En janvier, on reçoit des vœux en forme de fleurs :

DSCF4707Cadeau des parents de Paul avec un mot adorable.

Et puis après avoir fait les soldes,

DSCF4708

On a de bonnes idées, parce que données par des collègues (ou autres) et on les met en pratique :

DSCF4713 DSCF4714

DSCF4717Une fois l'objet plastifié et collé comme il faut.

"Qu'est-ce que ce machin ?" Vous demandez-vous. Et on vous comprend.
C'est un tableau de la météo de l'attention.
"Oui, certes, certes, mais encore ?"
Cet objet permet de rendre un enfant acteur dans l'attention qu'il porte aux leçons et exercices demandés. C'est lui qui bouge le curseur au début de chaque activité, afin de faire un minimum d’introspection et d'être capable de dire s'il saura rester calme et attentif ou s'il a besoin d'une activité ludo-éducative, par exemple, sous peine de ne pas arriver à faire ce qu'on lui demande.
"Mais c'est terriblement basé sur les désidératas des petits chéris !!! Ce sont eux qui dirigent la leçon ?!?!?? Ça n'a aucun sens !"
Si. C'est un outil employé avec les enfants dyslexiques pour les rendre acteurs de leur apprentissage et leur permettre de gérer leur fonctionnement particulier. J'ai pensé l'utiliser avec Paul, l'enfant dont je suis l'AVS, parce qu'il a une attention très fragile malgré une énorme volonté d'apprendre. Cela lui permet de se poser et de me montrer quel type d'activité je vais pouvoir lancer avec lui.
Premier objectif : savoir se situer tout seul avant une activité, avec honnêteté. Apprendre à se connaître.
Second objectif : trouver un moyen de faire remonter le curseur lorsqu'il descend dans l'orange ou le rouge afin de pouvoir apprendre plus efficacement pendant le temps de classe.
J'ai testé ce matin la version presque finie (manquaient son prénom et la plastification, plus un brin de colle) et c'est gé-nial. Il a trouvé ça joli, a aimé que ce soit fabriqué rien que pour lui (on fait attention à lui et on construit du matériel adapté, il le comprend parfaitement) et a aimé s'en servir. Et pour le taquiner c'est parfait : il suffit de faire baisser le curseur du jaune vers le rouge en disant "moi je te vois plutôt là !"
C'est un bonheur de le voir déplacer sa flèche en disant "hummm... je suis là". Il sait très bien à quel degré d'attention il se trouve et peut voir physiquement évoluer sa concentration au fur et à mesure qu'il se recentre (ou pas) sur son travail. C'est un outil de manipulation de ce qui se passe dans sa tête.
Je suis fan.

La maîtresse a trouvé ça super aussi et m'a donné les mots à mettre sur le tableau pour qu'il corresponde à sa façon de travailler ; elle pense l'utiliser avec les autres enfants de la classe si l'expérience avec Paul est concluante. Ça aiderait l'autonomisation des CM1 et la gestion des plus agités (il y a quelques cas).

J'espère que ça va fonctionner sur le long terme et essaierai de donner des niouzes sur les éventuels résultats.