Bonsoir bonnes gens.

Pardon pour m'être tue pendlapinblancant si longtemps, je sais c'est pas bien, mais je vous avais prévenus que j'allais être occupée, et je n'imaginais pas à quel point cela allait être vrai !

En très court parce que je devrais déjà dormir, j'ai passé trois jours à Pékin, envoyé des colis, acheté des cadeaux, été au restaurant, profité de la ville et pris l'avion, avec une escale à Moscou, des rencontres entre les avions, puis j'ai été squatter à Paris chez Anne-Laure qui m'avait rendu visite en Chine et qui me devait bien ça, et j'ai retrouvé ma famille pour aller chercher ma cousine à l'aéroport, passé une journée en banlieue avec du monde, revu Paris, me suis cassé le nez sur la porte de l'ambassade de Chine (pour faire mon visa - qui n'est donc pas fait, ha ha) et pris le train pour ma nouvelle petite vi... ah pardon, le bourg où je réside maintenant. A quatre kilomètres de la mer, dans une ravissante maison où j'ai eu le bonheur de décorer ma chambre, monter des meubles, et ranger le contenu de quelques cartons.
Tout ça pendant quinze jours.

Ensuite, je suis partie à la Cotellerie pour leur session des familles et pour les vœux perpétuels de l'un des frères. Avec une pause chez des amis sur la route.
Dix jours de joie et de fatigue (et de lecture compulsive de Twilight 1 qu'on venait de m'offrir, ne commencez pas ce bouquin, surtout si vous êtes du sexe féminin, vous ne pourrez plus décrocher). Dix jours de sourires, de jeux, de découvertes, de bisous d'enfants, de compliments et de bonnes rigolades entre animateurs, saupoudrés de retrouvailles. Dix jours de trucs à Jésus en français, aussi. Du bonheur.

Je suis rentrée hier, rétamée comme il se doit, aujourd'hui j'ai assisté au Pardon de sainte Anne pas loin de chez moi, et demain matin (donc ce matin quand vous me lirez, si si je vous connais) je pars pour Toulouse découvrir un terrier rempli, paraît-il, de paroissiens et de crapauds miniatures. En tous cas au printemps.
Puis je fais une halte un peu au-dessus avant de revenir.

Et je ne sais pas quand je repars.

Ma chambre est toujours pleine de cartons, les murs sont trop fragiles pour y mettre des étagères et donc autant de livres qu'avant (oups), le blog est à moitié en friche puisque je n'ai pas le temps de poster de photos ni de vidéos (ouh làààà)... C'est donc le bazar, mais bon, "pas de violence, c'est les vacances", n'est-ce pas ?

Et avec tout ça, j'ai reçu une proposition d'embauche - c'est super agréable quand ça vous arrive ! - et une demande d'un collectif de blogs nommé Ulike qui m'a annoncé que les Niouzes les intéressaient. Comme ils ne me demandent rien, je peux leur faire de la pub tranquillement au passage.
J'ai aussi eu des nouvelles des étudiants qui ont réussi leurs examens avec de bonnes notes et qui attendent la suite des opérations pour avoir leurs visas, ils sont contents et je leur manque. C'est la méga-teuf dans mon petit cœur de prof.
Que d'amour ! Je ne sais pas si je vais résister longtemps à tout ça !

Voilà, sur ce je vais continuer les préparatifs... A je ne sais pas quand !