De nos jours, nous n'avons pas même le temps de nous regarder, de nous parler, de profiter de notre présence mutuelle, et encore moins d'être ce que nos enfants attendent de nous, ce que le mari attend de sa femme, ce que la femme attend de son mari. Aussi sommes-nous de moins en moins en contact avec les autres. Le monde est en déroute par manque de douceur et de gentillesse. Les gens sont affamés d'amour, si grand est l'affairement général.

Mère Teresa