Bonsoir tout le monde!

Aujourd'hui, retour en fanfare à New York dont je me languissais. Bilan ultra positif, même si je n'ai pas croisé de chanteur célèbre.
En fait, c'était bien mieux.
Parce que j'ai commencé par foncer tout droit à l'église francophone et par me confesser, en prévision de la fête de la Toussaint de samedi. Puisque je n'aurai pas d'autre occasion de me jeter dans les bras du Seigneur pour lui demander pardon, je me suis prise en main, et roulez jeunesse, j'ai profité du quart d'heure de confession de chaque dimanche avant la messe française.
On a pas trouvé mieux pour bien démarrer la journée. Surtout quand on a la messe juste après, et qu'on sait, grâce au témoignage de Catalina, ce qui se passe quand on communie avec une âme vraiment pure ; eh bien on se trouve tout simplement dans un état de béatitude qui embellit tout autour de soi.

Je me suis ensuite dirigée vers un distributeur de "malbouffe" bien connu en France, qui a le mérite de fournir pour moins cher que tous les autres un repas bien plus nourrissant qu'un hot-dog, seul autre plat en dessous de 6 dollars.
Je suis ensuite allée dans un magasin que voici :

USA1026_008

pour y chercher un complément de maquillage pour mon super déguisement de Halloween, vous saurez quoi le 31 octobre, ou un peu après... Autant la première boutique d'articles de fête que j'ai vue ici, bien que remplie d'accessoires de décoration pour Halloween, était amusante car remplie de beaucoup de bonnes idées, autant Abracadabra, que je comptais visiter partout (il y a deux étages), m'a donné envie de courir dehors au plus vite.
Les murs du magasin sont peints en noir, et l'entrée est blindée d'articles sur le thème "Hallowen est le meilleur moment pour se faire peur et avoir des cauchemards toute sa vie entre amis" et je n'ai franchement pas aimé. Se faire accueillir par des momies à moitié dépenaillées, des zombies, un maccabée suspendu par les pieds et un bataillon de squelettes plus ou moins "propres", ce n'est pas du tout à mon goût. J'ai donc acheté mon maquillage (une fortune, fort heureusement je n'ai pas pris les faux-cils qu'on me proposait) et suis sortie en fronçant le nez devant un corps découpé dans la longueur et des morceaux humains beaucoup trop réalistes. Ne manquaient que deux détails et je m'y serais crue.
Je serais sortie en hurlant et en dégobi... avec une forte nausée, et j'aurais fait des cauchemards pendant des mois.

Puis j'ai gambadé direction un magasin incroyablissime, Bed Bath and Beyond ("lit, bain et au-delà") réputé pour ses articles de qualité et utiles ou qui donnent envie d'acheter car beaux et pratiques. J'ai réussi à m'en sortir avec ce que je cherchais, ou presque, à savoir un flacon refermable pour me faire une huile anti-inflammatoire pour les genoux. Le besoin s'en fait vraiment sentir et je ne pouvais rien faire sans un moyen de conserver correctement une dose raisonnable d'huile. Vivent les salières avec double capuchon, je suis maintenant équipée. Et puis quelques trucs à boire dont certains lecteurs vont profiter à mon retour (hé hé hééé, vous ne saurez pas quoi!) et un gant pour le bain pour remplacer celui qu'il y a plusieurs années j'ai flingué à la maison. J'ignorais que le loofah ne se mettait pas dans l'eau... Je me trouve aussi de l'ibuprofène pour mon usage perso-que-je-n'aurai-pas-besoin-de-demander-en-cas-de-migraine-ou-autre, ne pas s'étonner, ici quand on vend de tout, on vend vraiment, vraiment de tout. Et les médocs sont en libre service.

Je monte d'un étage pour retourner chez TJMaxx où je comptais trouver des bottes... et je n'ai rien trouvé qui m'aille autant pour le prix que pour la taille des talons. Dommage. Cependant je commence à avoir bien chaud, moi, avec mon pull en laine et mon manteau d'hiver. Autour de moi les gens se baladent en tee-shirt. Je sais pas comment ils font, il y a parfois un vent frais qui passe et si j'étais habillée comme ça j'aurais attrapé une double-bronchite par-dessus mon angine chopée dimanche dernier. J'ai voulu éviter d'aggraver mon cas, mais du coup j'ai trop chaud, en fait.
Fichue météo!
Mais bon, je ne vais pas me plaindre d'avoir un soleil resplendissant presque à chaque visite à la Grosse Pomme, hein?

Je retrouve la 23ème rue où je me procure des faux-cils et du rouge à ongle pour une somme ridicule, ainsi qu'une bouteille de quelque chose à boire parce que je me déssèche, et rejoins Madison Square Park, avec le FlatIron :

USA1026_009 USA1026_010

Puis je remonte Broadway, découvrant une partie du célèbre boulevard que je ne connaissais pas : remplie de boutiques de bijoux en toc et en vraies pierres, plein de gens au teint foncé, des grands noirs assis à droite à gauche qui s'interpellent d'un bout de carrefour à l'autre, des femmes en tchador et en famille qui regardent les vitrines et occupent une bonne partie du trottoir, on dirait bien un quartier musulman. Enclavé entre deux coins super-chics de la ville, c'est assez amusant à voir.

