Bonjour tout le monde,

Un peu occupée en ce moment, un peu dispersée aussi, j'essaie de me concentrer sur l'essentiel.
Tout d'abord je voulais rassurer mon entourage qui, sans doute à cause de mon avant dernier article, me pense sans doute encore vraiment malade : je vais très bien. Je dors à des heures totalement anormales (genre aujourd'hui, grosse sieste en rentrant de cours), mais c'est vraiment peu de choses comparé à mon état il y a trois semaines. Je me considère donc comme guérie.
J'aurais aimé poster davantage, et je n'oublie pas le compte-rendu de la Thaïlande, cependant le pays qui m'intéresse m'angoisse le plus en ce moment, c'est le Japon.

Comme certains d'entre vous le savent, ma meilleure amie vit à Tôkyô, et chaque information que je recueille sur ce qui se passe là-bas est à la fois précieuse et porteuse de nouvelles inquiétudes. Je me rends compte aujourd'hui à quel point j'aime non seulement ce pays mais aussi et surtout ses habitants.

Et le meilleur endroit que je connaisse pour savoir ce qui se passe au pays du soleil levant, c'est le blog d'un Canadien installé à Okinawa, une île très au sud de l'archipel, qui ne souffre donc pas physiquement du drame, mais qui recueille les échos des tristes événements du Nord. Les dernières informations sont ici.

Je voulais aussi diffuser le courriel que ma meilleure amie a envoyé à ma mère il y a quelques jours maintenant. Pour que vous sachiez comment les événements sont vécus de l'intérieur.

"J'ai de la peine pour tous les sinistrés, toutes les images et les informations concernant l'archipel sont vraiment horrible à voir et à écouter, mais la situation nous concernant change jour après jour et s'aggrave, ça devient très, très inquiètant. Dès aujourd'hui, des coupures planifiées d'électricité en rotation ont eu lieu dans la région Est du Japon, Tokyo y compris, avec comme prévision environ  3 heures d'interruption par jour jusqu'à la fin du mois d'avril. Les transports en commun ont été perturbés aussi, et le gouvernement nous demande, si possible, de ne pas aller au travail ou à l'école, au moins pendant quelques jours.
 
Je suis allée au supermarché avec ma mère près de la maison pour acheter des provisions, il y a quelques jours et aujourd'hui, et il n'y avait plus d'eau, le rayon des nouilles instantanées, riz, pain, papier toilettes étaient complètement vide ou presque. On s'est approvisionner pour quelques jours avec des aliments qui se conservent bien.
 
Concernant les centrales nucléaires, on a l'impression que le gouvernement nous cache les détails, pouvant provoquer la panique dans la capitale...Tokyo se trouve à environ 200km de Fukushima, selon le vent qui peut souffler à tout moment vers le Sud-Ouest, on est toujours exposé au risque d'être irradiée...j'exagère un peu peut-être, mais c'est angoissant. Les habitants ont été évacués à environ 20km des centrales.
 
Des secousses secondaires se produisent fréquemment, mais on arrive tout de même à dormir, manger, essayer de vivre normalement en pensant toujours au séisme qui peut se reproduire n'importe quand.

Je l'ai dit à [Nitt] aussi, mais dans ces circonstances, ça donne vraiment envie de quitter le Japon pour de bon...ma mère rentre à Paris le 30 mars, j'aimerai tant repartir avec elle mais je ne peux pas, donc j'espère au moins d'ici-là que la situation va s'améliorer un peu."

Akiko si tu me lis, nous sommes nombreux à penser fort à toi et aux tiens, et à tout le reste du peuple nippon.

Edit du 17 : des nouvelles très tristes du Monde.fr
Le 19 : un témoignage qui rejoint ce que je pense de ces habitants.
Une amie habitant à Yamagata, non loin du séisme et de Fukushima, me dit que sa ville n'a été touchée ni par le tsunami, ni par les radiations, mais confirme le sentiment que le gouvernement cache des informations à propos de la centrale "on le sait, on se méfie de tout ce qu'ils disent". Elle poursuit sa vie de tous les jours malgré le traumatisme "on était tous un peu paniqués, mais aujourd'hui on se calme, reste zen !"