Bonjour bonjour. Je reprends mon message aujourd'hui mercredi.

Hier matin, réveil aux aurores , enfin pas longtemps après, pour une journée complète à déambuler dans New York. Kerry m'embarque en voiture et pendant qu'elle va déposer n°3 à l'école et la voiture sur le parking, je suis chargée de prendre les billets de train. Manque de pot, j'ignorais que "peak/off peak" (comprendre heure de pointe/heure de pas pointe) c'était variable en fonction de l'heure et je lui prends comme pour moi un billet aller-retour "peak". Si je vais revenir tard à une heure de peak, elle va faire deux trajets off peak, et donc je lui fais dépenser trop de sous.
Personnellement ça ne me dérange pas de dépenser un peu trop tant que je suis sûre de ne pas me faire attraper par un contrôleur furieux une fois dans le train. Mais elle qui s'y connaît s'attendait à ce que je fasse les choses dans le bon sens. Oups! Enfin c'est pas grave, je suis pardonnée et pendant le trajet nous faisons un petit cours de français sur "on dit comme ci, on dit comme ça, la nuance est là, etc."

A l'arrivée, nous nous quittons et je me dirige vers Broadway, sous une pluie diluvienne, avec un vent à décorner les boeufs, en regrettant bien de ne pas avoir trouvé de bottes imperméables, parce que là mes chevilles prennent toutes les gouttes du parapluie et je sais bien que mes chaussures ne vont pas résister aux flaques bien longtemps. Et la fatigue aidant, je suis un peu frigorifiée. Et puis en passant à côté de Macy's, mon regard est attiré par une foule amassée à l'intérieur et un va-et-vient inhabituel. Je jette un oeil, et sans trop réfléchir au-delà du "dedans il fait chaud, il se passe quelque chose et dehors il fait froid et mouillé" je rentre pour en savoir un peu plus.

Et tombe sur une cérémonie d'ouverture pour les 150 ans du plus grand magasin du monde. Caméras, gros gâteau qui fait voler des cotillons avec une belle explosion, et fanfare pour fêter tout ça dignement. Je me félicite d'être rentrée pile au bon moment et prends des tas de photos.

USA1028_001

USA1028_002

   

USA1028_007 USA1028_011

USA1028_012 USA1028_014

USA1028_015

USA1028_016

La fête finie, je m'interroge sur la possibilité de trouver des bottes, ici, chez Macy's. Il est sûr que je peux en trouver, mais pourrai-je en acheter? Le plus simple est d'aller voir. Je monte donc aux 3ème et 4ème étages (numérotés 4 et 5) et fais le tour. Les seules bottes dans mes prix ne me plaisent pas beaucoup. Dommage. En attendant je suis bien réchauffée. Je sors et remonte le boulevard direction le Upper West Side, c'est à dire la partie de Manhattan à l'ouest de Central Park. Je fais une petite pause dans une boutique de discount, le temps de voir des bottes pas mal et pas chères mais en daim et moi je veux des bottes imperméables. Donc là, j'aurais peut-être chaud mais je n'aurai pas les pieds au sec. Je ressors en courant et fonce vers le nord. Je repasse à Times Square, place à laquelle je semble désormais abonnée, retrouve le parc qui est déserté à cause du froid et de la pluie, et le longe direction la 79ème rue où je dois retrouver Kerry, et surtout sa mère, qui me fournira le pass pour visiter le musée gratuitement. Enfin pour moins cher que ça ne m'aurait normalement coûté. Le restaurant où je les rencontre se nomme Nice Matin. C'est un endroit chic, avec des employés tirés à quatre épingles, et plutôt silencieux. Les pas sont feutrés, les conversations peu bruyantes, et ça sent bon la cuisine française. Je salue avec émotion les assiettes remplies de plats bien de chez moi, et récupère mon pass.

