Je viens de passer une journée de folie.

Après la messe, j'ai enfourché mon vélo pour aller - en luttant contre le vent et les travaux de repavement des rues de la vieille ville - au nord-ouest de la ville-nouvelle, dans un grand magasin d’informatique où une amie chinoise (une fille géniale dont tous les expat' de la ville sont fans ; et en plus, elle est magnifique. Nous sommes collègues, et elle donne des cours particuliers de chinois. Shannon m'a dit qu'elle était une super prof) m'a présenté hier un ami de sa mère, qui est dépanneur informatique.

Hier, il a commencé par dire "Mais il n'a rien cet ordinateur" ce qui m'a fait hurler de rire (c’était nerveux) et puis a annoncé que c’était rien, qu'il fallait réinstaller le système d'exploitation, que oui, il allait essayer d'avoir Fenêtres XP en français et qu'il pourrait récupérer mes données avant. Prix d'ami, 50 kwais (5 euros). J’étais toute contente.

Aujourd'hui, j'arrive couverte de sable, patiente sous le regard pesant d'un de ses clients pendant qu'il trifouille dans le système d'exploitation, montre ma déception d'apprendre que XP n'est pas disponible en français, et finis par téléphoner à Irène, l'amie chinoise, qui fait la traduction par téléphone. Alors que ça s'annonce bien, que je vais - semble-t-il - pouvoir montrer quels fichiers je veux récupérer (mes historiques de conversations MSN !!!), il éteint l'ordi, le rallume puis me regarde tout étonné. Je vois bien que deux trucs ont disparu, mais c'est pas moi la pro ici ! Je peux pas lui expliquer pourquoi les disques durs ne s'affichent plus !
Quelques recherches et palabres plus tard, je vais manger (restaurant rapide, copie chinoise de Macbouffe, totalement pas bon pour ce que j'ai, totalement hyper bon pour le moral et pour me remplir l'estomac qui crie famine) puis faire quelques courses sous le regard insistant des employées du magasin chic de la ville et au retour apprends que mon disque dur est mort et que j'ai le choix entre tout recommencer à zéro en 30 minutes ou passer 3 heures à essayer de récupérer mes données.
Je fais comprendre à Irène que je paierai ce qu'il faudra, que je camperai s'il le faut, mais que je veux récupérer mes fichiers.
C'est à dire que j'ai près d'une semaine de musique dans l'ordinateur, sans compter plusieurs fichiers que j'aimerais ne pas perdre. Si possible.

Mon sauveur informatique et moi prenons le taxi (course offerte par la maison) et passons un temps fou à nous causer via le traducteur automatique chinois sur internet pour me faire des frayeurs en m’annonçant la mort totale et irréversible, avec données, de mon disque dur (périmé depuis 2009, merci les gars qui m'ont vendu la bête en France fin 2008) puis m'annoncer que tiens, on dirait qu'il trouve des choses, le logiciel de récupération, et que l'espoir est permis, et que ouh y a beaucoup beaucoup de fichiers, on va rentrer, remettre l'ordi à neuf et revenir demain pour transférer les fichiers.
Ce brave petit monsieur était même prêt à chercher la musique que j'aurais perdue sur internet pour me permettre de ne pas me retrouver complètement dépourvue, si on n'avait rien retrouvé.
Je dis donc adieu à certaines infos, mais vais récupérer ma musique, sans laquelle je vivrais difficilement.

Shangqiu_avril_11_097
Désolée pour la mauvaise qualité des images, je n'ai plus le logiciel de retouche...
Ambiance geek (fou-furieux d'informatique) comme vous le voyez.

Shangqiu_avril_11_099

Au retour à la maison mère, je profite de l'occasion pour acquérir un disque dur deux fois plus gros (niark) et laisse mon ordinateur, qui cause désormais angliche, pour qu'on y installe tous les pilotes et tout et tout. Je fais un tour dans le magasin et me trouve des enceintes (celles de démonstration fonctionnaient au poil, et bien sur y a une des miennes qui crachote, 'vont m'entendre demain) et annonce à un autre vendeur que je repasse demain lui acheter un truc.

Et puis je reprends mon vélo, achète de la mercerie à une petite dame sur la rue, et me précipite sous la douche en rentrant, parce que la tempête de vent qui nous ennuie - fait voler les sacs plastiques, les cerfs-volants géants, j'ai vu un impressionnant serpent dans le ciel,  casse des morceaux de ma maison et j'en passe - m'a complètement couverte de sable et de poussière. (Je sais désormais ce que vivent les vieux meubles qu'on ne dépoussière pas : en passant un mouchoir sur mes joues, après 10 minutes dans la rue, je récupérais une couche de poussière vraiment surprenante.)

Conclusion demain. Je peux déjà vous dire que le prix d'ami a vu déplacer sa virgule d'un cran. Paf. 500 kwais.