Je suis allée à la maternité ce matin. C'était un rendez-vous très important, un de ceux qui vous font appréhender différemment la grande étape de l'accouchement.
Je suis allée voir un médecin anesthésiste. Et je dois dire qu'il m'a fait envisager les choses sous un nouvel angle.

J'ai donc choisi la péridurale.

Pourquoi ? Parce que...

  • c'est aujourd'hui parfaitement banal et maîtrisé,
  • les femmes peuvent ainsi vivre la naissance de leur enfant dans la quiétude et la paix au lieu de s'accrocher à tout ce qui passe en hurlant à chaque contraction,
  • ça facilite l'ouverture du col,
  • ça évite de traumatiser le papa,
  • ça ne casse pas les oreilles de la sage-femme,
  • ça fait du travail pour un médecin anesthésiste, et eux aussi ont droit à un salaire,
  • ça évite d'en vouloir au bébé quand il est né,
  • ça évite de ne plus vouloir en faire d'autre après,
  • j'ai plein de copines et de connaissances qui sont passées par là et s'en sont très bien tirées,
  • il vaut mieux une petite piqûre entre deux vertèbres et une légère perte de mobilité que la douleur et la crispation pendant huit heures de travail (minimum),
  • les maux de tête et de dos post-péridurale sont rares et bénins, et on peut les calmer avec d'autres anti-douleur, alors...
  • mieux vaut prévenir que guérir, et si ça devient insupportable avant de poser la péri on ne pourra plus soulager efficacement avec l'injection,
  • ça diminue l'envie de pousser sur la fin, mais c'est pas grave le personnel est là pour dire quand il faut pousser,
  • c'est beaucoup plus rigolo d'avoir tout le monde aux petits soins pendant quatre heures après la naissance et surtout une infirmière pour vous emmener faire pipi,
  • les produits chimiques on vit dedans, après tout, un peu plus un peu moins, considérant que les deux premiers jours bébé absorbe très peu de lait, c'est sans conséquence pour lui,
  • le médecin l'a bien dit : "le seul moyen efficace de ramener la douleur en-dessous de 3, c'est la péridurale. Tout le reste n'est qu'accessoire",
  • je n'ai aucune envie de tester le gaz hilarant ou l'acupuncture,
  • "les femmes du monde entier ont accouché sans péridurale pendant des siècles", c'est dépassé. Place à la technologie, à la modernité, et vive la femme libre.

Source: Externe

Et surtout, dans la maternité que Monmari et moi avons choisie, ils proposent un mélange tout frais sorti des laboratoires, pas encore bien connu. Au lieu de mettre de la morphine avec les autres produits, ils mettent de l'huile de poisson. Procédé révolutionnaire qui permet de réduire la dose. L'anesthésiste était tout frétillant quand il m'en parlait.