Bonjour tout le monde, enfin re, puisque certains messages pour vous datent de ce matin... pour moi ça date d'hier soir.

Je vous ai raconté New York, Broadway, mais ce que je n'ai pas raconté de cette semaine, c'est tout ce que j'ai fait ici à Long Island.

Pour commencer dans l'ordre, lundi j'ai passé une heure à une heure et demie dans la cuisine (ce qui m'a libérée des jeux avec n°3) et j'ai cuisiné... un boeuf bourguignon. Que dis-je, un giga, subliiiiime boeuf bourguignon. Merci Môman pour la recette. Un ami de M. Great, qui passait par là, est venu manger, ce qui a retardé le dîner de 20 min, donnant plus de temps à mon plat français pour mitonner... Eh ben c'était succulent.
D'abord pour moi française, heureuse de retrouver la cuisine de mon chez moi nà moi, ensuite pour les Zaméricains qui ont dégusté. Même n°3 qui n'arrêtait pas de traiter ma cuisine de "truc dégoûtant" a mangé sans rien dire, après avoir goûté.
Le lendemain ça l'a pas empêché de hurler qu'il ne voulait pas les restes de ce truc dégoûtant (oui, moi aussi je t'aime très fort Adam...) mais la bave du crapaud n'atteint pas la caravane qui passe, et pendant 2 repas je me suis retrouvée à la maison.

Mardi 11 novembre, nous sommes allés visiter un musée régional qui faisait une double exposition sur des lampes de Tiffany fils, mâââgnifique, admirez plutôt,

USA1112_002 USA1112_003
Non, ça c'est pas Tiffany, c'est dans le parc. Tiffany, c'est ci-dessous :

USA1112_004 USA1112_005
A gauche, les morceaux de verre utilisés pour les lampes.

USA1112_007 USA1112_006

USA1112_008

USA1112_009

USA1112_010 USA1112_011

USA1112_012

USA1112_013

USA1112_014

USA1112_015 USA1112_016

USA1112_017 USA1112_018

et sur une illustratrice pour enfants qui a gagné des tonnes de prix de partout. Cette dame a eu le bon goût de dessiner des moutons et un pinscher noir et feu, à savoir LE chien-chien que maman veut s'offrir pour Nawel.

USA1112_019 USA1112_021

USA1112_022

Ensuite, notre entrée étant valable aussi pour le petit musée des miniatures situé dans le même parc,

USA1112_023 USA1112_024

nous sommes allés baver devant la maison de poupée à plus d'un million de dollars, et toutes les vitrines splendides du musée.

USA1112_025

USA1112_026 USA1112_027
Désolée pour les reflets tout partout, mais là en intérieur avec des vitres partout, je pouvais pas faire autrement...

USA1112_028 USA1112_030

USA1112_029 USA1112_031

USA1112_032 USA1112_033

USA1112_034

USA1112_035

USA1112_036

USA1112_037

Hier, après une journée de travail tranquillou, nous sommes allés à l'exposition des projets de science des enfants du niveau de n°1, le thème étant l'espace. Trois possibilités : imaginer une planète habitée et représenter 3 de ses habitants, faire une maquette d'une planète du système solaire, ou imaginer un hôtel sur la Lune.
Certains enfants ont été aidées par papa, maman ou les grands frères, et on a vu des trucs époustouflants. Ces petits bricolages en 3D qui utilisent la tête et les mains m'auraient énormément plu à leur âge...

