était de fabriquer les programmes du spectacle des Maternelle, qui se fera après les vacances.
J'ai passé six heures et demie à plier, insérer, couper, ranger, nouer, tamponner, agrafer, compter, me suis fait de belles courbatures à l'épaule et au bras droits, mais la maîtresse en charge du bidule était toute contente de voir arriver le vendredi matin ses zoulis programmes multicolores, prêts à vendre, avec tout ce qu'il faut dessus, rangés par classe... et s'est empressée de mettre un coup de coude dans la pile pour avoir le plaisir de tout re-ranger elle-même !

Et histoire de me montrer que vraiment je suis très utile, la directrice qui gérait depuis quelques temps le cas d'un enfant de maternelle - encore eux - qui posait des difficultés à la maîtresse, la directrice donc a reçu une indication du rectorat qui lui a dit "bon eh bien, il a une accréditation pour une AVS, puisque vous en avez déjà une, donnez-lui donc des heures avec lui."

Et voilà comment on est venu parler à Claire, l'institutrice de Paul avec qui je suis depuis novembre, pour lui dire que ça allait changer. Plus tard, on m'a expliqué que j'allais avoir deux enfants à la fois. Et encore plus tard, on m'a donné mon nouveau programme. Et de lundi dernier à ce vendredi, j'ai couru partout chaque matin, de chez moi à l'arrêt de but puis à la primaire et la maternelle en passant par la cour de récréation, la salle de repos des instits, le cagibi pour poser mes affaires et les "bonjour, blablabla" des enfants de primaire croisés dans la cour alors que je fonçais en maternelle.
Vous n'avez rien compris ?
Ben moi non plus. Enfin, moi, je n'ai pas compris comment faire pour ne pas être en retard en maternelle quand on me raccourcit le temps avec Paul et que mes dix minutes de "pause/transition" pour changer de bâtiment, précédemment réservées à beaucoup d'activités fort utiles, se transforment en condensé de course contre la montre.

Voici donc ce que cela donne désormais, et jusqu'à la fin de l'année :
- 8h30, primaire, avec Paul et sa maîtresse Claire. Français, maths, comme avant mais pas autant puisque je ne reste plus que deux heures et qu'à mon arrivée personne n'est prêt à travailler.
- 10h30, classe de maternelle avec Louis et sa maîtresse Marie-Laure, pour des activités ludo-éducatives et la récréation où je dois surveiller mon petit bonhomme qui peut s'échapper si on ne fait pas gaffe.
- Déjeuner.
- Cours de récréation, comme avant, mais dès la rentrée je serai chargée de faire des activités avec les enfants (tournois de ping-pong et basket, jardinage...).
- Retour en primaire du lundi au jeudi, pause le vendredi.
- Pause (longue, la pause).
- Aide aux devoirs jusqu'à 18h.

Cette semaine, je suis partie pas réveillée, revenue éreintée. Mélanger les ambiances de classe, me retrouver avec des tout-petits (oui oui, la petite section de maternelle, c'est là que je vais !) qui bougent tout le temps, retourner en CM1 l'après-midi à l'heure de la sieste dans une classe bourdonnante avec une maîtresse qui court tout le temps, passer désormais tout mon temps en contact avec des enfants, au singulier ou au pluriel, c'est fa-ti-gant.
Je ne sais toujours pas comment font les institutrices.
Mais je vois des évolutions avec Paul et Louis, j'ai rencontré les mamans et celle de Louis est heureuse comme tout que je sois là, ça lui change un peu la vie.
Il est agréable de constater que mon travail est nécessaire et apprécié.

Et maintenant, je suis en vacances ! VACANCES ! vacances... vacaaaaances !
Paperasse - administrative ou pas - grasse matinée, plombier, sieste, activités manuelles, promenades, en commençant par éradiquer l'angine gratinée que je n'ai pu m'empêcher d'attraper.
Pas ma faute, c'est celle du vent qui a soufflé pile quand j'ai eu trop chaud et que j'ai enlevé mon pull !

Vacaaaaances !
Et vivement le mois de mai !