Si je vous disais à quels titres j'ai pensé pour démarrer cet article...

Il faut que je vous raconte. En ce moment je me lève plutôt très tard, parce que je me couche plutôt très tard aussi et qu'avec ce qui fut une très violente sinusite, plus le froid, plus les cours dans le froid, etc. je suis plutôt fatiguée.
J'ai fini par donner des habitudes à l'autre habitante de la maison, voire de ma chambre, j'ai nommé Sophie la souris.

Cette semaine j'ai remarqué en récupérant mes vêtements posés sur mon lit qu'il y avait de-ci delà, de-li de-çà, des crottes de souris dedans.
Tiens tiens tiens, Sophie vient roupiller sur mon lit, dans mes vêtements, pendant la nuit... - là tout de suite elle descend les rideaux en faisant un léger bruit de gratouilli du haut vers le bas, huhu - j'avais hurlé de rire en la voyant escalader mon sac à main, une croquette pour chat dans le bec, j'ai hurlé aussi mais pour une toute autre raison quand j'ai vu qu'elle avait grignoté le fil de la dragonne de mon appareil photo, dans le même sac à main, je rigole régulièrement en la voyant piquer des sprints entre le coin de ma chambre où se trouve le sac de croquettes et les coins de mon lit où elle se réfugie, surtout quand elle grimpe sur mon chausson (à l'intérieur duquel se trouve mon pied), abandonne sa croquette et part d'où elle est venue l'air paniqué...

Ce matin, donc, 8h - soit beaucoup plus tôt que d'habitude - mon réveil sonne. Je réussis à émerger tant bien que mal, et en sortant de mon lit je constate... qu'il y a des crottes de souris DANS mes draps.
Hum.
Je soulève la couette d'un coup sec, histoire de compter les mini-obus gracieusement offerts par sa majesté-souris... et trouve sa majesté, soigneusement posée à l'extrémité de MON lit, la queue délicatement enroulée autour de son petit corps, qu'elle dégage très rapidement après un instant de surprise où elle me regarde dans le blanc des yeux, l'air de se dire : "là, je suis mal barrée".

Donc après l'étui d'APN, après les vêtements sur mon lit, la voici DANS mon lit, surprise que je me réveille avant elle.
La petite sagouine. Elle est peut-être chinoise, mais je vous assure qu'elle a le goût du luxe et qu'elle est hyper futée cette bestiole.
Et pendant ce temps John le furet fait des apparitions en mode furtif autour de la maison. S'il savait.

Oh, il faut tout de même que je vous explique pourquoi elle s'appelle Sophie, la souris.
D'abord parce que Mickey ou Minnie, je suis devenue légèrement allergique. Ensuite parce que Cheese, comme dans Gaston Lagaffe, c'était celle(s) de l'an dernier - prématurément enlevées à notre monde par Kyô le chat - et parce que j'ai oublié comment on dit souris en chinois, et parce que l'année dernière aussi on a déjà fait ça.
Enfin, parce que dans l'excellent film Le Château Ambulant de Miyazaki, l'héroïne nommée Sophie est surnommée "petite souris" par les deux soldats qui lui barrent la route au début de l'histoire.
Je sais, je sais. Et j'en suis très fière !


Et sinon hier j'ai larvé au fond de mon lit, bu du vin chaud, lu, mangé de bonnes choses et aujourd'hui j'ai été capable d'affronter un froid polaire pour aller à la messe et faire mes courses. Je vais beaucoup mieux.
Quand je dis froid polaire, c'est qu'il y a du vent du nord (très très froid comme d'habitude), que depuis une semaine le bassin à poisson est tellement gelé qu'on peut aller sauter sur la glace à pieds joints - expérience tentée et réussie - sans faire bouger le moindre millimètre de quoi que ce soit, que toutes les étendues d'eau de la ville sont glacées et lisses comme des miroirs, et couvertes de briques et de parpaings que les Chinois s'amusent à jeter dessus pour voir si ça craque. Ben ça craque pas.
L'année dernière la glace du bassin à poisson bougeait. Et dans mon entrée, on voit sa propre haleine quand on parle.
Voilà voilà... Ça donne une petite idée.

Les préparatifs pour le voyage en Thaïlande avancent bien. Je vous donnerai les liens vers mes destinations, vous allez baver.