Bordelais de novembre ; automobiliste, tremble.

Je me suis fendue d'un cri primal de premier choix en rentrant chez moi après trois jours nerveusement sportifs au volant. Dont vingt-quatre heures gratinées.

Depuis plusieurs jours la tension montait. Mais ça a vraiment commencé quand j'ai été prudente et que j'ai mis du temps à m'insérer dans un carrefour à sens giratoire (zavez-vu comme je me souviens bien des termes du code ?) : je me suis fait klaxonner par une femme hystérique qui me criait des trucs rageurs depuis sa voiture, puis dépasser par une grosse familiale qui est allée s'abimer les roues sur le rond-point, là, au milieu.
Bon, soit, j'étais trop lente. Mais moi, quand ça bouche, je respecte le code autant que quand c'est fluide.

Le lendemain matin, je vais travailler, m'insère rapidement dans un autre carrefour à sens etc. et me fais klaxonner par un fou-furieux qui roulait à toute vitesse et que je ne pouvais voir venir. Parce qu'il pensait que je lui avais grillé la priorité.
Moi, quand on roule à 60 sur un petit rond-point, j'ai pas les moyens de le voir avant d'y être.
Gnngnngn quand même.

Le soir, pendant ma pause, je retourne à la maison poser mes affaires et autres avant de retourner à ma dernière heure de travail, et au moment de tourner dans ma rue, un dingue que je n'ai pas vu arriver me double... en klaxonnant. Il m'a fait une peur bleue.
J'ai pris une grande inspiration le temps de laisser passer les piétons - faut pas les écraser pour autant, c'est pas leur faute - et arrivée dans un coin où je pouvais ralentir à fond, j'ai grogné comme jamais dans ma vie. Au point de m'esquinter la gorge.
Mais c'était ça ou je cassais quelque chose.

Les Bordelais, au volant, sont à mi-chemin entre le Parisien sous amphèt' et l'Italien lâché en Chine avec une voiture de sport :
DE GRANDS MALADES BORNÉS ET TOUJOURS PLUS PRESSÉS QUE VOUS
QUI ONT TOUJOURS LA PRIORITÉ.

Je commence à avoir envie de coller des pancartes derrière ma voiture "Klaxonne tant que tu veux, m'en fiche" "Repasse ton code et viens râler après" "L'imbécile c'est l'impatient qui roule dangereusement, pas le débutant prudent"... mais je crois que ce serait suicidaire.