C'est le nombre de photos et films faits à Pékin... Je suis mal barrée si vous voulez mon avis. Tout comme nos comptes en banque, à sec depuis le retour de vacances, et comme "c'était les vacances et maintenant c'est le début du nouveau semestre" eh bien il nous faut attendre la semaine prochaine pour respirer financièrement parlant.
Avec tout ça, nos étudiants sont onze, en tout, et certains viennent toute la journée en cours, d'autres ne viennent q u'au cours qui leur convient. Nous étions parties avec un total de 58 si je me souviens bien. (Tout comme mes poissons rouges, partis à 13, 3 sont morts, paix à leurs âmes de poissons rouges oui oh je sais c'est théologiquement impossible mais j'écris c'que j'veux chez wam et un quatrième, suite à un changement d'eau un peu brutal - mais allez décrocher leurs saletés sans faire un peu de courant - a glissé dans la tuyauterie fraîchement débouchée de la maison. Woups !)

Après avoir imaginé peut-être en envoyer (les étudiants, pas les poissons rouges, suivez un peu) dans des universités françaises autres que celle qui les attend par huit l'an prochain, parce que huit, on a peur de ne pas y arriver, une petite recherche sur le net m'a convaincue que pour cette année, c'est râpé. Il va donc falloir cravacher. On commence demain avec le dîner financé par euh... le Saint-Esprit - sous la forme de Chen qui va nous prêter de l'argent, je n'aime pas ça, mais pas du tout - et l'un d'eux m'a demandé des cours particuliers. Faut dire que maintenant il est le seul garçon de son niveau, et l'un des deux qui n'ont pas fait de zèle pendant les vacances. Donc quand je leur fait ouvrir leur livre d'exercices pour commencer une activité, ils sont deux à la faire en vrai. Les autres se tournent les pouces et c'est pédagogiquement horripilant.

Notre meilleur étudiant, qui a bossé comme un fou l'an dernier et avait réussi le test, manque de pot il était le seul, nous semble déprimé et ça nous déprime aussi. Il ne mérite pas ça, et un entretien avec discussion sur "- Peut-être une autre université ? - Je voudrais aller à Paris, mais j'ai pas l'argent..." m'a fendu le cœur. Je savais pas s'il était "juste" hyper-déçu, momentanément à plat, ou carrément au bord des larmes.
Prof, c'est parfois un métier pourri.

Notre deuxième meilleur élément va tellement vite qu'il en est agaçant, il a commencé à étudier en septembre, on dirait qu'il a fait un an de cours, il parle mieux que tout le monde quand il veut bien ralentir un peu... C'est dingue. Et lui, il tient à Dijon, qui lui offre la formation parfaite pour sa spécialité.
Lui et les autres y croient à mort.

Y compris celui qui fait de l'art et n'a donc pas sa place en IUT, et qui est en deuxième année avec un niveau inférieur à ceux qui ont commencé en septembre...
Pourri j'vous dis.

Résultat, une petite baisse de régime aussi du côté prof, sans compter que les niveaux que nous avions passé tant de temps à répartir, qui étaient très bien constitués et ne demandaient plus qu'un bon bouquin pour avancer, maintenant qu'on a le livre... n'existent plus que dans nos souvenirs et notre volonté de faire du bon boulot.

Beaucoup d'étudiants disparus depuis janvier nous manquent. On repense avec nostalgie à Sophie qui était vivante et comprenait tout du premier coup, à Gabrielle qui mettait de l'animation partout tellement elle était dynamique et volontaire, à Éric qui faisait la paire avec Hugo, il ne reste plus que le second et ça fait de la peine pour lui, à Nina toute mignonne et toute douce qui comprenait sans faire de bruit, à Vincent, immense débutant à qui Marion devait faire super attention pour qu'il ne soit pas perdu mais dont l'apprentissage était si gratifiant, à Marc, en deuxième année, toujours fourré avec les deux autres deuxième année... Où sont-ils ? Éric a des cours en même temps que le français et ne peut pas venir, mais personne ne nous a prévenues, et les autres ? Sont-il au courant que les cours ont changé d'heures ? Sont-ils revenus de vacances ? Ont-il envie de continuer ou tout simplement abandonné ? Et comment les récupérer ? Comment gérer leur retour s'il se fait tardivement maintenant que les onze restants ont tellement progressé ?

Et pendant qu'on s'interroge, le froid revient, hante la maison et la classe malgré le vieux climatiseur, et aujourd'hui, il a neigé...