Le 5 avril, en Chine, c'est le jour des morts, en moins triste que chez nous. Une sorte de Toussaint sauf qu'on ne va pas mettre des fleurs sur les tombes et prier... on va brûler des faux billets de banque et de la monnaie à l'ancienne, afin que, dans l'au-delà, les défunts puissent s'offrir tout ce qu'ils veulent (genre : "Papy, tiens, voilà un billet de 50 000 yuans, offre-toi la Nintendo DS qui te faisait baver quand on passait devant les magasins chics, Mamie, voici de quoi te payer les chaussons moelleux et le fauteuil massant que tu voyais chez Dennis...")

Ce lundi est donc férié, et tout le monde a trois jours de vacances pour retourner voir la famille parfois lointaine et aller sur les tombes des disparus chers à son cœur.

Comme avant chaque fête, les rues se sont parées de petites boutiques improvisées :

100_7778
Un stand, sur une simple table, avec en rouge : des pétards pour chasser les mauvais esprits, en jaune emballé : de la fausse monnaie à l'ancienne (l'or était moulé dans une forme à mi-chemin entre le bateau en papier qui fait aussi chapeau et... le chapeau melon, mais pleins), en jaune pâle : des carrés de papier qui représentent des billets. A gauche, ils pendent de la table, les billets de 10 000 kwaïs et autres montants farfelus.