... je continue à chercher du travail!

Eh oui. Après une pause due à un certain découragement et à un caractère incapable de faire régulièrement la même chose plus de deux semaines, j'ai repris la recherche. D'ailleurs grand bien m'en a fait, puisque les offres aussi avaient fait une pause.

Je viens de préparer une lettre pour l'Alliance Française... d'Ottawa! Au Canada, juste à côté du Québec, (donc je pourrais améliorer mon anglais et me ballader au Québec quand je veux) à défaut du Japon, ça me paraît pas mal. Moi qui voulais aller faire un tour du côté des Amériques et qui désespérais de trouver des postes ouverts aux Français normaux comme moi, je suis assez contente d'avoir trouvé ça. Le seul hic est qu'il s'agit d'un poste pour le programme de mobilité des jeunes France-Canada, et qu'il va me falloir constituer un dossier béton (autant par le contenu que par le poids final) pour convaincre le Canada qu'il faut me faire confiance et me donner mon visa.

Première étape, envoyer un dossier de candidature normal sur place, pour essayer de se faire embaucher. Deuxième étape, constituer un dossier papier avec un questionnaire de fou pour expliquer au gouvernement pourquoi il me faut un visa. Troisième étape, demander à Alix comment ils ont réglé leurs histoires de Sécu et compagnie, quatrième étape, acheter un billet de navion, trouver un appart', etc. etc. et enfin s'envoler!

Evidemment, tout ça c'est si jamais on veut de moi comme prof là-bas.
Je ne le fais pas souvent, mais cette fois je vais demander à tous les cathos qui me lisent d'avoir une tite pensée pour moi dans vos prières... siouplé!

Bon, et pour ceux qui étaient au courant d'une offre pour Matsuyama, (arrivée deux fois dans ma boîtàmèl pour le nouvel an alors que je l'avais déjà vue toute seule, hihihi) j'ai discuté avec Akiko et sa mère, et Matsuyama est une ville située sur l'île de Shikoku, c'est à dire pas sur Honshû, c'est à dire très loin d'Akiko. Le Japon étant un pays un peu à part, si j'y vais, c'est pour découvrir l'archipel mais surtout pour profiter de ma meilleure amie. Loin d'elle, je me sentirais vraiment loin de tout et la dépression est un risque à envisager. Donc, je n'ai pas répondu. Si je vais au pays du soleil levant, ce sera à Tôkyo ou à côté. Pouint.

Voilà voilà, les autres offres ne sont pas légion, y en a pour Paris, des pays hispanophones, des pays musulmans (où je vous le rappelle je n'ai pas le droit d'envisager poser un orteil, même pour une escale) et pour des profs avec 2 ans d'expérience minimum. M'en fiche, je trouverai quand même, NA!