Je vais ensuite dans une pharmacie juste en face dans l'espoir d'y trouver du miel, qui fait défaut ici et qui me manque cruellement. Je me traîne une semi-angine depuis plus d'une semaine et le seul moyen de la soigner pour moi, c'est de prendre des huiles essentielles mêlées à du miel. Et ben peine perdue, le miel ici ça ne se trouve pas partout. En revanche je trouve des barres de céréales au chocolat et des semelles orthopédiques, pas chères, conçues pour soulager les douleurs aux pieds et aux jambes, notamment les genoux et la fatigue des pieds. J'ai une cheville en mauvais état, et vu que je vais passer le reste de la journée à piétiner, je décide d'essayer. Je vais ensuite manger un sandwich dans un petit restau, et me rends au museum d'histoire naturelle, entouré d'un grand jardin, et où on peut passer une journée complète sans s'ennuyer. Avec 30 millions de spécimens et d'objets, on comprend facilement pourquoi.

Tout en constatant que les semelles m'ont soulagé la cheville, je commence par tomber sur la capsule du temps :

USA1028_017 USA1028_018

Je rentre, ô merveille, dans le Rose Center for Earth and Space dédié à la géologie et à l'astrologie, un endroit qui va me passionner, et me paye une entrée au film "Cosmic Collisions", une projection à l'intérieur du globe suspendu de 26 mètres de diamètre qui occupe le centre du Rose Center. En attendant l'heure de la séance, je fais un tour à la boutique de l'aile dans laquelle je me trouve, et achète des tas de souvenirs/cadeaux.

Une demi-heure plus tard, je rentre dans le Hayden Planétarium et m'assieds sur un fauteuil très confortable conçu avec un appuie-tête qui soutient la nuque sans bloquer les mouvements du cou, ce qui sera très utile pour profiter des plans en 360°. Pendant que les magnifiques images défilent, nous découvrons la naissance de la lune, qui a duré un mois, nous nous approchons du soleil et voyons comment naissent les aurores boréales, nous assistons depuis l'espace à la collision entre la météorite qui a déclenché la fin des dinausores et la Terre, apprenons quelle solution toute simple et pourtant efficace envisagent les scientifiques au cas où une autre comète se dirigerait vers la terre, nous regardons danser les étoiles dans une extrapolation sur la rencontre entre notre galaxie et celle d'Andromède, tout ceci expliqué par Robert Redford. C'est beau. C'est puissant. C'est poétique. C'est une manifestation splendide de la gloire du Créateur, qui ne nous enverra pas de comète sur la tronche de sitôt, mais bon, les scientifiques ne sont malheureusement pas croyants. Ca leur éviterait beaucoup de calculs compliqués...

A la sortie, je me jette sur les expositions sur les étoiles, l'histoire de l'univers, et les échelles de grandeur réalisées à l'aide de la sphère de Hayden, qui est ma fois très impressionnante. Laissons parler les photos (oui je sais, une photo ça ne parle pas, mais ça en dit long quand même).

USA1028_019

USA1028_020

USA1028_021

USA1028_022 USA1028_023

USA1028_024 USA1028_025

USA1028_026 USA1028_027

Je rentre ensuite dans la salle consacrée à la géologie. Vu le nombre de photos, je les mets en plus petit...

USA1028_028 USA1028_029 USA1028_030

USA1028_031 USA1028_032 USA1028_033

USA1028_034 USA1028_035 USA1028_036

USA1028_037 USA1028_038 USA1028_039

USA1028_040 USA1028_042

USA1028_043 USA1028_044

Je vais ensuite sous la sphère de Hayden pour finir la visite. J'admire la comète de Hailey, 1,5 tonnes de fer forgé par son arrivée un peu violente sur Terre :

USA1028_046 USA1028_045

USA1028_047

Je me retrouve devant la sphère-écosystème, avec de l'eau, un rocher, quelques plantes, des micro-algues mangées par des micro-crevettes, et un peu d'air :

USA1028_049 USA1028_050

Il s'agit d'une expérience démontrant quels types d'éléments sont nécessaires à l'apparition et au maintient de la vie, et dans quelles proportions. Ainsi donc, pour qu'une planète puisse recevoir la vie (on pense ici à une autre que la Terre), elle doit avoir de l'eau, du carbone, et de la lumière avec une atmosphère. Mais les scientifiques, qui décidément ont raté un truc, s'interrogent toujours sur "comment la vie apparaît-elle donc?".

