Je ne suis décidément pas douée en ce moment pour raconter ma vie. Cela dit, le blog n'est pas là non plus pour que je m'étale...

Après les 5 jours de présence de ma frangine à la maison, nous avons pris le train ensemble pour son chez-elle-français.
Au programme...

  • Premier jour : train, arrivée en milieu de journée, achat d'un pass 5 jours pour pouvoir circuler partout, déjeuner dans un appartement que je connais depuis 13 ans maintenant, puis découverte de la tronche de l'Alliance Française de Paris où une amie travaille actuellement. Nous devions nous y retrouver, après environ 3 ans sans s'être vues. Sous le regard et l'oreille attentifs (un peu trop, même) d'un serveur hallucinant, nous nous sommes raconté nos vies, les grandes nouvelles, les petites choses qui rendent la vie d'expatrié si difficile parfois (Cyrielle a passé un an à Monterrey, la ville du Mexique où se font tous les trafics de drogue entre Amérique du nord et du sud.) et les soucis de la vie de prof de FLE.
  • Deuxième jour : brunch puis promenade sur les Champs Élysées (gnyaaaaah), cinéma (Super 8, que je recommande. Excellent film qui évite les pièges des grandes productions hollywoodiennes, beau message, héros très attachants et courageux...) puis achat compulsif de DVD (re-gnyaaah, ça m'avait manqué ça en Chine !) et surtout... ta ta tsiiin, je suis rentrée dans la vie moderne avec un abonnement téléphonique (et un suuuper petit téléphone assorti) !
  • Troisième jour : promenade-magasinage du côté de la rue Monge, du boulevard Saint Germain, du quartier Saint Sulpice puis... au Louvres où ma frangine m'a fait découvrir une expo sur la porcelaine et Sèvres et le service à la française (disparu sous Napoléon, sans doute parce que trop compliqué). Nous n'y sommes pas restées longtemps, mes articulations et ses pieds nous réclamaient un repos prolongé.
  • Quatrième jour : promenade en bateau sur la Seine et le canal Saint Martin (avec Paris Canal), étonnant, passionnant, à faire pour tout amoureux de la capitale et/ou de l'histoire de France, puis promenade-magasinage rue Saint Jacques, et au quartier latin pour goûter.
  • Cinquième jour : messe dans mon ancienne paroisse parisienne (aaaah, les bons souvenirs qui défilent depuis mercredi !) , promenade au Marais où je découvre René Miller, excellent joueur et chanteur de jazz qui parle davantage américain que français et gratte une guitare métallique, pour une musique qui fleure bon la Nouvelle Orléans.
  • Sixième jour : nous sommes invitées, ma frangine, sa mère et moi à boire le thé chez mon ancienne apprenante japonaise, qui a eu un bébé et souhaite nous le présenter. Thé nippon glacé et tarte aux pommes d'un meilleur ouvrier de France, bébé à la peau très blanche et aux yeux joliment bridés qui nous fait du charme tout du long, retrouvailles et discussion en français et japonais... ce fut un très bon moment. Puis le soir nous nous rendons en voiture et entre Japonaises (euh, presque) dans un restaurant chinois où je tire le portrait d'un poisson asiatique qui ne cessait de nous dévisager.

Le lendemain je prends le train pour Nantes, où je retrouve Yayon, découvre sa paroisse, rencontre ses amis, fais connaissance avec les Machines de l'Île et leur éléphant à balcon, placote joyeusement, et enfin, me revoilà dans la gare pour rentrer à la maison.

Deux jours plus tard, dimanche donc, maman et moi nous levons très tôt (trop tôt) et allons installer tables, portant, objets divers et variés pour un vide-grenier. J'ai l'occasion d'abandonner lâchement maman afin de me promener dans la ville de Noyal Muzillac et surtout de visiter une exposition sur les armoiries et anciens seigneurs de la région. Fort intéressant et documenté ma foi. Le plus amusant fut de trouver, dans les références bibliographiques, un livre illustré par Joubert que nous avons à la maison !