USA1026_012 USA1026_013

USA1026_014

J'arrive vers Herald Square et m'aperçois que le sud du carrefour est occupé par des Coréens.

USA1026_016 USA1026_017

USA1026_020 USA1026_023

Et enfin je me rends chez Lush, boutique dont je suis accro alors que je n'ai encore rien essayé de chez eux, pour remplir la boîte qui va partir direction ma meilleure amie à Paris. Je retrouve l'adorable vendeuse de la dernière fois, qui me reconnaît et se montre bien contente de me revoir. Ca tombe bien, c'est réciproque. Après lui avoir confirmé que j'aime définitivement la ville de New York, je lui demande de me procurer quelques produits, et sniffe plein de cosmétiques pour trouver ce qui fera mouche à l'arrivée en France. Je fais mes achats, me choisis un masque pour le visage, obtenu grâce à une promo du jour, un truc délicieux qui ressemble à de la glace au chocolat et sent tout aussi bon, réponds "bien sûr" quand on me demande de revenir avant mon départ pour la France, vu que j'ai la ferme intention d'y retourner dans pas longtemps, et vais à la poste centrale. Mon colis doit partir urgemment si je ne veux pas rater le créneau.

Une heure et demie et une fortune plus tard, mon paquet, enrubané de scotch aux couleurs de la poste nationale, rempli de plein de petites choses presque inutiles mais surtout très plaisantes, est prêt à partir. Je suis libre, enfin, de continuer mon chemin. Fiou. Heureusement que j'avais ma bouteille d'eau au jus de citron avec moi, sinon je n'aurais pas tenu le choc. Cela dit, le goût est très prononcé par rapport à ce que nous connaissons en France. L'arôme est naturel mais ils ont mis tellement de sucre que pour équilibrer ils ont rajouté du sel. Faudra m'expliquer à quoi ça sert...
Petite pause chez Macy's où je trouve une plaque surprenante et typiquement américaine :

USA1026_024

Et je reprends Broadway puis Times Square sous le soleil couchant... Awwww c'est beau! La nuit tombe très vite et après un chocolat-chaud-crème-chantilly-cannelle avec un morceau de gâteau banane-pépites-de-chocolat, je m'éclate.
Voici pour toi, public (public, admire le Chrysler Building qui brille sous le ciel assombri) :

USA1026_025 USA1026_027

USA1026_028 USA1026_029

USA1026_030

La Times Square Tower qui change de couleur au gré des illumination des tours voisines :

USA1026_033 USA1026_034

La vitrine du Nasdaq, de nuit

USA1026_035

Je rentre chez mon dealer préféré pour trouver un CD pour mon tonton, et après délibération je ressors pour voir ceci : la nuit est tombée pour de bon et Times Square s'allume. Le NewYork de nuit est très différent du New York de jour, c'est hallucinant. Il y a du monde partout, on sent que les gens sont là pour la détente (normal avec tous les spectacles du quartier et les touristes dont je fais partie). On trouve même, tous les 15m, des vendeurs de "Obama and McCain condoms" qui vendent sans aucune honte leurs articles. Pour les non anglophones, je vous laisse lire la traduction ici.

USA1026_036 USA1026_037

USA1026_038

USA1026_040

La boutique Toys'R'us avec sa grande roue intégrée :

USA1026_048

USA1026_049 USA1026_052

USA1026_053

Et puis, il y a des gens en costume partout :

USA1026_026 USA1026_032 

USA1026_041 USA1026_051

Et le clou du meilleur, comme quoi tous les rêves se réalisent : à mon tout premier passage à New York, je ne pouvais m'empêcher, malgré moi, de chercher Spiderman dans les hauteurs. Bête réflexe de fan. Eh bien...

USA1026_047 USA1026_046

Rôôôh! J'ai croisé Spidey!
Toute souriante (imaginez vos têtes si vous croisiez une réplique d'un de vos héros de cinéma préféré, dans son décor réel?) je prends la 7ème avenue pour retrouver la gare et rentrer à la maison. Où je téléphone, oui, comme E.T. mais lui je ne l'ai pas vu, pour prévenir de mon heure d'arrivée.

USA1026_054

USA1026_055 USA1026_057

USA1026_059 USA1026_060

Autrement dit, une journée génialissime.

Dernier détail, avant de m'inonder de commentaires hurlants au scandale sur le fait que oui, je vais participer à Halloween, laissez-moi vous dire que je ne le prends que pour ce que les enfants avec qui je serai le prennent : un moment amusant entre amis où on se promène en costume (autant de princesses et de héros de jolis films que de toutes autres espèces) et où on récupère des tonnes de bonbons.
Si on m'avait dit "ah ouaiiis, Halloween c'est top, on se déguise en monstre et on se fait peur", je les aurait laissés se faire peur sans moi.
A demain!