Hier, hier fut une journée comme on en a rarement dans sa vie.
Tout d'abord, ma cousine Constance (Niphredil pour les intimes) est venue à la maison. Après un petit blabla autour d'un verre de citronnade, nous sommes parties gaîment à la Boule Noire, où se donnait un concert très particulier.
Par internet et la filière Tokyo Hotel, groupe allemand, ma cousine a découvert il y a quelques mois un tout jeune groupe allemand aussi : Nevada Tan. 6 petits gars qui se débrouillent plutôt bien dans le genre - en mélange, et très réussi en concert - rock-métal-hip-hop.

Niph est raide dingue du groupe, et elle réussi à m'embarquer à leur premier concert français.
Ben moi qui n'aime pas le hip-hop, j'ai bien apprécié car ils sont vraiment doués. Et quand ils chantent des morceaux plus softs, c'est encore mieux. Le rappeur, le chanteur, le guitariste, le bassiste, le DJ et le batteur de 19 et 20 ans savent faire chauffer la salle, et le public le leur a bien rendu. D'après certaines qui comprennent l'allemand, ils ont énormément apprécié le public français... plus obéissant que le public allemand... là, je suis soufflée.

Aucun regret donc à aller découvrir un groupe dont j'avais vu un clip et demi sur Internet... après 2 heures d'attente sous la pluie, le vent, et avec la peur de retomber malade, et avant une heure d'attente dehors pour voir sortir quelques membres du groupe qui ont grâcieusement signé des autographes à des groupies en délire. J'ai eu le loisir de me dévisser le cou en brandissant un apn pour saisir quelques bons clichés pendant que sa propriétaire tentait vainement de se rapprocher.

La suite fut assez poilante aussi. Plutôt que de rentrer bêtement à la maison, nous nous sommes payé un de ces repas américains hyper-caloriques (mais qu'est-ce que c'est bon quand c'est de temps en temps!) et nous avons fait une grosse balade dans Paris. Première destination : les Champs Elysées. La nuit, sous les lumières, devant les cars de miloufs qui passaient en klaxonnant pour saluer les collègues déjà arrivés, et en repérant à l'avance la boutique Vuitton où les fanas s'étaient donné rendez-vous pour "dire au revoir" à leur groupe préféré le lendemain matin.

Puis petite trotte sur les bords de la Seine, en admirant les lumières de la ville sur l'eau, ainsi que les courbes gracieuses des ponts, les péniches et leurs habitants et compagnons à pattes ; mine de rien nous nous sommes rendues à la place St Michel où deux fous chantaient Angel de Eagles (c'est bien ça hein?) en grattant leurs guitares. Et le plus incroyable s'est fait juste après... Tin tiiiin! Suspens insoutenable.

Cousine d'amour et moi avons songé à prendre le métro pour rentrer, jusqu'au moment où nous sommes arrivées devant une bouche de métro... fermée par une grille. Bon, nous pouvions continuer notre grande promenade jusqu'à la maison. Pas de problème, je connais le chemin par coeur, merci Akiko et sa maman avec qui j'ai fait le trajet de nombreuses fois. Nous nous dirigions donc vers l'intérieur du quartier latin, et là deux inconnus nous ont abordées. Enfin plutôt l'un des deux, qui, Constance a raison, n'était pas très clair. Quoi qu'il ait fumé ou bu, il y avait au moins une dose en trop. Déjà, il avait du mal à concevoir que nous étions françaises et quelques petites incohérences faisaient que sans avoir peur qu'il nous arrive quoi que ce soit (intuition quand tu nous tiens) on commençait à se demander ce qu'il nous voulait. C'est alors qu'il s'est mis à parler de ces choses folles qui arrivent à Paris, et notamment des paris qu'on peut y faire...
Puis je me suis pris le compliment le plus insolite jamais entendu : "Vous avez de très jolies oreilles. Je peux mettre mon doigt dedans?"
...
Et là tout s'est expliqué. Le gusse avait fait le pari de coller son doigt dans l'oreille d'une fille, et il cherchait une victime en compagnie de son témoin.

Je refuse de savoir d'où et comment ce genre d'idée peut naître dans la tête des mecs, mais dans le genre saugrenu c'est difficile de faire mieux.

Je vous passe les détails, toujours est-il que 5 minutes plus tard Constance et moi repartions en hurlant de rire (surtout moi... mais c'est la première fois qu'un inconnu me colle le doigt dans l'oreille... que qui que ce soit me colle le doigt dans l'oreille même! Heureusement qu'elle était propre!) et en se disant qu'il n'y a qu'à Paris que ces choses-là se produisent. Je crois que cette ville m'en veut. Entre les baisemain intempestifs, les bisous aux clochards et les inconnus aux paris stupides, il se passe vraiment quelque chose d'anormal.

Enfin. Retour sans encombre, en se remettant doucement de cette soirée incroyable. Ce matin Constance s'est réveillée deux heures après l'extinction des feux (très tardive) pour choper le premier métro et foncer aux Champs. Elle est revenue avec une copine fort sympathique, histoire de me réveiller en fanfare. Tout en croyant qu'il était déjà 11h, alors qu'il n'était que 10h. Et suite à une série de commentaires sur "machin m'a dit ça, truc m'a raconté ça, bidule est pas réveillé le matin", nous nous sommes quittées sur des adieux déchirants.