En entendant dire que Jésus a été livré, ne soyez pas plongés dans la tristesse! Affligez-vous plutôt, et pleurez amèrement sur Jésus victime de la trahison, mais du fait de Judas, celui qui l'a trahi!
Celui qui a été trahi a sauvé l'humanité. Le traître, lui, a perdu son âme. Celui qui a été livré siège maintenant à la droite du Père, mais celui qui l'a livré est à présent en enfer, en proie à des tourments inéluctables. C'est bien pour cela qu'il convient de pleurer et de gémir. C'est bien de là que doit naître votre consternation puisque notre Seigneur lui-même en a pleuré. Lorsqu'il le vit, il fut troublé et dit : L'un de vous me livrera! (Jn 13, 21) Merveilleuse compassion de notre Seigneur! Celui qui subit la trahison s'afflige pour celui qui la commet...
Pourquoi cette tristesse du Seigneur? à la fois pour nous montrer sa tendresse, et pour nous apprendre qu'en toutes circonstances il faut s'affliger non sur le sort de celui qui subit le mal, mais sur le sort de celui qui le commet. Ceci est en effet pire que cela. Que dis-je? être la victime n'est pas un malheur, c'est faire le mal qui en est un.

Saint Jean Chrysostome