Bien le bonjour tout le monde,

Je constate avec plaisir qu'on s'interroge sur l'avancée des préparatifs, on me demande si je m'en sors, tout ça. Je constate aussi avec un plaisir nettement plus mitigé qu'on paranoïate copieusement sur mon compte. Je vais donc tâcher de vous éclairer un peu...

Mes préparatifs avancent pas mal du tout. Pour l'instant j'ai pas fait grand chose mais je progresse plus vite que prévu. Je suis allée cet après-midi au centre Pasteur, pour me faire pasteuriser un coup, c'est à dire qu'on m'a vaccinée contre la typhoïde et l'hépatite A, deux maladies que l'on contracte en mangeant des fruits et légumes souillés et de l'eau impure dans les pays en voie de développement. J'ai aussi reçu des brochures avec des recommandations aux voyageurs.
Sachez donc que maintenant, jusqu'au mois de juin où je devrai me méfier des moustiques porteurs de l'encéphalite japonaise, à part une douleur dans le bras gauche qui augmente et commence carrément à me l'engourdir, je ne risque plus grand chose sanitairement parlant.

Elle est vaccinée la fille.

Ensuite, en ce qui concerne les soucis avec les autorités chinoises.
On va me crier dessus pour avoir utilisé tous ces mots-là à la suite, comme si j'allais me faire arrêter parce que je parle de mon pays de destination.
Sachez tout d'abord qu'en général je prends ça comme une attention très touchante à ma petite personne. Ça fait plaisir d'être aimée. Mais je dois dire qu'avec certains, j'ai un peu plus de mal, et la répétition n'aide pas beaucoup...
Je réprimerai donc l'envie de répondre des mots pas très jolis ni  polis pour expliquer calmement que nombre de Français vivent dans ce pays, que beaucoup bloguent et racontent ce qu'ils voient, ce qu'ils vivent, ce qui se passe, et qu'ils sont sacrément bien renseignés parce qu'ils parlent la langue locale et qu'ils comprennent tout ce qui se lit et dit autour d'eux. Il y a deux ans j'ai suivi un blog de française qui parlait très carrément de tout ce qu'elle observait, par exemple.
Chaque fois que je parle de mon départ on me propose de rencontrer quelqu'un qui y a vécu, ou de me donner un numéro ou adresse électronique d'une famille qui vit sur place.
Aucun d'entre eux n'a eu de problème avec les autorités.
Il y a beaucoup de catholiques dans le tas, personne ne s'est fait arrêter pour pratique illégale de sa foi, puisqu'ils assistent aux offices de la branche autorisée de l'Église chinoise, ce que j'ai l'intention de faire.
Il y a des familles, des célibataires, des gens qui parlent chinois, d'autres non, je n'ai pas entendu dire qu'ils avaient eu des soucis pour correspondance avec leurs proches sur le thème de leur pays d'accueil.
Enfin, tout simplement, a-t-on entendu parler récemment d'expatriés qui se seraient fait séquestrer en Chine ?
Non, parce que dans ce pays, faut vraiiiment le vouloir pour avoir des ennuis quand on vient de l'étranger. Parce que dans ce pays, on soigne les expatriés, encore plus quand ils ont le statut d'expert (qui sera le mien).
Parce qu'enfin, une fois sur place, je serai concentrée sur mon métier et la réussite de ma mission, et que je compte appliquer la sagesse asiatique des trois singes : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire.
Et si jamais je me mettais à causer ouvertement, on m'a confirmé récemment, en toute logique et comme je m'y attendais, que la censure chinoise est bien moins forte en français qu'en anglais, parce que le français est encore moins parlé que l'anglais en république populaire, et qu'il est extrêmement difficile pour eux de contrôler tous les sites francophones. Donc pour utiliser Internet comme en France, j'utiliserai un programme tout simple et légal en cas de besoin, mais mes recherches en français seront déjà bien plus fructueuses que les anglaises, et encore davantage que les chinoises qui se font dans ce grand pays.
Ensuite, j'ai une confiance aveugle en mon ange gardien, qui s'est déjà montré particulièrement efficace. Et je constate que les plus hautes Autorités Célestes me soignent aussi avec une affection sans limite.
Si avec ça je me fais emprisonner, c'est que quelqu'un, quelque part, m'en veut terriblement et a trouvé une poupée vaudou.
Pour l'instant, il pique le bras gauche de la poupée... L'aiguille du vaccin était quasi-indolore, et là je douille de plus en plus.

Elle est majeure, la fille, et informée, même.

Donc, comme dirait l'autre, don't worry, be happy.