Je ne fais que ça! Je ne fais tellement que ça que mon ordinateur est en train de charger les 239 fichiers d'hier depuis mon apn. Et encore, j'en ai supprimé dans le train.
Donc soyez prévenus, lorsque cet article sera fini, vos ordis vont ramer comme des fous (des fous dans un canoë avec des manches à balais à la place des pagaies, cela s'entend) pour charger toutes les images que je vais y mettre...

Hier matin, réveil matinal, troooop matinal pour cause de lendemain de fête. Pas la mienne, celle de l'aînée qui recevait des tas de copines. Heureusement pour moi à 10h et demie Kerry est venue les chercher car elles jouaient dans le sous-sol, juste à côté de ma chambre, et des filles de 11 ans qui jouent, ça fait du bruit ; malheureusement pour moi on m'a envoyée à la gare dans la voiture d'une maman qui venait chercher sa fille à 8h30 du matiiiiin, bouuhouu mais pourquoi moi?
J'ai bien essayé de dormir plus tôt, mais rien à faire, pas moyen de trouver le sommeil avant une heure anormalement tardive.
Fichue pleine lune.

Je me retrouve donc dans le train, par un matin ensoleillé parsemé de nuages hauts dans le ciel, direction la messe. Or comme il est très tôt, je commence par aller chez Borders pour flâner et voir si des fois je ne trouverais pas une ou deux petites choses plaisantes pour quelqu'un que je ne nommerai pas.
Eh ben j'ai trouvé 72 mini-grelots colorés, super jolis, pour Noël, qui iront très bien sur notre sapin en plastique à la maison et pourront même servir de jouets à Chapi et Chapo, nos zozios à nous. Ils vont s'éclater avec ça.
Et puis je suis tombée sur un CD en solde. Un CD sur lequel j'avais déjà bavé chez eux. Un CD que je ne sais pas encore si je vais le garder ou en faire cadeau, parce qu'il est très beau... Un CD qui est aussi un superbe article de Noël. Ce CD, c'est le premier album de Noël d'Aretha Franklin.
Un bijou.
Et après avoir traîné partout dans la boutique et m'être retenue d'acheter des tas d'autres merveilles - j'ai dû lutter avec moi même, imaginez la tête des autres clients devant la fille qui se contorsionne devant les rayons en grognant - et parce que c'était l'heure d'y aller, j'ai foncé direction la 23ème rue et mon grand Rendez-Vous du dimanche matin.
Eh ben je constate que je n'y étais jamais allée à mon pas habituel, celui de Paris, parce que j'y suis arrivée en 10 minutes.
Moi qui prévoyais une demie-heure.

Ce que je n'avais pas prévu en revanche, c'est que le curé, le Père Gerald Murray, lui, ferait une messe du souvenir en prévision du 11 novembre, date fériée ici aussi. Et nous avons eu le grand honneur de voir défiler des anciens combattants et personnalités franco-américaines dans l'église, avec drapeaux, uniformes et tout. Avec un sermon comme d'habitude très beau et très touchant, et une bénédiction en fin de messe devant le mémorial et la statue de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.

USA1109_001 USA1109_002 USA1109_003

USA1109_004

A la sortie, pour ne pas perdre de temps et arriver le plus possible à Ground Zero, dans le sud de Manhattan, je me dirige vers le métro immédiatement et trouve une boutique bio identique au supermarché où j'avais discuté avec un fils de Français il y a quelques semaines déjà. Ca tombe bien, je sais que là-dedans ils ont un rayon sushis frais et je vais me fendre de quelques dollars pour manger japonais.
Parce que bon, hot-dog, pizza, salade, sandwhich, tout ça constituant chacun un REPAS complet et séparé, ça ne nourrit pas une Nitt, encore moins une Nitt fatiguée. Pour redresser la barre, il me faut du miam, du nourrissant, et du japonais.
Ce que je ne comprends pas en lisant la liste des ingrédients, c'est la raison de la présence de tout un tas de constituants comme de la fécule de maïs, du paprika et compagnie...
Je le comprendrai en mangeant, quand je me retrouverai avec des makis épicés qui me mettront gentiment la langue en feu...
Je comprendrai encore plus quand, en jetant la boîte, je regarderai le haut de l'étiquette qui disait "sushis hot".
Ah ben oui, c'est sûr, si c'est marqué "hot" alors ce que je ne comprends pas c'est pourquoi j'ai jamais assez les yeux en face des trous pour voir ce genre de chose avant d'acheter des trucs qui arrachent. Surtout que moi les plats épicés c'est pas mon truc. Mauvais pour la peau, la digestion, et en plus j'ai du mal à apprécier.
Mais passons. Au moins la sauce hot a fait un peu passer le goût de l'avocat que je n'aime pas et qui se trouvait dans toutes les barquettes de sushis... ^^

