Outre le blog d'Edmond Prochain à qui souhaite encore plein d'ans remplis d'humour et de Jésus, c'était aujourd'hui l'anniversaire de mon grand frère.
Ah oui, pardon, mon grand frère n°1.
Cherchez pas trop, c'est une histoire de famille qu'on choisit.

Et puis, je l'ai appris en marchant dans les rues écrasées de chaleur aujourd'hui, c'est aussi, en ce moment, l'anniversaire d'un opticien, qui devrait mieux visser ses lunettes histoire de revoir son affiche de pub : "Machin-truc fête ses un an !"

C'est sûr, 365 jours ça fait beaucoup, mais ça ne fait qu'une année. Si on parle en année, ça reste singulier. Au lieu de mettre un article possessif au pluriel devant un singulier, ils auraient pu imaginer quelque chose de plus élégant : Machin-truc fête son premier anniversaire, Machin-Truc fête sa première année d'existence, Machin-Truc souffle sa première bougie (et encore, là j'aurais chipoté en disant qu'une entreprise ça a du mal, concrètement, à souffler des bougies, mais ç'eût mieux valu que la grosse faute pondue présentement).

Aaaaah là là.
Happy birthday quand même, tous. Et les autres, un joyeux non-anniversaire !