Faut dire qu'en ce moment, entre les dîners-karaoké, les cours de trois heures et demie qui s'étirent toujours un peu sur la fin, les - gros - soucis informatiques et le froid de gueux dont je souffre tant que je m'obstine bêtement à rester devant l'ordinateur à ne pas toujours faire grand chose de productif (jugez-vous mêmes : télécharger des proxy, chercher comment écrire en français et pas en franois sur un nouveau PC, redéfinir l'heure, télécharger des tonnes d'utilitaires en français pour gérer le PC sans tout faire imploser et surtout améliorer un peu une bête poussive alors qu'elle est vide et qu'elle devrait péter la forme, télécharger Mozilla et une quantité affolante de modules complémentaires pour retrouver un peu ma façon de surfer à la française et tenter, pour plus tard, de gagner du temps, pousser quelques cris de joie quand j'arrive enfin à retrouver les blogs les plus appréciés et les plus censurés de la blogo, les lire compulsivement, pousser d'autres cris de joie en retrouvant Face de bouc, me mettre en retard pour le cours, éventuellement sauter un déjeuner pour être à l'heure quand même, etc.) eh bien je manque de temps.

Mais je tenais à repasser par ici pour vous souhaiter de tout mon petit cœur une très belle, douce, sainte et carrément transcendante année 2011.
Qu'elle soit pour toi, lecteur chéri, lectrice de mon cœur, lecteur tout neuf ou de longue date, l'année de la réalisation de tes plus grands rêves, si ce n'est déjà fait. Dans ce cas, alors que les choses s'améliorent encore !
Et comme le dit une amie, si cette année démarre dans les ennuis, que tu aies la hargne et le courage d'en venir à bout, et que tu en sortes triomphant et fier !

Je vais, comme l'an dernier, passer le cap du réveillon dans la ville très funky et très pleine de Français de Jinan, et à part un réveillon super arrosé et un gros massage du dos aux huiles, je n'ai aucune idée du programme sur place. Advienne que pourra.
Je voudrais juste ne pas en revenir su les rotules parce que mes vacances c'est dans longtemps. Et je sais toujours pas ce que je vais en faire, tiens, à propos...
Les étudiants se montrent à la fois plus détendus (c'est la période des examens et des fêtes de fin de semestre) ce qui donne une ambiance très joyeuse en classe, et plus fatigués (ils ont bossé comme des tarés pour réussir et on leur a collé plus d'heures de français) par conséquent on rit mais on se dissipe aussi et même moi je manque d'allant pour insuffler de l'énergie à mon petit groupe de courageux.
Et puis pas d'ordinateur pour utiliser des films ou de la musique ou juste les enregistrements du livre principal, mais seulement des livres et des exercices, c'est épuisant. Et lutter contre le froid 16h/24 aussi.
Conclusion : il me faut du repos !