... et il faudra pas m'en vouloir.

Dîner sympathique devant Hairspray, que je viens d'acheter en DVD, je passe dans ma chambre pendant une pause ravitaillement et me dis que décidément le chat ferait bien de recouvrir ce qu'il laisse dans sa litière, située dans la cuisine, parce que je prends toujours les courants d'air qui viennent de là et que ça chmouke sérieusement, chez moi.
Et c'est pas la première fois.

Je branche le diffuseur d'huiles essentielles, craque une allumette, ouvre la fenêtre, retourne manger et regarder la fin du film.
Film achevé, ah là là c'était bien, je rentre dans ma chambre pour y retrouver l'abjecte odeur de tout à l'heure. Pouark. J'allume la lumière pour voir Môssieur DuChat premier gratter mon tapis, sous le piano, près de l'ordi. Il gratte comme quand il veut, instinct oblige, recouvrir sa gamelle de nourriture fraîche parce qu'il n'a pas faim. C'est louche. Et là, je vois, je comprends, et m'indigne. Cet animal a fait sur mon tapis, dans ma chambre. J'enrage. Tu m'étonnes que ça pue depuis tout à l'heure et que rien n'y fait!!!!!

Je ramasse, l'air aussi épanoui que quand j'éponge les hauts-le-coeur du matin de Môssieur DuChat premier, après mangeage d'herbe à chat, et m'exprime tout haut. Ma mère s'exprime à son tour : je ne ramasse jamais DANS la litière et quand c'est déjà rempli, l'animal n'aime pas y aller. Ca n'excuse pas mais ça explique.
Ben voyons.
Et moi quand je vois des toilettes publiques qui puent, je vais faire pipi au milieu de la rue!

Le chat, tu accumules, là. Franchement, fais gaffe, entre les griffures, les morsures, ton incapacité à te tenir sage quand on essaie de te couper les griffes pour ton propre bien parce que tu risques d'y laisser des coussinets quand tu t'accroches aux fauteuils récemment couverts de tissus tellement tu t'y es pendu pour y laisser tes phéromones que tu es le seul à sentir, les assiettes de bouffe dans lesquelles je mets les pieds parce qu'elles sont au milieu de l'entrée de la cuisine et que la nuit, voire le matin, je pense à autre chose qu'à faire attention à ne pas marcher dans un truc qui n'a rien à faire là, qu'à l'occasion je salis mes belles babouches toutes neuves, tes miaulements à répétition et à toute heure, les odeurs infectes qui émanent de la cuisine, parce qu'on n'a pas d'autre endroit pour y poser ta litière, de préférence à l'heure du petit dèj', et qui arrivent toujours dans ma chambre ou alors dans celle de maman mais là pas de bol on est en train d'y dîner, ta façon de te dandiner le plus lentement du monde en plein milieu du couloir quand on y passe avec des plats chauds et lourds dans les mains, tes jouets qui traînent partout que quand on a des invités ça fait pas particulièrement propre, tes envies de jouer à partir de dix heures du soir et jusqu'à une heure du matin, de te faire caresser à lisse-poil, à rebrousse-poil, et encore à lisse-poil, et sous les oreilles, et sous le menton, puis tiens je vais t'égorger le poignet, hein, il ressemble à s'y méprendre à une proie c'est marrant, et j'y mets toutes mes forces sinon c'est pas du jeu, et ceci le matin tôt quand je suis pas réveillée et que j'ai pas le temps, tes poils qui vont se glisser jusque dans mes tirami-sù, dans mon lait du matin, dans mes sous-vêtements, sur mes robes claires, j'en passe et des meilleures, et cerise sur le pompon, l'invasion de mouches qui viennent pondre dans tes gamelles en été, qu'on retrouve ou juste à temps ou trop tard, ça commence à faire un peu beaucoup. Bien sûr je n'ai pas mentionné l'herbe à chat qui ne tient jamais très longtemps dans la cuisine et dont tu te gaves pour venir faire des bruits appétissants dans le couloir, à l'heure de mes grasses-matinées, en laissant de si décoratives taches sur le parquet.

Qui veut un chat?
Si vous voulez, je fournis avec les huiles essentielles anti-insecte et anti-odeur, et anti-bactérie aussi. Ce sont celles que j'ai mises sur mon tapis ce soir en allumant l'ordi.

Avec tout ça je suis pas couchée et j'ai du travail demain.
Sale bête.