Lundi, on nous demande de faire trois heures chacune avec les apprenants qui nous ont été présentés. Le souci, c'est qu'ils sont 60 et qu'ils ont des niveaux très différents. Nous avons une dizaine d'apprenants de deuxième année, tous les autres ont commencé avec Chen, ou sont à leur premier cours.

Marion et moi faisons de notre mieux pour tenir 3h, mais lundi, nous prévoyons deux cours identiques or quand je débarque je me retrouve avec 51 étudiants... c'est à dire 80% de ceux de Marion plus d'autres. Mon cours sur les présentations ne sert à rien. J'improvise plus ou moins, pendant 3h.
Le lendemain, nous sommes prévenues mais ça reste difficile, et surtout épuisant. Quand je sors de mon cours (de 17h10 à 20h30, qui traîne toujours un peu à la fin à cause des questions des apprenants qui viennent les poser après, à la mode chinoise) je suis épuisée, il fait nuit, froid, et il faut encore inventer du dîner.

Marion se désespère de ne pouvoir utiliser de vidéoprojecteur, son outil pédagogique par excellence, je pleure le manque de photocopieuse...

Mais la gentillesse des étudiants, la facilité avec laquelle on les fait progresser malgré l'immense barrière des langues, et les rires en classe me font toujours sortir avec un grand sourire aux lèvres. Petite prière de remerciement, et air complètement attendri et amusé sur la figure. Ma phrase fétiche devient : "ils sont trop mignons !"