En cet auguste jour où nous célébrons pour la vingt-septième fois mon arrivée sur cette heureuse planète, je tiens à exprimer mes remerciements les plus sincères à l'inventeur des œufs battus, à qui je dois de terminer mon repas au moyen d'un pantagruélique et cholestéroliphère dessert.

Ode aux œufs battus

Ô si magnifiques, merveilleux œufs battus,
Vous qui fûtes, par une poule, récemment pondus
Et désormais reposez là dans une jatte,
Pour marquer d'un beau dessert une belle date,

Je chante ici vos louanges estomaquées,
Et devant les yeux de mes lecteurs étonnés,
En longs alexandrins vous consacre un sonnet.
Votre mousse sucrée me donne le hoquet.

Un hoquet pour la joie, un hoquet pour l'émoi
Que  lors de leur absorption provoquent en moi
Cholestérol, sucres rapides et protéines.

Vous connaissez, ô, œufs, la cuisine aux saveurs
Pimentées, sucrées, salées, amères à faire peur
D'ici. Votre goût me renvoie aux origines.

Voilou. Pas de bougie, pas de tralalas, pas de cadeaux (à part le cadeau virtuel de la fille qui se reconnaîtra) mais beaucoup de messages de France - et même de Chine - et même du Japon !!! - pour me souhaiter une belle journée.
Samedi je suis invitée à ma propre fête d'anniversaire avec Shannon et Brett. Ils sont trop gentils.
Amis qui me lisez, "de tout cœur, merci." Même lointaine, votre amitié me réchauffe le cœur, et est encore mieux que mes œufs battus que je n'arriverai pas à finir ce soir !