Mercredi, je suis toujours aussi fatiguée, et fais un graaaand tour dans les environs pour faire le plein d'air frais et de photos...

Juste à côté de la médiathèque, il y a un grand espace, avec une caméra de surveillance au-dessus de ceci :

Japon0619_001

  • Interdiction de faire du feu
  • Interdiction de jouer avec une balle
  • Interdiction de faire du skate
  • Interdiction de se reposer/de s'allonger
  • Interdiction de faire du vélo
  • Interdiction de jeter des déchets
  • Interdiction de fumer
  • Interdiction de se rassembler
  • Interdiction de faire des représentations (musique, acrobatie, théâtre...)
  • Interdiction d'y amener son chien
  • Interdiction d'y faire du commerce.

Le Japon tout craché, tout particulièrement comme je vais le sentir dans quelques heures...

Japon0619_004

Japon0619_007

Japon0619_005 Japon0619_008
Japon0619_009

J'atterris finalement  à la médiathèque... et me rendors misérablement, malgré une lutte acharnée contre le sommeil. Je me réveille quand une dame vient apporter quelque chose à Akiko que j'entends s'excuser à plusieurs reprises. On parle de moi, je le sais. On n'aime pas que je m'endorme compulsivement dans un lieu qui n'est pas fait pour ça.
Du coup ça me réveille, toutes ces ondes négatives, et ça me met de mauvais poil. Mais au moins j'ai de l'énergie à revendre.

Nous rentrons en discutant dans le métro : Akiko m'explique ce qu'on est venu lui dire (je m'y attendais, je le savais !!!) que je ne dois pas dormir comme ça. Vu mon état, je ne peux pas faire autrement. Résultat, je resterai à la maison le matin, pendant qu'Akiko gagnera sa vie.

Ensuite nous paressons et regardons des films, jouons un peu, faisons des recherches d'emploi sur le net...