Je sens que mon cerveau arrive à saturation, et je décide de changer de sujet. J'aimerais aller voir la salle des pierres précieuses, avec le plus gros saphir du monde, une topaze de 270 kilos et la météorite de Cape York vieille de 4,5 milliards d'années (presque l'âge de la terre) et pesant 34t. Mais voilà, le temps de me repérer, je trouve des autocollants par terre qui m'envoient à la recherche des sauriens vivants... et je me retrouve dans la salle de la biodiversité, faite pour montrer combien notre planète est riche et pourquoi il faut la préserver.
Dans un souci de lisibilité, j'ai décidé d'attribuer des catégories aux photos qui suivent.

Catégorie "collectionneur obsessionnel" :

USA1028_051 USA1028_052

USA1028_056 USA1028_057

Catégorie "Grrrrrros matou" :

USA1028_053 USA1028_055

Catégorie "Dodo forever" ou "Les dodos n'ont jamais froid, la fin du monde ne passera pas!" :

USA1028_054

Catégorie "C'est assez, 26 mètres c'est largement assez long" :

USA1028_058

USA1028_059

USA1028_062 USA1028_070

Catégorie "Jour! Nuit!" :

USA1028_063

USA1028_064

 Catégorie "Lucioles de mer"

USA1028_060

Catégorie : "Fais-moi peur!"
USA1028_061

Catégorie : "Avec des dents"
USA1028_066

Catégorie : "Les amphèt' c'est mauvais pour la santé"
USA1028_067

Catégorie : "Sushis"
USA1028_069

Catégorie : "Flipper"
USA1028_071

Catégorie : "Les lions font plouf, les éléphants font plaf, et les morses font quoi?"
USA1028_073

USA1028_080

USA1028_079

Catégorie : "Je me ferais bien un encas, là, tout de suite"
USA1028_074

USA1028_075

USA1028_078

Catégorie : "Je m'offrirais bien un collier de perles, là, tout de suite"
USA1028_077

Catégorie : "Tu me touches t'es mort"
USA1028_082

Catégorie : "Gratte-moi l'dos"
USA1028_081

Catégorie : "Chérie, j'ai rétréci les gosses"
USA1028_083

Catégorie : "AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH!!!"
USA1028_085

Catégorie : "Regardez l'arbrisseau fragile qui pousse sans faire de bruit"
USA1028_087

USA1028_086

USA1028_088

Catégorie : "Alvin et les Chipmunks"
USA1028_089

Et là, j'entends une annonce : le musée ferme ses portes dans une demi-heure. Arrrrg! J'ai quasiment rien vu! enfin si, des tonnes, mais pas tout ce que je voulais. Je fais un petit tour dans la boutique du musée à la recherche d'un animal que je ne trouverai pas, dommage, et retourne dehors où on se pèle grave.

USA1028_090 USA1028_091

USA1028_092

Je redescends vers Broadway, puis Times Square, trouve encore quelques petites choses sympatiques dans des boutiques de souvenirs, dont un sac à main bien grand et bien beau, qui va remplacer mes tout petits sacs chinois qui ne vont pas avec mon manteau : trop petits, trop difficiles à manipuler avec des gants ; je prends quelques zoulies photos, indique son chemin de travers à un monsieur qui cherchait l'Empire State Building (voilà, j'ai pas voulu prendre ma carte et paf, je me suis plantée en beauté. Pardon monsieur, pardon...) et trouve la gare avec le train.

USA1028_093 USA1028_094

Et LA photo qui va tous vous faire baver, promis maman avant de rentrer j'irai acheter quelque chose dans cette boutique :

USA1028_095
Voilà!