Ligne 12.
Un homme entre à Montparnasse avec une fleur dans la main. C'est un objet très particulier, car fait avec du fil de fer et au bout, pour la couleur, une petite balle verte. La "rose" a de grandes feuilles que l'homme manipule pour leur faire d'imperceptibles changements. L'objet m'intrigue car le fil de fer est très tortillé partout. Lorsqu'il oriente la fleur vers moi je comprends : le dessin des pétales n'est pas fait qu'avec les fils de fer mais avec un muselet et les "fils de fer" tout tordus sont en fait ceux qui tiennent les muselets aux bouchons de champagne. Lorsqu'il voit que je le regarde, l'homme se met à parler dans une langue inconnue, peut-être du roumain, car ça ressemble à de l'italien sans en être.

Ligne 10.
Trois mamies sont assises en face de moi. Celle de droite porte un manteau marron à col de fourrure assortie et un béret marron. Celle du milieu qui lui ressemble fort a un manteau bleu avec un col de fourrure assortie et un  béret bleu. Celle de gauche a une écharpe rouge et un béret rouge. Le tableau mériterait une photo.

Plus tard, dans la cafétéria du Louvres.
Je discute avec Vanessa devant une tasse de thé vide, quand Vanessa se pose des questions : beaucoup de personnes dont des employés de la cafétéria semblent opérer une migration vers l'une des sorties. Je ne m'inquiète pas, mais trente secondes plus tard nous voyons des agents de police accrocher cette fameuse bande de plastique à rayures obliques blanches et rouge dans un des coins de la cafét'. Puis un garçon nous demande, chers clients, de sortir s'il vous plaît. Apparemment, c'est une alerte à la bombe.