Je prends le métro direction le sud, en sors à Ground Zero à côté duquel j'ai loupé beaucoup de choses dimanche dernier, et marche vers la pointe méridionale de Manhattan et Battery Park où j'ai décidé de manger mon déjeuner. Je m'étonne devant une colonne Maurice plantée là comme un extra-terrestre, et prends des photos partout. J'ai l'impression d'être dans une enclave inconnue de la Défense, à Paris...

USA1109_005
Entre Church street et Broadway, avec un son péruvien et des statues japonaises, et la vue sur le plus newyorkais des bâtiments de la ville...
USA1109_006

USA1109_007
En allant vers Trinity Church (raison du nom de la rue)

USA1109_009

USA1109_010
En levant la tête très haut en face de Trinity Church (église épiscopale et historique, troisième construite ici, sur une ancienne paroisse anglicane)

USA1109_011 USA1109_012

USA1109_013 USA1109_014

USA1109_015 USA1109_016

USA1109_017

USA1109_018

USA1109_020

USA1109_021 USA1109_022

Battery park a été construit sur les remblais des XVIII et XIXème siècles, et comprend de nombreux monuments, statues, espaces d'hommage à telle ou telle communauté.
Je commence par voir le Castle Clinton en face de moi et rigole devant les 4 statues de la Liberté qui gigotent sur leurs piédestals...

USA1109_023

USA1109_024

USA1109_025

USA1109_026

Je ne rigole plus mais sens une bouffée de joie quand je LA vois. LA statue de la Liberté, qui s'intitule en réalité "La Liberté éclairant le monde", notre cadeau pour le 100° anniversaire du pays, en 1876, créé par Bartholdi et construite par Eiffel, inaugurée en 1886. Je savais que j'allais la voir, mais "tomber dessus" comme ça au détour d'un chemin, c'est quelque chose.

USA1109_028

Et puis sur la droite, il y a Ellis Island. Même sans l'avoir vraiment vue avant on la reconnaît.

USA1109_030

USA1109_031

USA1109_032

USA1109_033

USA1109_034

Cet endroit de la ville, "Lower Manhattan" est une mine de monuments historiques. C'est impressionnant. Partout où on regarde on voit une statue ou un hommage.

USA1109_029 USA1109_040

USA1109_039

Un autre élément qui ne manque pas ici, c'est le vent. Je me trouve un banc et bataille pour l'empêcher d'emporter mes papiers de baguettes, couvercle de boîte etc. et déguste mes sushis, même s'ils sont un peu forts pour moi.

USA1109_038 USA1109_037

Pendant ce temps, près de la longue file des touristes qui attendent leur tour pour entrer sur le ferry direction Ellis Island, il y a un gars qui joue des airs très connus sur deux steel-drums, de la Lettre à Elise, à Rock around the Clock en passant par Do, le dos, il a bon dos de La Mélodie du Bonheur. Il a du succès et il le mérite, il se débrouille très bien et met de la bonne humeur autour de lui.

USA1109_035

Mon déjeuner fini, je me dirige vers le Clinton Castle où on peut acheter les billets pour le ferry et où plusieurs panneaux parlent des endroits historiques les plus importants de la région.

USA1109_041

USA1109_042

USA1109_043

USA1109_044

USA1109_046

USA1109_047 USA1109_048

Puis je fais un tour dans le reste du parc et trouve les ferrys pour Staten Island, ainsi que des autochtones...

