Parce que bon, voilà, aujourd'hui... c'est jeudi Saint.
Nous célébrons l'institution de l'Eucharistie, et comme l'a rappelé un père sur un site social où je passe trop de temps, c'est aujourd'hui la fête des prêtres.

Alors, tout en pensant à ceux qui n'ont pas de branchement continu sur Internet mais que je porte dans mon cœur, je voudrais en citer quelques uns, David, Coolus, Christophe, et puis parce que je fréquente (trop) le site des bienheureux Sacristains, le Curé du blog (ou l'inverse, si vous voulez) et leur dire que je les aime.
Voilà.

En ce moment, bizarrement pendant leur année, comme pour un certain Jésus de Nazareth il y a environ 2 000 ans, on leur crache à la figure. Parce qu'ils sont des hommes, et donc faillibles, parce que l'Église a le courage de reconnaître ses erreurs et de faire le ménage au grand jour, on généralise, on s'écrie des grandes phrases idiotes et on joue les effarouchées. Et puis on relance un vieux débat, car aujourd'hui, pour être dans l'air du temps, il faut casser de l'intemporel.

Alors je voudrais glisser, juste comme ça, que les prêtres que j'ai rencontrés et que je connais aujourd'hui sont heureux de veiller sur leurs paroissiens, qu'on voit à leurs regards pétillants et pleins de vie, même quand leur âge ferait penser de certains qu'ils sont proches du Grand Départ, qu'ils ont la pêche, qu'ils aiment ce qu'ils font et sont totalement épanouis.
Je voudrais glisser, juste comme ça, que je connais deux séminaristes - et plutôt bien même, depuis plusieurs années - et que je les ai vus évoluer vers le sacerdoce et donner leur vie au Christ, en acceptant pleinement et avec joie le célibat, signe pour eux et ceux qui les entourent d'un don total. Aujourd'hui, après de longs moments passés auprès du Seigneur, ils se sont débarrassés de ce qui les encombrait et sont mieux dans leurs baskets que tout un tas de gens qui vivent "comme tout le monde"...
Je voudrais glisser que nombre de pasteurs m'ont guidée vers les fameux "verts pâturages", loin des loups et des frayeurs de la nuit, et que je leur dois bien plus que je ne saurais le concevoir.
Je voudrais glisser que je suis heureuse pour eux qu'ils aient choisis de nous transmettre la Vie, et que nous avons besoin d'eux. Ils sont si précieux.

A vous tous qui donnez vos vies pour sanctifier les nôtres, MERCI.

Et puis au passage, allez donc signer un truc intelligent là, pour faire taire les imbéciles.