Bonjour tout le monde,

Je commence à écrire ce billet avec un chat sur les genoux, qui trouve qu'une main pour le papouiller c'est pas assez, je crois. Ça l'empêche pas de ronronner.

Aujourd'hui, messe avec des tas de baptêmes, comme à chaque fête, retour à la maison en vélo et sous un super soleil, déjeuner en essayant de trouver comment nourrir Kyô l'affamé qui miaule sur un ton désespéré, je vérifie la nouvelle adresse de ma môman, fait des sacs, et pars pour la porte Est où je retrouve Victor un étudiant (le chat est parti, ça va aller plus vite) et un ami à lui. Ils se saisissent de mes paquets et nous prenons le bus pour... la poste.
Je savais, pour avoir accompagné Marion lorsqu'elle a voulu envoyer des cadeaux chez elle, que ça allait être long et compliqué. J'avais fait un tri pour ne prendre que des articles que je souhaitais voir partir avant moi et que je pensais pouvoir envoyer. Je m'étais armée de patience, et la communion du matin devait garantir mon calme.

J'étais loin du compte.

Pour vous la faire courte schématique, on fait le tri de vos produits devant tout le monde, n'envoyez donc jamais de lingerie si vous ne voulez pas que tout le monde sache que vous mettez des strings en dentelle (non c'est pas moi, c'est Pinocchio. Un peu de culture cinématographique, enfin !), on pèse, on essaie un carton, c'est trop petit, on en cherche un autre, qui est trop grand, et on vous annonce qu'on ne peut pas couper le haut pour faire un montage comme vous l'avez vu faire la dernière fois, il faut remplir. Vous pouvez :

  • aller acheter d'autres cadeaux volumineux (comme si j'avais des tas de sous à dépenser en plus) (et comme si à Shangqiu il y avait des cadeaux intéressants)
  • ou acheter de la bourre,  pour 50 kwais.
  • Ou encore, vous pouvez trouver quelque chose pour remplir à la place. Mais comme il y a vraiment de l'espace, il va falloir être inventif.

En revanche, il vous reste des tas de trucs sur les bras parce que vous ne pouvez pas envoyer :

  • de bois ;
  • de fibres en poil de kèkchose (soie ok, exit la laine et le cachemire) ;
  • de vraies perles, mais les pierres, pas de souci ;
  • de papier avec des caractères chinois écrits dessus. Donc, pour bourrer avec du papier journal, ben il vous faudra changer de pays d'envoi. Intéressant hein ? Vous ne pouvez pas non plus mettre de lettre dans votre colis, bien entendu.
  • Et puis le colis ne devra pas faire plus de 100 dollars américains (non, ni en euros ni en yuans, on est dans une agence internationale ici madame) sinon on n'a pas le droit de le faire circuler.

Si vous estimez qu'un objet est mou et donc pas fragile et qu'il serait mieux dans un coin pour aplanir le contenu, il faudra vous y reprendre à deux fois pour le mettre à l'endroit qui vous plaît et faire traduire que vous connaissez le machin et que vous vous engagez personnellement à ne pas râler s'il arrive cassé.

Et donc, pour remplir le colis, quelle option vous reste-t-il ?
???
????????

LE P.Q.