USA1109_049

USA1109_050 USA1109_051

USA1109_052 USA1109_053

USA1109_054

USA1109_055
Cet enfant saute sur un carré composé de 9 carrés métalliques identiques, qui font chacun une note différente quand on saute dessus.

USA1109_057

USA1109_058

USA1109_059

USA1109_060

USA1109_061

USA1109_064

USA1109_067

USA1109_068 USA1109_069

USA1109_071

USA1109_073

USA1109_074

USA1109_076

USA1109_078

USA1109_083

USA1109_084

USA1109_085

USA1109_086

Sur le chemin de retour, je retrouve les deux gars de Central Park, sauf que là ils sont trois et avec des costumes tigrés (cherchez ci-dessus une photo verticale, c'était pendant leur pause), et que j'arrive tout juste pour la fin du show, que j'avais laissé en plan la dernière fois. Je dégaine mon apn, toute contente, et... mardi 11 où je tente de finir cet article, le film ne veut toujours pas rentrer dans l'ordi. J'enrage mais je décourage pas. En attendant vous pouvez voir la vidéo de Central Park. Edit de mars 2009 : victoire, la voici enfin!

Enfin, je me dis que j'ai encore des tonnes de monuments à voir et un article à échanger dans un grand magasin pas loin, il faut que je m'en occupe avant le coucher du soleil, moment pour lequel j'ai prévu quelque chose de tout à fait particulier...

Je vais donc faire un peu de magasinage sans oublier d'admirer les monuments alentour, et je repars avec deux tablettes du chocolat le plus fin du coin à des prix très sympas, avec chacune son pourcentage de  cacao... J'y ai pas encore touché, il y a un espoir pour les amis/famille que je retrouverai à mon retour...

USA1109_087

USA1109_088 USA1109_089

USA1109_091 USA1109_090

USA1109_092
Trinity Church, encore...

USA1109_093 USA1109_094

USA1109_095
Le trou laissé par les Twins est béant, ça se remarque même quand on n'a jamais vu le paysage avec les tours jumelles...

USA1109_096 USA1109_097
A droite, le clocher de l'église Saint Paul (fermée, comme Trinity... bouhouh)

USA1109_098

USA1109_099

USA1109_100 USA1109_101

USA1109_102 USA1109_103

USA1109_104 USA1109_105

USA1109_106
Agrandissez l'image : en bas à gauche se trouve la verrière du jardin d'hiver où je vous ai emmenés dimanche dernier.

USA1109_107 USA1109_108

Et puis je réalise tout d'un coup qu'il est grandement l'heure de foncer au ferry pour Staten Island.
Le soleil se couche.

USA1109_109

USA1109_110

USA1109_112

Trinity
Photofiltre vous le dira : c'est mieux en grand, cliquez donc!

USA1109_113

artLM
C'est ce que j'ai pu tirer de mieux de ma photo floue... juste pour que vous voyiez à quel point les oeuvres d'art sont omniprésentes ici.

USA1109_115 USA1109_116

USA1109_117

USA1109_118 USA1109_119

Chemin faisant dans la plus basse partie de Broadway je me retrouve sur LA place d'une des meilleures scènes de Hitch, super connue d'ailleurs, et prends quelques photos en courant avant de me précipiter dans le grand bâtiment où un bateau part gratuitement tous les quarts d'heure.

Et attention pour les fans de Hitch, en exclusivitéééé :
  USA1109_121
Dans le film on dirait que c'est grand par là, mais en fait la place est toute petite!!! C'est un endroit en triangle, comme tous les carrefours de Broadway. On est en plein quartier des affaires.

USA1109_122 USA1109_123

Attention, ici ça devient accrobatique, parce que j'ai pris des tonnes²²², et des tonnes²²² de photos.

USA1109_124

USA1109_125

USA1109_128

USA1109_129

USA1109_130

Je dévore le paysage du regard et profite des couleurs mââââgnifiques du soleil qui se couche sur la mer, derrière le pont de Brooklyn.

