"Mais que deviens-tu Nitt ?"

Je deviens une prof heureuse. Pas beaucoup de vacances, mais plein de travail dans le meilleur cadre possible. Et comme ça me passionne et que ça me demande beaucoup de temps, je n'ai pas posté alors même que je pensais bien à vous, lecteurs chéris. Reprenons donc dans l'ordre.

Je suis embauchée depuis la fin du mois de juin à l'Allionce Fronçaise dont j'avais déjà parlé. J'ai commencé avec quatre semaines sur un niveau élevé et des étudiants adorables. Niveau que j'avais déjà fait, sujets traités intéressants, et surtout sur une plage horaire de quatre heures par jour. Résultat, j'ai eu de quoi m'amuser en rajoutant des leçons et surtout des jeux de société le dernier jour.
Je suis actuellement en train de commencer la deuxième des trois semaines supplémentaires que je fais avec un niveau intermédiaire. Moins facile : le premier sujet du cours est plutôt mal choisi et les étudiants sont meilleurs que prévus. Et trois d'entre eux se montrent très critiques vis-à-vis des activités que nous faisons. J'ai pris l'habitude avec eux de faire des activités théâtrales et d'expliquer systématiquement quel est l'objectif, ce qui n'en a pas empêché un de critiquer une activité de phonétique !
"Ouuuh mais comment t'en sors-tu ?" avez-vous peut-être envie de me demander.
Eh bien en fait, ça m'amuse. M'étant déjà frottée au public chinois exigeant il y a longtemps, et connaissant assez mon public actuel pour leur choisir des activités vraiment adaptées, je me contente de montrer par A + B que l'exercice est tout à fait pertinent. Leur tête, lorsqu'ils comprennent où est le nœud du problème - et que ce nœud vient d'eux - est assez chouette à voir de là où je suis. En attendant ça demande beaucoup de travail de préparation.
À noter : ils se montrent très critiques mais me disent quand même que je suis un bon professeur. Hé hé hé.

Pendant ce temps...
Il y a quelques semaines nous avons reccueilli un chat perdu. Encore un, eh oui, sauf que Fleur de Lys en son temps était encore un chaton, et que le rôle de l'animal de compagnie qui miaule n'avait pas encore été distribué. Pour celui-ci, la configuration était toute différente.
En rentrant du cinéma un soir nous avons eu pitié d'un pauvre mâle affamé qui essayait désespérément de rentrer dans un des bâtiments de notre rue. On l'a ramené à la maison le temps de lui retrouver son propriétaire, ou de contacter la SPA. Ça ne s'est pas très bien passé : Môssieur miaulait tout le temps, faisait peur à notre chatounette qui se réfugiait sous les meubles, se battait avec le chat du voisin... mangeait trop peu pour aller mieux et a fini par sauter ou tomber depuis les toits où il gambadait jusque dans la rue... Nous avons fini par l'emmener au dispensaire où l'esprit de fonctionnaire prévalant sur l'accueil des animaux perdus et blessés (pas bravo le dispensaire, franchement, pas bravo du tout) on nous a prié de repartir avec l'animal parce que "vous comprenez, nous fermons dans une demie-heure." Le chat s'est excité dans la cage à proximité de la Garonne. Il a donc gagné un petit tour pour se dégourdir les pattes dans l'herbe... et n'a jamais voulu revenir.
Dommage pour lui. Et tant mieux pour nous, ça devenait ingérable.

Nous avons aussi d'autres bestioles qui s'installent sans nous demander notre avis : des moustiques qui prennent leurs quartiers d'été chez nous très régulièrement, et qui finissent aplatis sur un mur ou entre deux mains, des frelons asiatiques qui tournent autour de notre fenêtre (pas d'affollement, nous avons prévenu le propriétaire et attendons son avis), et hier un moineau femelle, un tout jeune, qui a eu l'idée bizarre de rentrer par le Vélux. Fleur de Lys la grande chasseresse s'en est emparé avec délicatesse, l'a emmené dans la salle de bain où j'ai réussi à évacuer le chat et choper le piaf pour le remettre en liberté. Notre chatte, dépitée, a tourné dix minutes dans la maison en miaulant. Sa proie avait disparu ! Et pour une fois que c'était plus gros qu'une mouche...

L'installation de la maison progresse. Depuis le Grand Déménagement, nous avons refait 2 tours chez Ik*a, trouvé cette fois des luminaires et d'autres chaises. Enfin, moitiés de chaises. À l'heure où j'écris, ma moitié monte un luminaire dans la chambre et la pièce d'à côté abrite les assises de deux chaises dont les pieds n'étaient plus en stock quand nous sommes allés les acheter. Et quand j'y suis retournée, la commande n'était pas arrivée, ce sera donc pour... bientôt. Puis nous avons investi dans la vaisselle et rangé des cartons ; notre chez nous, presque entièrement rangé, devient très beau et très agréable à vivre.
C'est autre chose qu'à Shangqiu...
Maintenant, huhu, il reste à aménager le bureau et trouver comment ranger toutes les affaires de Monmari, celles qui sont encore chez ses parents et que nous devons rapatrier cet été... C'est-à-dire que nous sommes en retard, oui, on peut le dire comme ça.

Les élèves avec qui je faisais du soutien pendant l'année scolaire sont en vacances, la miss qui préparait son brevet l'a eu avec des notes correctes, elle était ravie. Les parents des trois familles m'ont déjà demandé soit une remise à niveau pré-rentrée soit des cours pour les frères et soeurs qui auront besoin d'aide l'an prochain.
On m'a donné des contacts pour faire du FLE en plus. Des gens qui ne peuvent pas passer par l'Allionce.

Et sinon l'opération remerciements de mariage se poursuit, avec une nouvelle ardeur ; avec un peu de chance je vais arriver à respecter le délai (un an après le mariage pour remercier pour les cadeaux) ! Ouais !
Et la mise au point avec la CAF commence à se faire. Il a fallu retourner les voir pour discuter parce qu'à la réception du formulaire indiquant le mariage, on nous a dit "ouais, c'est super facile, dans dix jours c'est réglé" et bien entendu, dix jours après les ennuis ont commencé. On m'a traitée de quelque chose de pas joli, et les comptes partaient dans tous les sens. Mais ça y est, on y voit un peu plus clair.

Et à partir du 15 août, je suis en vacaaaaaances ! Bien méritées, c'est moi qui vous le dis.
Allez les gens, à bientôt, et n'oubliez pas de prier pour les Chrétiens d'Irak.