Vacances de mai.

Je commence par beaucoup dormir le samedi, le dimanche un peu aussi, le lundi... pareil, puis je me rends en compagnie de Shannon, Andréanne et Zara au salon de massage médical, où je souffre pour mon bien, ce qui me permet, après quelques courses et un achat de superbes sandales en solde, de roupiller encore davantage, parce que cette fois-ci je ne suis pas interrompue bêtement par une sorte de mécanisme qui a décidé que 8 heures ça me suffisait. Que nenni non point. Huit heures, c'est minuscule. Mardi je cuisine, lessive, fais sécher, astique... et dors un peu. Trop peu. Parce que ce matin, je me lève tôt, me fais pimpante et prends un taxi pour le meilleur hôtel de la ville où un ami de Sonia, un ami très très riche, se marie et me demande par son intermédiaire d'être témoin, c'est à dire de faire joli et d'ajouter au décorum de la cérémonie, qui mine de rien lui coûte environ 80 000 yuans. Sauf que moi, je suis gratuite.
On m'assure que puisqu'il est riche, ça sera bien plus intéressant que le mariage du fils de ma grande patronne.

J'aurais dû m'en douter. Me rendre directement à l'hôtel c'était la garantie de ne voir que les paillettes. Et d'être moi aussi une paillette, pour agrémenter les vidéos et faire mousser les mariés. Bref. On me donne un texte à lire en français, c'est là l'intérêt de ma présence, je révise les tons des noms des mariés, attends, attends, attends, meurs de faim, grignote, fais coucou à la caméra, et enfin tout commence.
La cérémonie prend très peu de temps, me fait rire parce qu'on rappelle aux mariés très nerveux qu'il faut sourire, manque de me percer un tympan - celui qui est juste en face de la grosse baffle à deux mètres cinquante - et on me demande de me rendre sur le podium en marchant sur le long tapis rouge, lui aussi surélevé et en plein milieu des tables où tout le monde est assis. Huhu.

Chine_2011_05_001
Avant...
Chine_2011_05_005 Chine_2011_05_009
Pendant...
Chine_2011_05_011 Chine_2011_05_013

Me voilà à côté des mariés, à lire paragraphe par paragraphe un joli petit texte que l'animateur n°1 traduit au fur et à mesure, et vais me rasseoir.

Chine_2011_05_017 Chine_2011_05_018
Phase traduction                                                                         Phase blabla

"Mesdames, messieurs,
Aujourd'hui, les mariés, Monsieur YiLong et Mademoiselle Song Chunxia m'ont demandé d'être leur témoin de mariage. A l'occasion de cette cérémonie solannelle, je suis très heureux de pouvoir faire un discours pour féliciter l'union parfaite de la perle et du jade que le destin nous offer.
Chers invités, laissez moi vous présenter le marié, c'est un homme honnête,de bon coeur, sympathique et travailleux. La mariée est belle et aimable et a aussi la beauté intérieure des femmes orientales. Elle est tendre et prévenante, de coeur pur et a toujours été fille des plus parfaite.
Ici et maintenant, ces deux être qui s'aiment sont liés non seulement par les liens de l'amour mais aussi par les liens de mariage. Vous devez dès maintenant vous aimez fidèlement l'un l'autre, et surmonter toutes les épreuves pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à vos vieux jours quand vos cheveux seront blancs.Je vous souhaite un mariage heureux. Aimez Vous toute votre vie et que vos coeurs puissent s'entendre parfaitement.
Merci à tous!"
Rassurez-vous, quand j'ai lu ça j'ai tout de même corrigé les fautes...

La cérémonie dure en tout... une demi-heure ? Le père du marié étant décédé, la mère ne veut pas faire toute seule tout ce que les parents font d'habitude (rappelez-vous : courbettes, enveloppes rouges, etc.). Puis les plats arrivent, on lance la musique, on fait un jeu à boire où le mari de Sonia gagne un énorme nounours qui fera le bonheur de leur fille, on distribue des peluches aux enfants et aux jolies filles... les gens mangent et hop, tout le monde rentre chez soi.

Chine_2011_05_023
Besoin de viande ? Faites-vous inviter à un mariage chinois !
Chine_2011_05_022
Celui qui finit sa bière le premier gagne le plus gros nounours !

Je rentre chez moi aussi, et en dix minutes de marche sur le campus me ruine complètement les pieds avec mes splendiiiides sandales. Woups. Ces machins-là c'est toujours confortable jusqu'au moment où on marche avec. À l'arrivée à la maison, après peu de temps je me jette sur un goûter bien nourrissant (eh ben oui, la viande comme plats à midi c'est bien mais ça manque de féculents, quoi, zut.) et entreprends de finir de nettoyer l'étage. Ce que je réussis.
Et me voilà devant l'ordinateur dans une maison rutilante en haut, craspèque en bas, à moitié rangée, avec un beau mal de crâne. Merci la petite nuit, le massage, le stress (allez comprendre. Sans doute parce que j'étais filmée). Et je n'ai pas préparé un poil de leçon pour demain... On va peut-être finir devant un film. Après tout, c'est du français aussi. ^^