Denrée à aller acheter au supermarché au bout de la rue pour ne pas y laisser deux fois le prix que vous y mettez d'habitude quand vous comptez en faire un usage nettement plus... moins... autre quoi, et puis par quinze c'est plus rentable, et quand vous revenez on vous met les rouleaux un à un dans le paquet, pour s'apercevoir qu'en fait, mamma mia, c'est encore trop peu, que faire, que faire.
C'est alors que vous avez un éclair de génie et que vous prenez et pliez les sacs en papier avec lesquels vous avez fait l'aller, dans lesquels vous aviez rangé les restes de votre envoi, et que vous bourrez avec tout ce qui vous passe sous la mimine : sacs plastiques (que vous avez essayé de gonfler, mais devant les regards des opératrices qui commencent réellement à vous gonfler - à bloc - elles, vous avez renoncé) et sac de P.Q. et vous repliez le machin pour vous apercevoir que ça y est, ouf, c'est bouclé.
On enrubanne alors votre colis avec du scotch qui sent l'encre et vous fait tousser, puis on vous fait remplir un formulaire, ah oui mais c'est en anglais et puis l'adresse est en français, vite, Monsieur l'étudiant, écrivez aussi en chinois parce que les postiers là ils vont être tout perdus. Non, "France" c'est pas clair. Il faut "法国".
Les cartes postales et l'enveloppe non réglementaire on s'en occupera après, on ne peut pas tout faire en même temps. Mais on fait quand même défiler les autres clients qui s'appuient sur votre colis, sinon c'est pas drôle.
Quand vous commencez à devenir chèvre, on vous demande des sous. Beaucoup de sous.
Juste plus que ce que vous aviez en partant, et encore un cran de plus depuis que vous en avez dépensé une partie en P.Q.
Vous vous retrouvez donc à attendre au guichet, dehors, votre tour pour aller retirer (en payant pour ça) de l'argent. Tout ça pour payer un colis dont 10% du poids est composé de P.Q.
Retour à la caisse, vous dégainez les billets, et pendant que vous rangez votre monnaie vous comprenez qu'à côté on parle de vous "elle comprend pas, blablabla". Si, elle comprend, juste assez pour se mettre en pétard. Y en a marre de cette dictature du "elle pige pas on cause dans son dos." (Si encore j'avais pas vécu ça toute mon enfance...)
Jésus Marie Joseph, help, vous êtes en train de  vous énerver et ici ça se fait pas.
Tiens, maintenant qu'on a sorti l'enveloppe réglementaire pour la carte pour laquelle vous aviez fait vous-mêmes une enveloppe, vous pouvez peut-être mettre l'adresse, demander un timbre, tout ça non ? Oui, mais il faut écrire iiiiciiii, là, juste là, dans un recoin. Voilà. Le timbre, on s'en charge pour vous.
Et vos cartes postales ?
Non, elles sont déjà payées.
Oui, mais non il s'agit de les mettre dans la boîte aux lettres, donc de la trouver, la boîte aux lettres. Juste dans la boîte aux lettres.
Pas de payer des timbres, ou un envoi groupé. Mais non. Si. voilà.
Ah oui, mais en fait ça va pas, les adresses sont pas écrites en chinois ( ~ simplifié, ha ha. Rire jaune.) il faut rajouter "法国" tout partout, et même "envoyer en France", parce que juste "France" ça n'ira pas.
Vous vous retenez de poser trop de questions, vous respirez profondément et décidez de ne pas être curieux(se). Sinon vous sentez le pétage de plomb se faire spectaculairement bruyant.
Pendant ce temps votre étudiant et son ami sont en train d'écrire comme des fous sur les 15 (20 ? Combien au juste ?) cartes postales confiées par votre amie Anne-Laure. Ah oui seulement voilà, là c'est pas France c'est "Allemagne". Et là c'est Albanie. L'Albanie c'est un pays d'Europe. Et en anglais je crois qu'on l'écrit pas comme ça. Faut l'orthographier autrement. Vous vous saisissez du téléphone portable avec dictionnaire intégré de votre étudiant pour l'écrire dans le bon sens, parce que quand vous dictez ça ne fonctionne pas, et la définition obtenue est tellement longue qu'il renonce à chercher la traduction chinoise.
Alors, pour la dizième fois, vous dites "non mais écris "Europe" ils connaissent en Europe, ça ira très bien comme ça".
Alors, enfin, on écrit Europe sur la carte postale qui n'en avait même pas besoin au départ. Puis on s'inquiète de la position géographique de la boîte aux lettres. Au fond. Bon.
Oui mais non, on ne les attache pas ensemble, elles sont faites pour voyager séparément les cartes. Sinon ce serait une grosse lettre. Allons plutôt à la boîte.
Ah mais y en a deux.
On demande au monsieur, qui demande aux préposées (qui ont réussi à vous gonfler tout en dégonflant votre portefeuille, sans oublier de regonfler votre colis avec quinze rouleaux de P.Q., heureusement que vous ne l'envoyez pas à un pote que vous croisez peu, sinon le quiproquo pourrait être sportif) qui répondent au monsieur, qui répond aux étudiants, qui mettent les cartounettes dans LA boîte que vous cherchez depuis trois jours.

Vous venez d'envoyer un colis chez votre môman avec quinze rouleaux de P.Q. (que vous vous êtes délecté(e) à décrire dans les deux formulaires dont celui en quatre feuillets sur lequel il a fallu repasser parce que ça transférait pas bien dessous), et accessoirement quelques cadeaux. Pour 6 kilogrammes.

Pour vous remettre vous allez au KFC d'à côté acheter un Sunday au chocolat et payer des verres aux garçons, et puis vous faites réparer votre portable qui a un souci d'envoi de messages. Pendant un petit moment où votre étudiant allait faire quelques courses, vous avez dégainé votre I-pod et regardé sauvagement tous les Avez-vous déjà vu que vous avez pu, histoire de vous détendre. Ensuite vous discutez de trucs comme la Chine, la France, KFC est-il meilleur en France, que penses-tu de la Chine, es-tu habituée à la nourriture chinoise, autant de question qui vont vous intéresser, lecteurs chéris, et que j'aborderai un de ces quatre.

Vous espérez qu'à la sortie de cette journée, outre le mot P.Q., votre étudiant aura intégré l'expression "c'est ridicule" que vous avez répétée au moins 4 227 fois, soit tout de même plus que, dans cet article, le mot P.Q. dont vous ne vous lassez plus.
P.Q.

Et vous vous rendez- compte que vous avez totalement pété les plombs, à l'occasion. Pour 6 kilogrammes.