USA1109_133

USA1109_135

USA1109_137

USA1109_138

USA1109_140

USA1109_141

USA1109_143

USA1109_144

USA1109_149

USA1109_150

USA1109_152

USA1109_155

USA1109_159

USA1109_160

USA1109_164

USA1109_165

USA1109_166

USA1109_169

USA1109_170
Et là, je suis passée à babord, c'est à dire de l'autre côté du ferry :

USA1109_172

USA1109_176

USA1109_178

En descendant, je m'interroge : resté-je sur l'île pour découvrir un peu ou reparté-je immédiatement pour avoir la fin du coucher de soleil?
Je regarde ma montre et ne tergiverse pas longtemps : je suis une partie de la foule qui se dirige immédiatement vers les portes d'embarquement

USA1109_180

USA1109_181

et zou, c'est reparti pour un tour.

USA1109_182

USA1109_183

USA1109_186

USA1109_187

USA1109_188

Forcément puisque je suis scotchée à la vitre pour faire des photos, je ne m'assied pas plus qu'à l'aller et mes pieds commencent à récriminer. Mais ça vaut le coup. Vraiment.

USA1109_189
Vers New York

USA1109_191
Vers Staten Island

USA1109_193

USA1109_196

USA1109_200

USA1109_205

USA1109_211

USA1109_216

USA1109_217

USA1109_220

USA1109_222 USA1109_221

A la descente je décide de remonter un peu Broadway, mon boulevard préféré, pour découvrir un maximum de New York dans des quartiers que je n'ai pas encore vu. Ce faisant, je reste sidérée par le taureau de Wall Street devant lequel je repasse, tellement sidérée que mon chemin fait une pause (très) brutale : en même temps qu'un "dong" j'entends un "crac" et perçois une douleur violente au nez. J'ai tellement bien regardé où j'allais que je me suis cognée sur un des beaucoup trop nombreux non mais qu'est-ce qui leur passe par la tête ici échafaudages de la ville. Aïe.
Après une première frayeur due à la douleur intense, je sens que mon nez se calme et qu'il n'est pas cassé. Ouf. Mais du coup je vais passer mon temps à faire bien attention à l'endroit où je mets les pieds (d'où le titre de cet article...)!

USA1109_223 USA1109_224
Trinity de nuit, et juste en face :

USA1109_225 USA1109_227

USA1109_228 USA1109_229

USA1109_231 USA1109_232

Mon expédition commence avec un Français, qui cherche un ligne de métro du mauvais côté et commence par me parler anglais, mais avec un accent et une tête qui me mettent la puce à l'oreille, (ça gratte) et avec qui, après avoir demandé son origine, je m'éclate à échanger quelques avis et conseils géographiques dans ma langue maternelle...

USA1109_234

USA1109_235 USA1109_236

Je remonte ensuite vers le Nord, retrouve Canal Street très vite, plus vite que je n'aurais cru, et me retrouve peu après dans Soho, que je n'avais jamais vu, et qui me rappelle furieusement l'ambiance de Montmartre. C'est vraiment, de nuit, le petit Montmartre de New York. Bon, mais avec une population très différente, hein, je n'ai croisé aucune fille en mini-jupe et maxi-talons. Je parle du petit Montmartre "villageois", celui de derrière le Sacré Coeur.

USA1109_237
Soho donc, un cliché difficile à bien voir (manque de lumière, désolée) mais sur un sujet épatant : on a détruit l'immeuble à gauche d'un autre qui se situe en bord de bloc. Résultat, pour éviter qu'il ne s'écroule, on a mis des étais monstrueux.

USA1109_238
Une boutique géniale : Uniqlo, marque japonaise, pas encore débarquée en France (zut de zut de rezut et superzut) qui propose des pulls en cachemere à des prix affolants, des vêtements simples et plutôt sympas et même un truc qui fait leur fierté : des vêtements faits dans une matière qui est censée transformer la transpiration en chaleur.
Pas testé, mais j'aurais aimé.

Ici le robot qui parle, avec une intelligence artificielle assez développée pour apprendre en parlant. En provenance directe de son laboratoire natal... au Japon, of course.
Et lundi 17 (enfin mardi 18 puisqu'il est plus de minuit) je suis heureuse et fière de dire que j'ai fini ce billet!!!
Champagne.