Mardi matin, réveil, métro, boulot, MacDo, et départ pour Yokohama. Yokohama est une ville toute proche de Tôkyô que j’avais déjà visitée il y a 6 ans et que je tenais à revoir. On y trouve, les pieds dans l’eau, un énorme centre commercial et un parc d’attraction avec une grande roue gigantesque, roue qui occupe d’ailleurs une place importante dans le manga Honey and Clover que je recommande à tous ceux qui connaissent bien les mangas et apprécient le genre shôjo (manga pour fille). Il se trouve que l’auteure du manga apprécie beaucoup cette ville elle aussi.

Nous prenons le métro, et marchons – en magasinant – pour retrouver l’endroit qui nous intéresse.   

Japon0610 034 
En traversant un pont, lui-même sous une route qui est sous une route… Structures métalliques, voitures partout, et ça tient !    
Japon0610 035 
Japon0610 036 Japon0610 037

Comparé au centre de Tôkyô, Yokohama est très calme. Les trottoirs sont larges, il y a peu de passants, on a une impression d’espace semblable aux grandes places de New York.   

Nous trouvons une salle de jeux avec ses indispensables purikura et notre bonheur. Nous prenons des pauses débiles sur des fonds poilants et passons un certain temps à rajouter des idioties sur les images obtenues. Ça nous plaît tellement qu’on achète un double de la planche. Puis nous ressortons et reprenons notre route. Sur le bord du trottoir, devant un immense bâtiment couvert de marbre gris – et qui fait aussi beaucoup penser à ceux de New York – se trouvent deux statues en bronze, d’environ 50cm de haut, et représentant des jeunes filles habillées à la mode occidentale du XIXème siècle. C’est ravissant, on dirait du Degas.

Japon0610 038
Japon0610 039

Nous trouvons la galerie commerciale et au bout de quelques minutes, alors que nous montons des escaliers roulants, je pousse des hurlements. Je viens de voir un magasin Build a Bear Workshop. Là où j’ai acheté un élan avec des bois qui clignotent et qui chante New York pour maman lors de mon séjour aux States. Là où on choisit son animal, on trouve le son qu’on veut lui donner, on choisit un cœur en tissus que l’on embrasse pour lui donner de l’amour, qu’on frotte sur sa joue pour lui donner un sourire et devant lequel on fait un souhait pour l’espoir avant de le faire bourrer à sa convenance par une employée qui glisse à l’intérieur un code barre qui permettra de retrouver sa peluche partout dans le monde si on la perd. Ensuite, on déambule dans le magasin et on trouve un animal de compagnie, des vêtements, des accessoires pour son “nouvel ami” et on l’enregistre sur Internet en lui choisissant un nom. En passant à la caisse, on reçoit un certificat de naissance.    
C’est génial comme concept.    
Nous faisons un tour et découvrons qu’ici il y a un rayon vêtements japonais : yukata, kimono, etc. Trop fort.    
Nous reprenons notre chemin et visitons différentes boutiques dont une spécialisée dans l’import où j’avais trouvé Klok il y a 6 ans. (Qui donc est Klok ??? Allez voir la galerie de photos sur les animaux de compagnie, il y tient une place de choix) Cette fois il y a du sirop de chocolat et des cookies américains, ainsi que des tartelettes B*nne M*man et quelques autres denrées françaises. Je me laisse tenter par l’Amérique, et Akiko par la France. Il faut dire que nous avons très faim et très mal aux pieds. Nous nous posons sur un banc et dégustons nos trouvailles.

Japon0610 040
Japon0610 041

Après quelques autres kilomètres nous atteignons une des sorties, dont je me rappelle très bien car j’y avais déjà pris des tas de photo la dernière fois. Le parc d’attraction est de l’autre côté de la rue. 

Japon0610 042    
Japon0610 043    
Japon0610 045  Japon0610 044    
Japon0610 046    
Japon0610 049    
Japon0610 051 Japon0610 052

Japon0610 054 Japon0610 055

Nous rebroussons chemin après avoir admiré la tour / l’immeuble / le bâtiment en forme de demie-lune et retournons dans la galerie. Vu le temps qu’il va nous falloir pour rentrer et préparer du dîner, nous décidons de manger des okonomiyaki ici, dans le restaurant où je les ai découverts avant de rentrer.

Japon0610 056 Japon0610 057

L’okonomiyaki, dont j’ai déjà parlé, est salé. Celui de droite n’est donc pas une sorte de millefeuille mais il est couvert de fromage fondu. C’est très perturbant, ici dès qu’on met une sauce ou du fromage sur un plat, on fait un dessins au râteau comme sur nos pâtisseries françaises !

Japon0610 059
Trois vues aériennes de Yokohama, à l’endroit précis où nous sommes.

Japon0610 060
Le splendide quatre mats qui mouille ici. Je l’avais loupé la dernière fois. Il est vraiment soufflant.

Japon0610 061
Japon0610 062
Japon0610 063