16h20, je sors de chez moi et me dirige vers la classe au son grêle et doux d'une flûte chinoise. Quelqu'un s'entraîne à sa fenêtre...
20h, je rentre à la maison en compagnie de plusieurs étudiants, tous souriants. L'une me parle de sa mère chrétienne qui travaille dans une province du sud, loin d'ici ; l'autre parle chinois et rit quand ses camarades le chambrent en m'imitant et en lui disant "en français" afin que je participe à la conversation ; le suivant porte le vidéoprojecteur, un autre encore le haut-parleur, un autre pousse un vélo et le dernier tient dans ses mains mon paquet déposé en classe avant mon arrivée. Le froid perce tout et mes doigts sont très, très douloureux.
Les apprenants me suivent à la maison puis nous emmènent, Marion et moi, allumer une "coming light", c'est à dire une lanterne/mongolfière chinoise, avec laquelle ils fêtent le solstice d'hiver, et dont nous avons vu les lentes lumières circuler dans le ciel au moment de Noël, ce qui me fascinait. Avant de l'allumer, la fille du groupe nous rappelle : "donnez un vœu !"

100_6403

100_6405

100_6406

100_6408

100_6409

100_6410

21h, nous sortons dîner et croisons deux étudiants qui cherchent un téléphone perdu. Nous trouvons une petite gargote - la dernière ouverte, petite chose entre quelques taules ondulées - où nous testons, en demandant par gestes "la même chose que le voisin fois deux", le bol de nouilles chaudes, en soupe, pour trois kwaïs. (Oui, un expat' ça ne dit pas "yuan", ça dit "kwaï". J'ai appris plein de choses ce weekend) C'est un peu épicé, mais très bon.
22h, nous ressortons et faisons quelques courses dans une supérette juste à côté, je trouve des raviolis sucrés dont je raffole (découverte d'un repas au restaurant U où les apprenants nous ont invitées à manger des raviolis pour le solstice d'hiver)...

J'aime de plus en plus ce pays.