USA1113_001 USA1113_002

USA1113_003 USA1113_005

USA1113_006

USA1113_007

USA1113_009

USA1113_011

Enfin, nous sommes allées (entre filles) dans une autre école où se tenait une conférence-projection d'un documentaire à propos d'une école du Tenessee, dans un village à quelques kilomètres du lieu tristement connu comme nid originel du Ku Klux Klan, et qui a réalisé un projet sur l'Holocauste. Ils ont envoyé des messages un peu partout pour récupérer des attaches trombones, une par personne qui a été tuée dans l'horreur nazie. Les messages d'encouragement, les témoignages et les trombones sont venus du monde entier, pendant 4 ans. Ils ont rencontré des survivants des camps de concentration, le président des États-Unis, ils ont voyagé un peu partout pour témoigner, et dans la cour de leur école, ils ont fait venir, avec l'aide de deux journalistes allemands qui ont vécu cette période, un wagon de train qui a transporté des Juifs vers les camps de la mort. Ce wagon voyageait vers le sud des États-Unis en camion, pour devenir un mémorial et un appel à la paix et à la tolérance le jour où les Twins Neworkaises ont été percutées par deux avions piratés... triste ironie.
J'ai entendu un homme raconter aux enfants de cette école que peu après son arrivée dans un camp, il sortait des douches et cherchait sa mère et son petit frère de 3 ans. Il a demandé où ils étaient à un officier qui lui a montré les cheminées des chambres à gaz. Il ne savait pas ce que cela signifiait et l'a découvert quelques jours plus tard.
Un autre a dit qu'il était juif américain et faisait partie des secours médicaux envoyés vers les camps à la victoire alliée. Dans le camp où il est arrivé, il a rencontré une jeune femme maigre, maigre, qui avait des yeux bruns magnifiques, et qui lui a demandé en hébreux s'il était Juif. Il lui a répondu par l'affirmative, et la jeune femme lui a embrassé les mains. Il l'a emmenée au centre de soins et a appris plus tard qu'elle était morte peu de temps après qu'il l'a quittée.
A la fin du film, l'institutrice qui a lancé le projet avec un collègue était là et nous a parlé d'une lettre reçue avec un trombone. L'homme qui l'avait envoyée racontait que pendant la seconde guerre mondiale, son père était physicien, et Allemand. Il avait l'habitude de quitter la maison et de revenir au bout de plusieurs jours. Jusqu'au moment où il n'est pas revenu. Sa mère lui a dit qu'il était mort en aidant des gens. Plusieurs années après, il a trouvé dans ses affaires une lettre signée Adolf Hitler qui la remerciait pour le sacrifice pour le pays de son mari, qui avait contracté une maladie en procédant à des expériences sur les juifs dans les camps. En lisant ceci, l'homme qui envoyait le trombone disait qu'il s'était senti orphelin et qu'il n'était désormais plus le fils de son père. Il ignorait combien de personnes étaient mortes des mains de son géniteur, mais envoyait une attache pour elles toutes.
L'institutrice nous aussi parlé de cette survivante qui, en sortant des camps, s'était fait retirer le tatouage horrible sur son poignet et en avait gardé d'affreuses cicatrices, mais préférait ceci au numéro qui témoignait de son passé. Elle n'avait jamais dit à ses enfants par où elle était passée mais leur avait raconté que la cicatrice sur son bras était due à un accident de cheval. Plus tard elle a trouvé son fils qui regardait un film intitulé L'Holocauste, et qui lui a dit "ton bras, c'était pas un accident de cheval n'est-ce pas?"
L'école a récupéré en tous 29 000 000 de trombones. 6 000 000 d'entre eux sont exposés dans le wagon, et les autres sont répartis dans d'autres mémoriaux.
Inutile de vous dire que tout comme à la visite à Ground Zero, j'avais le coeur sur les lèvres en écoutant tout ça...

Comme d'hab' je manque de temps, je mettrai les photos bientôt, si si, on y croit.
Ayéééé! Elles sont là! Wouhou!

Je rajoute que samedi nous sommes allés patiner! 9a faisait 10 ans que j'avais pas chaussé de patins à glace! Mais je me suis ménagée parce que c'est hyper éprouvant pour les chevilles.
Et je ne suis tombée qu'une fois, sur l'arrière train. J'avais très peur de retomber sur les genoux et de m'en recoincer un comme à Vannes. Et je sais maintenant patiner en arrière! Yeah!