Il ne manque plus que le coup d'aspirateur décisif.
Mon ordinateur est branché sur mon bureau, les étagères sont occupées par tout ce que j'ai trouvé à y mettre (livres, DVD, livres, "trucs à Jésus"... livres), mon armoire est occupée par des vêtements et même que ce sont les miens,  tous les cartons ont été vidés, les sacs et la valise aussi, même que ça tient et que je pourrais en mettre plus, eh ben ça fait du bien !

Avec tout ça, eh bien... je découvre un peu plus Bordeaux et ses environs, notamment la chapelle de la Madeleine donnée à la famille marianiste en 1804, la cathédrale qui en impose pas mal avec son clocher posé dessus en plus du clocher posé à côté, les bizarreries du coin (ici, on a cassé des maisons pour construire des cours. Pas des cours de français ni des courts de tennis, mais des "cours". Comprenez des rues, en plus large, parce que les Bordelais il faut toujours qu'ils fassent les intéressants, et dans lesquelles le tramway passe très bien entre les voitures. Et les voies de tramway, au passage, servent de voies cyclistes ou de voie de circulation pour les véhicules d'entretien de la ville...), les berges, le supermarché du coin, les illuminations la nuit, les bons films...
Je dois avouer que l'ensemble est fort beau et que c'est bien plaisant.
Je découvre aussi les joies de la météo locale. Un jour il fait chaud comme dans un four c'est écrasant restons dedans, le lendemain il fait frais il crachine le ciel est tout gris et tiens une éclaircie de 10 min et ça reprend comme avant, parfois le temps change avec chaque marée, soit quatre fois par jour, c'est très original et n'a rien à voir ni avec le temps du Morbihan ni avec celui de Shangqiu. Ah là là.

Un point à signaler : ma visite de la cathédrale, après l'obtention d'un poste dans un collège placé sous la protection de ma sainte patronne, m'a fait comprendre qu'ici désormais je suis chez moi. En effet une splendide statue de Sainte Anne datant d'avant les apparitions d'Auray se trouve à droite du chœur, devant les échafaudages la statue de Sainte Jeanne d'Arc quand on pourra de nouveau la voir.

J'ai commencé à prendre des photos mais comme je n'ai toujours pas traité celles de ma semaine à la Cotellerie (en juillet, hum hum broum keuf keuf keuf) je crois que je vais vous faire attendre un peu. Peut-être un nouvel album fleurira-t-il sur la colonne de gauche.

Pour l'anecdote, je suis accueillie par une famille dont l'un des membres les plus estimés est une chatte nommée Praline qui a adopté mes genoux et tend à s'y lover dès que possible. En plus des poils, je me vois contrainte (pauvre moi) de supporter... la bave ! Praline "bavouse*" quand elle est contente. Et le pire, c'est que ses maîtres en sont fiers.

*copyright réservé, mot publié avec l'aimable autorisation des créateurs.