Oui, je suis désolée de vous arroser comme ça... mais celle-là aussi me semble juste. Il s'agit de respecter la conscience du personnel médical, qui est menacé de ne plus pouvoir refuser des actes comme, par exemple, l'euthanasie, pour peu qu'on décide qu'il y a "urgence".

C'est la porte ouverte à la boucherie. On est déjà dans du vaste n'importe quoi médical, ne laissons pas la situation s'aggraver.

Voilà, c'est par .